L’accord du participe passé (règles simples)

Fiche mémoire : L’accord du participe passé

 

Le participe passé peut s’employer seul en jouant le rôle d’adjectif ou avec les auxiliaires être et avoir. Dans les formes verbales composées, le participe passé obéit à des règles d’accord particulières selon l’auxiliaire.

 I-                   LE  PARTICIPE PASSE  EMPLOYE  SEUL.

Il s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.

 Ex : «  puis une sorte de cartonnage flexible, réduit en chiffon » l. 184, 185.    

    Le participe s’accorde avec « cartonnage » donc il est au masculin.

        « la figure ravagée de colère » l. 109

     Le participe s’accorde avec « la figure » donc il est au féminin.

 Pour savoir comment l’accorder, on se demande de qui ou de quoi on parle.

     II- LE  PARTICIPE  PASSE  EMPLOYE  AVEC L’AUXILIAIRE  ÊTRE.

Il s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe.

    Ex : « Je suis pressé». l.140.

         Le participe s’accorde avec « je » qui renvoie à Ganimard donc il est au masculin.

          « l’idée ne m’est pas venue».l. 128, 129.

     Le participe s’accorde avec « l’idée » donc il est au féminin.

 II-                LE  PARTICIPE  PASSE  EMPLOYE  AVEC L’AUXILIAIRE  AVOIR.

1-      PAS D’ACCORD AVEC LE SUJET.

 

Avec l’auxiliaire « avoir », le participe passé ne s’accorde jamais avec le sujet.

   Ex : Elle avait mangé une pomme.

 2-      ACCORD AVEC LE COD.

Il s’accorde avec le COD, si celui-ci est placé avant le verbe.

 

 Pour trouver le COD, posez la question qui ? ou quoi ? après le verbe.

   Ex : « Si je t’avais écrit ou téléphoné… » l. 154,155.

     Si je t’avais écrit quoi ? Il n’y a pas de réponse donc il n’y a pas de COD et pas d’accord.

   Ex : « une chose qu’on avait lancée du haut du pont… » l. 167,168.

      On avait lancé quoi ? On avait lancé une chose. Le COD se trouve devant le verbe donc il y a accord.

 *L’accord a lieu lorsque le verbe est précédé des pronoms personnels COD « le, la, les, l’ » ou lorsque le COD est placé devant le verbe sous la forme d’un GN.

Les fonctions sujet et complément d’objet

Fiche mémoire : Les fonctions sujet et compléments d’objet

I.                   LA FONCTION SUJET

Le sujet est une fonction, c’est-à-dire un rôle occupé par un mot ou un groupe de mots dans la phrase.

1) A quoi sert le sujet et comment le reconnaître ?

  • C’est un élément essentiel du discours. Il commande l’accord  du verbe en personne  et en nombre.

   Ex : Le père de Gargantua s’appelait Grandgousier.

   Ex : Ses parents s’appelaient Grandgousier et Gargamelle.

  • A la voix active, il indique qui fait l’action exprimée par le verbe d’action  ou qui est dans l’état indiqué par le verbe d’état.

   Ex : Gargantua est un bébé joufflu.

    A la voix passive, il indique qui subit l’action exprimée par le verbe.

   Ex : Gargantua a été nommé ainsi par son père.

  • Pour le trouver, on pose la question « qui est-ce qui… ? »  ou  « qu’est-ce qui… ? » . Pour vérifier, on peut employer la tournure « C’est… qui… / Ce sont ….qui… »

2) La place du sujet dans la phrase :

  • · En général, il se trouve avant  le verbe.
  • · Dans certains cas, il peut se trouver après le verbe. On dit alors qu’il est inversé.

   C’est le cas :

–             dans beaucoup de phrases interrogatives :

   –        dans une proposition en incise qui indique quel personnage parle dans un dialogue :

  • · Parfois le sujet est reprit par un pronom, souvent pour insister.

   Ex : Dans toute la demeure retentit ce cri : « A boire ! » / A peine était-il né qu’il avait déjà soif.

3) La nature du sujet :

Le sujet peut être :

–          un nom ou un groupe nominal :

   –    un pronom :

   –    un verbe à l’infinitif:

II .  LA FONCTION COMPLEMENT D’OBJET 

 

Certains verbes se construisent sans complément d’objet. Ce sont des verbes intransitifs.

 

Les verbes transitifs se construisent avec un complément d’objet.

 

Le COD suit directement le verbe, appelé verbe transitif direct, tandis que le COI est relié au verbe, appelé transitif indirect, par une préposition (à, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous.)

 

Rabelais a écrit les aventures de Pantagruel.

                                    COD

Nous rions de cette histoire.

                             COI

 

Le COS complète un verbe déjà accompagné d’un COD ou d’un COI. Il est introduit par à, de, pour.

« Je vais leur payer à boire, mais ce ne sera que par ri »

                     COS     COD               

Les COD et COI sont des constituants essentiels du verbe. On ne peut pas les supprimer.

Les compléments essentiels et non essentiels

Les compléments essentiels et non essentiels

 

I.         Les compléments essentiels

 

Certains verbes se construisent sans complément d’objet. Ce sont des verbes intransitifs.

Lycaon s’enfuit.

 

Les verbes transitifs se construisent avec un complément d’objet.

 

Le COD suit directement le verbe, appelé verbe transitif direct, tandis que le COI est relié au verbe, appelé transitif indirect, par une préposition (à, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous.)

 

Lycaon tue l’otage.

                     COD

 

Le peuple obéit à Jupiter.

                             COI

 

Le COS complète un verbe déjà accompagné d’un COD ou d’un COI. Il est introduit par à, de, pour.

 

Le peuple adresse des prières à Jupiter.

                                   COD         COS

 

Les COD et COI sont des constituants essentiels du verbe. On ne peut pas les supprimer.

II.       Les compléments non essentiels

Les compléments circonstanciels sont des constituants facultatifs de la phrase. On peut les déplacer ou les supprimer.

 

Ils expriment des circonstances variées :

–          le temps : il répond à la question Quand ?

–          le lieu : il répond à la question : Où ?

–          la cause : il répond à la question : Pourquoi ?

–          le moyen : il répond à la question : Avec quoi ?

–          la manière il répond à la question : Comment,

–          le  but : il répond à la question : Pourquoi faire ?

–          l’accompagnement : il répond à la question : Avec qui ?

 

Attention :

  • les compléments d’objet complètent le verbe
  • Les compléments circonstanciels complètent la phrase