FM : Le fabliau

FM : LE FABLIAU AU MOYEN AGE

 

Au Moyen-âge, la diffusion des textes est essentiellement orale. Très peu de personnes savent écrire (les clercs essentiellement). De ville en ville, de château en château, les jongleurs (le mot vient du latin « joculator » qui signifie « amusant », « rieur ») allaient faire rire les gens, la vielle (instrument de musique à cordes et à manivelle) et la rote (instrument de musique à cordes pincées) à la main, la barbe et la perruque teintes en rouge.

Ils se livraient à des tours d’adresse, des culbutes et sauts, acrobaties et pitreries, ou bien ils contaient quelque fabliau.

Les fabliaux sont donc des contes à rire en vers (octosyllabes) car il est ainsi plus facile de les mémoriser. Ils vont donc être dits et joués par ces jongleurs.

Les personnages des fabliaux sont assez stéréotypés (on retrouve souvent les mêmes types de personnes) par exemple : la femme et son mari, le curé, le vilain (paysan) et son seigneur etc… bien souvent, ces personnages n’ont pas de nom ou seulement un prénom.

Les sujets de ces histoires sont souvent empruntés à la vie courante des gens du moyen âge.

La plupart des fabliaux datent du milieu XIIème siècle et surtout du XIIIème siècle.

Caractéristiques de ces fabliaux :

1) C’est un texte court en vers (qui emprunte ses sujets à la vie courante) raconté par un.jongleur

2) Il comporte souvent une formule d’introduction (intervention du narrateur) et une morale à la fin.

3) Il repose sur un jeu de langage ou un quiproquo (malentendu)

4) Il se moque souvent des défauts de l’être humain. Il a une visée satirique (se moquer de).

5) Ce sont des personnages types qui en sont les héros.