Mode d’emploi pour pirate à la pointe de la mode (rédaction 5ème)

Sujet : Rédigez un texte explicatif humoristique expliquant aux pirates le montage et les fonctions d’un objet au choix :

– le crochet 2000 à double pinces,

– la jambe de bois ultra légère en carbone

– le cache œil hypoallergénique en peau de phoque.

Vous utiliserez des mots de liaison marquant les étapes du processus de montage et d’utilisation, ainsi qu’un vocabulaire technique et spécialisé.

Aide au vocabulaire : n’utilisez pas ces mots sans en connaître le sens !!! (dictionnaire à prévoir)

insérer, accrocher, fixer, installer,équiper, visser, régler, arrimer, boulonner, / l’objet est muni de /doté de/ pourvu de / appareillé de…

diodes luminescentes/ système d’éclairage

harpon/ hameçon/ canne à pêche/ moulinet

rétractable / amovible / emboitable /

Thermostat intégré

Motorisé / automatique / manuel(le)

Fil/ câble d’alimentation

Fonctionne sur batterie d’une autonomie de… (temps de charge)

Enceintes intégrées

Airbags/ cadran/ aimanté

GPS maritime intégré/ boussole / points cardinaux / un sextant

Minuterie intégrée

Système de rotation

Fixations

Répulsif

Anti inflammable

Anti bactérien

Anti corrosif

Anti abrasif / abrasive

Inoxydable

Imperméable/ étanche

Matériel amphibie

Auto nettoyant

Cruciforme

Forme aérodynamique

Ejectable / éjection

Ressort

Trajectoire/ commande vocale et/ou tactile

Projectile / viseur infrarouge / thermique

Harnais de sécurité

Force centrifuge

mobilité/ amplitude des mouvements/ stabilité / confort/

Le lexique du fabliau (aide à la rédaction)

Voici une liste de mots rencontrés au fil de nos lectures et que vous pouvez réutiliser pour donner un cadre médiéval à votre récit :

– vilain : paysan

– larron : voleur

– prévôt : agent d’un seigneur charger de lever les impôts et de rendre la justice dans une contrée

– aumusse : très courte cape à capuche, recouvrant les épaules

-braies : sorte de pantalon

– sire

-chevalier

– clerc : jeune homme qui étudie pour appartenir au clergé (église)

– mire : médecin

-écuyer : jeune au service d’un chevalier, en charge de ses armes et de son cheval. Il s’initie à la fonction de chevalier

-le forgeron, la forge (métier du fer)

-bouvier : vilain qui s’occupe des boeufs

– ménestrel : poète musicien

– félon : traitre, qqn de déloyal, qui fait preuve de félonie*

– écuelle : assiette

– lard, chou, pomme de terre (aliments), cervoise (bière), pain trempé, lait, bouillon

– denier, mailles (argent/monnaie)

Un logiciel gratuit pour faire « parler vos cours » !

 

Balabolka est un logiciel gratuit de synthèse vocale (Text-To-Speech) qui permet à votre ordinateur de lire un texte importé aux formats TXT, DOC, RTF, PDF, etc. Il pourrait aider de nombreux élèves qui éprouvent des difficultés avec la lecture ou la mémorisation du cours.

Vous n’avez plus qu’à écouter un gentil robot qui vous lira vos fiches mémoire !

Attention à ajouter le fichier voix française. message test

http://www.01net.com/telecharger/windows/Bureautique/editeur_de_texte/fiches/37706.html

Enigme policière à résoudre

 

crimecircus

Crime Circus
Téléchargez le document pour lire ou imprimer la nouvelle et tenter de résoudre l’énigme.
Document Microsoft Word
Si vous pensez avoir trouvé le coupable, notez, sur une feuille simple, la solution de l’énigme et le raisonnement par lequel vous êtes parvenu à ce résultat et soumettez-le moi pour confirmation !

Rencontre avec l’écrivain Brigitte Coppin

Le lundi 3 octobre 2011 de 8h15 à 10h10, les élèves de 5ème C rencontreront

l’écrivain Brigitte Coppin,

auteur de récits et de documentaires . Elle est aussi traductrice et conseillère historique et iconographique auprès des éditions pour la jeunesse.
Ses documentaires sont à la fois d’une grande rigueur scientifique et parfaitement accessibles aux jeunes lecteurs et aux moins jeunes du fait de leur richesse.
Ses romans historiques relatent la vie de personnages historiques (Aliénor d’Aquitaine) ou de fiction (le quai des secrets) dans un contexte historique parfaitement dépeint.

http://www.brigitte-coppin.fr/

 

Cette rencontre sera l’occasion pour les élèves de découvrir le travail de l’écrivain, d’échanger sur le passage de l’écrit documentaire (exposés) à la fiction (fabliau) et de bénéficier de précieux conseils pour améliorer leurs travaux d’écriture (leurs exposés sur la vie quotidienne au Moyen Age et leur rédaction d’un fabliau).

Exposés 5ème C : la vie quotidienne au Moyen Age

Les exposés sur la vie courante au Moyen Age

  • Le château fort (architecture et organisation au sein du château)

  • Les divertissements

  • La nourriture au Moyen âge

  • L’art de l’enluminure

  • Etre paysan au Moyen âge

  • Le commerce, les foires

  • Les vêtements

  • L’hygiène

  • Les métiers (les artisans) au Moyen âge

Méthode :

1ère étape : formez des groupes de 3 élèves et choisissez l’un des sujets proposés. Le choix de vos partenaires est crucial,

2ème étape : avant même de commencer les recherches, posez-vous les 6 questions cruciales : qui ? quoi ?  quand ? où ? comment ? pourquoi ? En fonction des sujets, certaines seront moins importantes que les autres. Ne perdez jamais de vue que vous faites un exposé pour apprendre et transmettre. Demandez-vous ce que les autres élèves de la classe auront envie de savoir sur le thème que vous avez choisi.

3ème étape : effectuez les recherches avec tous les moyens à votre disposition (internet, médiathèque, CDI…). N’hésitez pas à demander de l’aide à M. Basset, qui se fera un plaisir de vous guider. Pensez à noter les références des documents que vous trouvez (auteur, titre, date, édition du livre, adresse d’un site internet, nom et numéro de la revue…). Si vous trouvez dans un document des mots que vous ne comprenez pas, n’hésitez pas à utiliser un dictionnaire.

4ème étape : sélectionnez les informations importantes, celles qui répondent précisément aux 6 questions que vous vous étiez posées.

5ème étape : reformulez les informations avec vos propres mots, sans recopier tel quel ce que vous avez trouvé (pour les exposés aussi, vous devez respecter les droits d’auteur).

6ème étape : classez vos informations en fonction du plan que vous avez élaboré. Dégagez des grandes parties pour construire votre exposé (plan).

7ème étape : entraînez-vous à passer à l’oral, sans lire vos notes. Il vaut mieux un exposé court qui va à l’essentiel qu’un interminable exposé qui se perd en chemin. Vous devrez tous prendre la parole, alors répartissez-vous le travail.

N’oubliez jamais que vos exposés sont destinés à être présentés devant la classe entière, qui sera pendue à vos lèvres dans l’espoir d’apprendre quelque chose. Faites en sorte de ne pas décevoir vos camarades, à la fois dans le fond (le contenu de votre exposé) et dans la forme (votre présentation en classe).

Essayez aussi de vous demander quelles questions pourraient vous être posées. S’il y en a beaucoup, c’est que votre exposé n’est pas complet. Dans ce cas, il faudra le retravailler.

FM : L’Histoire de la langue et la formation des mots

FM : L’Histoire de la langue et la formation des mots

LES ORIGINES DU FRANÇAIS MODERNE

Le français est une langue romane, c’est-à-dire que la majorité des mots provient du latin.

Celui-ci a donné naissance, vers le IXème siècle à l’ancien français. Il sera parlé jusqu’au XIII ème siècle, puis deviendra ce que l’on appelle le « moyen français », parlé jusqu’à la fin du XVème siècle.

 

Mais à l’intérieur de l’ancien français il y avait différentes langues selon les régions (la langue d’oïl (au nord de la Loire), la langue d’oc (au sud), le picard, l’anglo-normand, le provençal, le champenois…).

En Ile de France, dans la région de Paris (centre du domaine royal) on parlait le francien. Au fil des siècles, le dialecte de l’Ile de France s’imposera et aboutira au français.

Notre langue est donc bien une langue vivante, qui a évolué. En effet, les mots subissent de nombreux changements selon les époques. C’est l’histoire des mots.

 

L’HISTOIRE DES MOTS

D’une époque à l’autre, et même encore aujourd’hui, la langue évolue sans cesse. On trouve :

 

? Des mots ayant disparu ou de sens vieilli :

 

Certains mots ont totalement  disparu de la langue française, comme le mot « onques ». On trouve aussi des mots caractéristiques des habitudes du Moyen Age comme le « hanap », sorte de pot à eau.

 

D’autres ne sont plus employés que très rarement, souvent pour imiter la langue du passé : on parle d’archaïsmes.

Ex : choir, bailler, messire, félon…

 

v Des mots ayant changé de forme :

 

Certains mots existent encore aujourd’hui mais ont changé de forme : ils ont changé d’orthographe : fame/femme, mervoille/merveille. Le mot « prestre » a échangé son « s » contre un accent circonflexe. Il en va de même pour « feste , forest, hospital ». Mais, le « s » reste visible dans certains mots de la même famille : festif, déforestation, hospitalier.

? Des mots dont le sens a changé :

Certains mots ont totalement changé de sens au fil des temps. Le mot « vilain », désignait au Moyen Age un paysan libre, l’habitant d’une villa, c’est-à-dire d’un domaine agricole. Maintenant, le mot existe comme adjectif et qualifie tout ce qui est désagréable à voir ou à faire. Le mot « faille » en ancien français signifie « un mensonge » alors qu’aujourd’hui c’est une cassure, une fissure ou un point faible.

x Des mots de sens plus fort qu’aujourd’hui :

 

Certains mots avaient un sens plus fort autrefois, souvent car ils étaient plus proches du sens de leur racine latine.

 

Ex : aimable = « gentil » aujourd’hui

« digne d’être aimé » autrefois (plus proche du sens latin de

amare = aimer)

 

navré =  « désolé » aujourd’hui

« blessé » autrefois (le sang coule)

y Des mots nouveaux :

 

La langue française invente sans cesse de nouveaux mots, appelés néologismes, pour désigner de nouveaux objets : un ordinateur, Internet, ou de nouveaux actes : un véliplanchiste (désigne une personne pratiquant la planche à voile), alunir (atterrir sur la lune) …

 

LA FORMATION DES MOTS

FTous les mots ont un radical. Il s’agit de l’élément de base du mot, celui qui porte le sens principal.

Ex : corps, corpulence.

F A partir de ce radical, on peut former d’autres mots :

–          en y ajoutant, avant, un préfixe : recouvrir

–          en le faisant suivre d’un suffixe : lenteur

–          en lui ajoutant à la fois un préfixe et un suffixe : ralentissement

F Dans la langue française, il existe:

–          des mots simples: gare, table, sel, etc.

–          des mots dérivés: manifestation, librement, insupportable, etc.

–          des mots composés: wagon-lit, chemin de fer, etc.

Les mots dérivés sont construits sur le radical d’un mot simple, à l’aide de préfixes ou de suffixes, ou des deux à la fois.

 

Les familles de mots :

Les mots qui ont le même radical et donc la même origine appartiennent à la même famille de mots.

Ex : allonger, rallonger, longueur, élongation, longuement, longer… appartiennent à la même famille.

 

 

Le récit de voyage

FM : Le récit de voyage 

 

Le récit de voyage se présente comme un témoignage vécu : un voyageur fait le compte rendu, à la première personne d’un voyage qu’il a effectué. Le livre des Merveilles de Marco Polo fait exception : les aventures du navigateur sont racontées à la 3ème personne, par un écrivain à qui il a dicté ses mémoires.

L’auteur d’un récit de voyage cherche à gagner la confiance du lecteur : il multiplie les déclarations de sa bonne foi, assurant que ce qui est dit est fidèle à ce qui a été vu ou entendu.

J Le récit de voyage peut prendre diverses formes :

–      journal de bord (écriture au jour le jour : Colomb, Bougainville, Cook…)

–      souvenir de voyage ou témoignage (rédaction faite au retour à partir de notes prises au cours du voyage : Polo, Léry)

–      lettres (Cortès, Colomb)

J Les destinataires :

Ces voyageurs s’adressent aux gens curieux et instruits de leur époque, ou à des personnages importants à qui ils doivent rendre des comptes (commanditaire de l’expédition, souverain du pays)

J Les visées :

L’auteur veut faire voir le monde étranger à celui qui ne le connaît pas (visée informative), mais veut aussi toucher le lecteur est suscité chez lui une émotion (émerveillement, étonnement).