FM : L’expression du temps

FM : L’expression du temps

1) On peut situer un fait dans le temps en indiquant :

la date : Le festival a lieu au mois de mai.
la durée . Le festival durera deux semaines.
la répétition : Le festival a lieu tous les ans.
2) On peut situer un fait par rapport à un autre fait.
Cet événement s’est produit avant votre arrivée. (antériorité)
Cet événement s’est produit après votre arrivée. (postériorité)
Cet événement s’est produit pendant votre voyage. (simultanéité)
3) Dans la phrase simple.
Le complément circonstanciel de temps peut être :
*un GN. Il est venu avant la tempête, les bus ne circulent pas la nuit.
*un adverbe ou une locution adverbiale : Il viendra demain. Il travaille de temps en temps
*un infinitif ou un groupe infinitif. Il est parti avant de manger. Il est parti après avoir regonflé les pneus.
4) Dans la phrase complexe :

Le complément circonstanciel de temps peut être :
*une subordonnée conjonctive dont le verbe est à l’indicatif : Quand j’aurai fini mon travail, je partirai. Dès que la nuit tombe, je m’endors. (postériorité. Simultanéité)
*une subordonnée conjonctive dont le verbe est au subjonctif (antériorité) : Attendez ici jusqu’à ce que je revienne. Il est parti avant que tu ne viennes.
*une subordonnée participiale. Le discours achevé, le public ovationna l’orateur.
5)Dans un texte, un peut encore exprimer le temps :
*par des connecteurs temporels qui permettent de relier des événement entre eux : Il a mangé, ensuite, il est parti. (puis, alors)
Les connecteurs temporels permettent d’indiquer les différents aspects du temps, ancrent les événements dans le temps, situent les événements les uns par rapport aux autres comme dans les retours en arrière ou les anticipations.
Ils ont plusieurs valeurs, plusieurs rôles :
– la date et le moment : hier, la veille, au mois d’août, bientôt, tôt, tard…
– la succession : d’abord, puis, ensuite, enfin, alors, après quoi, au début…
– la fréquence : jamais, toujours, parfois, souvent, à chaque fois, de temps en temps, quelquefois, …
– la durée : longtemps, depuis, durant, pendant ce temps, toute l’année…
– la simultanéité : pendant, au même instant, au même moment, lors de, au cours
par deux indépendantes juxtaposées ou coordonnées : Le printemps revient, la nature renaît.

*Par le jeu des temps. J’ai dormi. Je me sens bien : le passé composé est antérieur au présent. Il avait dormi. Il pouvait partir : le plus que parfait est antérieur à l’imparfait.

FM Le modalisation

FM : Modalisation et vocabulaire évaluatif

La modalisation est l’ensemble des moyens qui permettent au locuteur de s’impliquer personnellement dans son discours.

Ainsi, il peut exprimer sa subjectivité (vs objectivité, neutralité) à travers :
-ses sentiments ;
– ses jugements et opinions :
– ses doutes et ses certitudes…

Cette subjectivité passe à travers l’usage de modalisateurs, que ce soit l’emploi :
– de certains adverbes (sans doute, peut-être…)
– du conditionnel (permettant d’exprimer des réserves) ou des temps de l’indicatif (marquant davantage la certitude des faits)
– de verbes (croire, penser, sembler, estimer…)

Le vocabulaire permet souvent de faire passer un jugement de valeur sur les choses. Le vocabulaire évaluatif ou appréciatif désigne les mots qui permettent de montrer la subjectivité du narrateur.
• Les mots péjoratifs/dévalorisants : ils montrent ce que le locuteur estime mauvais, laid ou mal.

• Les mots mélioratifs/valorisants : ils révèlent ce que le locuteur juge bon, beau, bien.

? des noms et des adjectifs qualificatifs péjoratifs ou mélioratifs comme juste/injuste, bravoure/lâcheté…
? des suffixes dévalorisants (-âtre, -asse) ou valorisants (-issime) comme verdâtre, génialissime, mollasse…
? des comparatifs (d’égalité, de supériorité ou d’infériorité) comme tu es aussi grande que…, elle est plus petite que…, elle est moins grande que…
? des superlatifs relatifs (le plus connu) ou absolus (très connu).