Merveilleux et science fiction

Différencier fantastique, merveilleux et science-fiction

 

1)      Le merveilleux

Univers imaginaire et surnaturel que l’on trouve dans les contes (ex : Perrault, 17ème siècle ; les frères Grimm, 19ème siècle). Le lecteur en accepte l’aspect surnaturel sans en douter ni en avoir peur.
Le surnaturel semble aller de soi. L’intervention des fées ou la présence d’animaux qui  parlent ne provoque aucune surprise. Il s’agit d’un jeu et le lecteur l’accepte : il sait qu’au royaume du merveilleux, rien n’est impossible.

 

2)      L’héroic fantasy

Merveilleux d’inspiration médiévale, il met en scène des héros, des magiciens,

des sorciers, l’affrontement du Bien et du Mal (ex : Le Seigneur des anneaux de

Tolkien)

 

3)      La science-fiction

 

La science-fiction est également un genre de l’imaginaire, qui présente un monde futuriste, dominé par la technologie. Elle fait intervenir des créatures autres que des personnages humains, comme des robots, les extraterrestres, les humanoïdes. Elle nous plonge dans des mondes différents du nôtre, sur d’autres planètes, dans un avenir très lointain. Mais cet univers ne suscite pas l’angoisse propre au récit fantastique.

Le monde inventé n’est pas le surnaturel mais la projection de notre monde dans un futur incertain.

Aujourd’hui, la science-fiction a envahi presque tous les domaines artistiques, mais on la trouve surtout dans les romans, les films ou les bandes dessinées. (ex : Dune, Frank Herbert ; Le meilleur des mondes, A. Huxley)

Le fantastique

Fiche mémoire : Le registre fantastique

Un récit fantastique s’inscrit dans un univers réel, banal et quotidien qui bascule dans l’insolite, l’irrationnel.

Le dénouement repose toujours sur une ambiguïté : le lecteur se trouve dans l’incapacité de trancher entre une explication rationnelle (naturelle, que la raison explique) et une interprétation surnaturelle (qui dépasse la raison humaine).

Todorov définit le fantastique en affirmant que « c’est l’hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles face à un événement surnaturel. Le fantastique occupe le temps de cette incertitude. ».

Les caractéristiques de l’écriture fantastique :

?Des thèmes récurrents :

–      Les personnages étranges, surnaturels (diable, loup-garou, revenant, vampire…)

–      L’animation de la matière : statue, objet qui se mettent à agir, à parler, à bouger

–      La confusion entre le rêve et la réalité (cauchemar, hallucination, apparition de son double…)

?Le choix de la narration à la 1ere personne, le point de vue interne entretiennent le doute sur l’objectivité du narrateur.

?Description d’atmosphères oppressantes et angoissantes qui suscitent la peur du personnage et le malaise du lecteur