Hommage à Simon Igel

 

simon-igel--630x0

Simon Igel était jusque-là le seul survivant ornais du camp de concentration nazi d’Auschwitz, en Pologne.Il est décédé samedi 7 février à l’age de 88 ans dans une clinique a Caen.

En 1943, en pleine Seconde guerre mondiale, Simon Igel est déporté avec sa famille. Il n’a que 16 ans. Survivant des camps de concentration nazis, il n’a eu de cesse de témoigner de son vécu, notamment auprès des jeunes générations. Il a ainsi régulièrement entrepris le voyage vers Auschwitz avec des élèves.

J’ai choisi de vous en parler car son histoire est touchante, elle est douloureuse et elle nous rappelle qu’il faut toujours se souvenir de l’histoire des camps de concentration et d’extermination. Au lycée je suis allée à la rencontre de Manon et M Lamberton qui le connaissaient bien.
1. Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis Manon, je suis assistante d’éducation au lycée les sapins à Coutances

2. Comment avez-vous connu Mr Igel ?
J’ai connu Mr Igel au lycée Lebrun lors de la semaine des Sentiers de la Mémoire à Coutances.

3. Est-ce que Mr Igel est déjà venu au Lycée ?
Il est déjà intervenu dans certains lycées de Coutances mais je ne sais pas s’il est déjà venu au Sapins .

4. Comment réagissent les élèves par rapport à son histoire ?
Les élèves sont généralement bouleversés par l’histoire de Mr Igel, je suis bien placée pour le savoir ayant entendu ses témoignages sur plusieurs années consécutives… J’étais élève à l’époque et nous l’avons vu plusieurs années dans le cadre de notre association mais aussi lors de barbecues conviviaux.

5. Quels souvenirs gardez vous de Mr Igel ?
Mr Igel était quelqu’un d’attachant, gentil, souriant et avait la joie de vivre et l’envie de transmettre !

Questions posées à Mr Lamberton :
1. Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Sébastien Lamberton, je suis enseignant au lycée les Sapins où j’enseigne  français et histoire géographie.

2. Comment avez-vous connu Mr Igel ?
J’ai voulu faire appel à un déporté je ne le connaissais pas moi-même. J’ai fait appel à un ancien déporté de camps de concentration et d’extermination pour qu’il puisse témoigner face aux élèves en classe.
Je ne connaissais personne, j’ai effectué des recherches en appelant des gens sur Paris mais c’est en parlant de mes recherches qu’ une collègue m’a dit de contacter Mr Igel qui habite à Flers, c’était pas loin.
J’ai contacté Mr Igel qui a gentiment accepté les premières années de venir au lycée et même par ses propres moyens.

3.Est-ce que Mr Igel est déjà venu au Lycée ?
Oui il est déjà venu plusieurs fois, il est au moins venu cinq ou six  fois.
4Comment réagissent les élèves par rapport à son histoire ?
Simon quand il parlait, il prenait la parole pendant deux heures et curieusement il n’y avait pas un bruit dans la salle, les élèves étaient complètement plongés dans son histoire. Il a raconté son histoire personnelle, de sa naissance jusqu’au jour où il la racontait, on était tous captivés par ce qu’il nous racontait, beaucoup d’élèves étaient captivés devant le courage qu’il avait, d’avoir traversé des épreuves si difficiles… il imposait par son histoire le respect.

6. Quels souvenirs gardez vous de Mr Igel ?
Il était quelqu’un de formidable, qui apportait beaucoup aux gens, parce que , quand on ressortait il nous donnait une grande leçon d’humanité et bizarrement tous nos petits tracas du quotidien sont relativisés; par son histoire vécue on recevait une grande leçon d’humanité, une grande leçon de tolérance.
Simon disait toujours « peu importe qui on est, quelle que soit la couleur de peau,quelle que soit la religion, qu’on en est ou pas; nous sommes tous des êtres humains ».
Cette conclusion a beaucoup de sens quand on connaît son parcours.
Merci à Manon et à M Lamberton de nous avoir rappelés qui était ce grand Monsieur.

Simon Igel, chez lui à Chanu en 2005, lors d’une entrevue accordée à une équipe de France 3 Basse-Normandie :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/02/08/simon-igel-ancien-deporte-auschwit
Lauralee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *