Les Français toujours plus nombreux à consommer bio en 2009

26 02 2010

Les_Francais_toujours_plus_nombreux_a_consomme.jpgphoto AFP

En dépit de la crise, les Français ont été plus nombreux l’année dernière à consommer bio et comptent maintenir le cap dans les mois à venir, selon le baromètre 2009 de l’Agence Bio, publié jeudi.

Ils étaient 46% en 2009 à manger au moins une fois par mois un produit issu de l’agriculture biologique, contre 44% en 2008 et 42% en 2007, relève ce sondage réalisé chaque année pour l’Agence Bio, groupement d’intérêt public pour la promotion de l’agriculture biologique.

La tendance devrait se poursuivre dans les prochains mois, 25% des consommateurs-acheteurs ayant l’intention d’augmenter leur consommation et 71% de la maintenir, selon cette enquête.

Les Français sont aussi plus nombreux à vouloir consommer bio en dehors de leur domicile. Ils sont 45% à souhaiter des plats bio au restaurant, contre 42% en 2008 et 43% en 2007.

Sur leur lieu de travail, 41% souhaitent des produits bio à la cantine, contre 38% en 2008. Les distributeurs automatiques devraient également proposer des produits bio pour 37% des actifs, contre 32% en 2008.

Le nombre des enfants à bénéficier de repas bio dans les cantines scolaires est aussi plus important: un tiers d’entre eux y ont goûté en 2009, contre 24% l’année précédente.

Une grande majorité des parents (75%) souhaite que leurs enfants puissent y avoir accès. En moyenne, les parents déclarent être prêts à payer 7% de plus pour un repas à la cantine scolaire avec des produits bio.

De manière générale pour un Français sur quatre, il est normal de payer plus cher la production bio. Et ils se disent prêts à payer en moyenne 11% de plus. Selon de récentes enquêtes publiées dans la presse, les produits bio sont en fait de 50 à 70% plus onéreux.

Les fruits et légumes bio sont les produits les plus consommés (80%) devant les produits laitiers (71%), les oeufs (62%), les produits d’épicerie (56%), la viande (49%) et le pain (42%).

Cette enquête CSA a été menée du 26 au 30 octobre 2009 auprès d’un échantillon de 1.015 personnes représentatives de la population française.

Article de l’AFP publié le 04.02.2010 dans http://www.lavoixdunord.fr/

PROPOSITION PÉDAGOGIQUE

Outre un travail en mathématiques sur les pourcentages et les représentations de ceux-ci (courbes, tableaux, abaques, camemberts…), voici une entrée dans l’EDD par le pôle « consommation ».

Suite à la lecture de ce texte, des questions se poseront :

– Qu’est-ce que manger bio ?

– A quoi cela sert -il ?

– Pourquoi de plus en plus de personnes s’y intéressent ?

– Pourquoi les produits bio sont-ils plus chers ?

Les élèves tenteront d’y répondre individuellement et par écrit, puis exposeront leurs idées à la classe.

De cet échange naîtra quelques hypothèses, qu’il s’agira ensuite de vérifier en menant différentes investigations, tant en sciences qu’en géographie. Par exemple :

Point de vue environnemental

Le fonctionnement du vivant

– Les conditions de développement des végétaux

Les êtres vivants dans leur environnement

– Places et rôles des êtres vivants ; notions de chaînes et de réseaux alimentaires.

  • des animaux vivant au dépend de végétaux (escargots, chenilles, pucerons…)
  • des animaux consommant les précédents (hérissons, oiseaux, coccinelles…)
  • des végétaux qui les éloignent (le romarin et le thym contre les pucerons…)

L’eau : une ressource

– Le trajet de l’eau dans la nature ;

– Le maintien de sa qualité pour ses utilisations.

Point de vue économique

Produire en France : l’agriculture (mettre en valeur les notions de ressources, de pollution, de risques et de prévention)

– Aménager en grandes surfaces agricoles permettant la mécanisation

– Disposer de grandes quantités d’eau

– Produire en grande quantité (utiliser des produits le permettant)

– Répondre à la demande des consommateurs

– Vivre de son travail

Point de vue social

être consommateur et citoyen

– Se nourrir correctement et selon ses moyens financiers

– Trouver facilement les produits recherchés

– Se préoccuper de l’avenir

Au terme de ce travail, on peut viser une conclusion de ce type.

Manger « bio », c’est consommer des aliments qui n’ont pas mis en danger les équilibres naturels lors de leur production, ce qui permettra de continuer cette production encore très longtemps.

Pour cela, l’agriculteur n’emploie pas de substances risquant de :

  • donner des maladies aux hommes ;

  • mettre en danger une ou plusieurs espèces végétales ou animales ;

  • se retrouver dans l’eau des nappes phréatiques, des cours d’eau, et donc du robinet…

Il utilise des solutions offertes par la nature :

  • des plantes ou des animaux pour protéger les cultures ;

  • des variétés ou des races peu exigeantes et bien adaptées à leur milieu ;

  • des techniques pour économiser l’eau…

En agriculture biologique, on se contente d’une production moins importante. C’est pourquoi l’agriculteur devra vendre ses produits plus chers pour bien vivre de son travail.

Si la demande des consommateurs est de plus en plus importante pour les produits « bio », de plus en plus d’agriculteurs pourront choisir cette façon de produire.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire