Ouf ! et surtout Bravo !

Dans le cadre d’un projet interdisciplinaire (Histoire/Français),

intitulé « Ecrire avec les archives départementales »,

les élèves de 5èmeC du collège Texcier ont inventé et écrit un roman,

dans lequel intrigues et rebondissements sont au rendez-vous, et ce, dans un cadre historique !

Au bout de plus de 16 heures de travail d’invention, d’écriture, de relecture et de correction : ils ont accompli leur mission ! Le résultat est riche et de qualité ! Je tiens à les féliciter chaleureusement pour le travail fourni !

Ce travail va être édité par les Archives Départementales de Seine-Maritime ! C’est avec beaucoup d’impatience que nous attendons la plaquette !

Tous les curieux pourront retrouver ce roman à suspense, en ligne sur ce blog. Mais, il faudra attendre courant juin pour satisfaire votre curiosité !

Encore merci aux élèves de 5ème C, à Mme Mauger qui est à l’origine du projet et dont les éclairages historiques nous ont été précieux. Mention spéciale également à M. Basset qui est une source documentaire inépuisable !

Le garçon qui détestait le chocolat, la mascotte

 

Le garçon qui détestait le chocolat, la mascotte de Yaël Hassan,

Pour les 12-13 ans,

Inspirée par la terrible histoire d’Alex Kurzem, ce petit garçon juif qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, fut la mascotte d’un bataillon de S.S. sur le front russe, Yaël Hassan nous livre un troublant témoignage sur l’extermination des juifs.

Le jeune Joseph trouve dans le grenier familial une malle contenant des affaires appartenant à son grand-père pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y découvre une photo et un terrible secret : enfant, son grand-père a été la mascotte d’un bataillon nazi en Lettonie alors qu’il était juif…

La clan des Otori : une saga au coeur du Japon médieval

Dans sa forteresse d’Inuyama, l’impitoyable seigneur Iida Sadamu, du clan des Tohan, assure sa protection grâce au “ parquet du rossignol ” qui conduit à sa chambre. Construit avec un art consommé, ce parquet chante au moindre effleurement d’un pied humain. Aucun assassin ne peut le franchir sans qu’Iida l’entende…

Au XVIème siècle, dans un Japon médiéval mythique, le jeune Takeo grandit dans un village tranquille, au sein d’une communauté qui condamne la violence. Mais cette communauté est victime de persécutions, et les habitants du village de Takeo sont massacrés par les hommes d’Iida. Sauvé et adopté par sire Shigeru, chef du Clan des Otori, le jeune garçon se trouve plongé dans un univers d’intrigues et de luttes violentes entre les clans de ce Japon féodal.

Animé par son désir de vengeance et son devoir de loyauté, transporté par l’intensité de son amour pour la belle Kaede, Takeo devra trouver sa propre voie.
Sa quête le conduira derrière les murailles d’Inuyama, où il devra franchir le parquet du rossignol… cette nuit-là le rossignol se taira-t-il ?

Lian Hearn donne naissance dans ce premier livre du Clan des Otori à un univers intensément poétique où les personnages sont aux prises avec les codes sévères d’une société qui exacerbe les passions.

http://www.leclandesotori.com/index2.htm

 

Roman sur les « malgré nous »

Je marchais malgré moi dans les pas du diable

 de Dorothée Piatek

Pour les 12 ans et +, 170 pages, Petit à petit.
François Cellier a quinze ans lorsque la deuxième guerre éclate en France. Le voilà très vite contraint à quitter son Alsace pour le Perigueux afin d’échapper aux attaques Allemande. Mais la guerre se termine très vite et François doit rejoindre l’Alsace aux mains des Allemands et il sait d’or et déjà que tout ne sera plus pareil pour lui et sa famille. Il ne peut echapper à l’embrigadement de la population par Hitler qui va le pousser dans un destin qu’il n’avais jamais imaginé.
      
Dorothée Piatek s’interesse bien sûr à un sujet l’argement évoquer mais elle apporte une grande originalité en évoquant le sort des Alsaciens lors de la seconde guerre mondiale. Dans son roman, l’auteur se met à la place d’un jeune Alsacien et évoque avec une grande justesse les sentiments que les Alsaciens pouvaient ressentir durant cette periode. Dorothée Piatek évoque avec une grande justesse le désir de liberté d’un adolescent dans un pays en guerre. Elle prêche des valeurs essentiels comme l’amitié, l’amour, le courage et le non-racisme, avec finesse et justesse. Un roman bien sûr consacré à ceux que l’on appelle les « malgré nous », 130 000 Alsaciens et Mosselans qui furent endoctrinés dans l’armée Allemande pour livrer bataille aux Français ! Un récit poignant et captivant !

Une trilogie passionnante

 

Entre chiens et loups de Malorie Blackman

Pour les 14 ans et +, 400 pages, Milan jeunesse : Macadam.
Imaginez un nouveau monde. Un monde où tout ce qui est noir (les primas ) est riche,puissant et dominant. Où tout ce qui est blanc (les Nihils) est pauvre, opprimé et méprisé. Callum et Séphy vivent dans ce monde, ils s’aiment, mais elle est noire et lui blanc. Le père de Sephy est ministre alors que celui de Callum appartient à un réseau terroriste. Ils veulent changer ce monde mais comment ? La tache n’est pas facile que l’on soit blanc ou noir…