Services écologiques fournis par les écosystèmes marins et côtiers en France

10 04 2014

 

services écologiques

Panorama des services écologiques fournis par les milieux naturels en France : Les écosystèmes marins et côtiers

Les services écologiques se répartissent en 4 catégories :
• les services de support ou fonctions écologiques, sont à la base de l’ensemble des services car ils permettent le maintien du fonctionnement de l’écosystème. Une fonction écologique peut contribuer à plusieurs services et inversement un service peut être issu de plusieurs fonctions. Ce lien entre fonctions et services explique l’étroite dépendance entre la bonne santé des écosystèmes et la qualité et la pérennité des services écologiques qu’ils rendent ;
• les services d’approvisionnement correspondent à la production de biens ;
• les services de régulation sont responsables du contrôle des processus naturels ;
• les services culturels sont des services non matériels, obtenus à travers les loisirs et le tourisme, l’éducation et la recherche et l’enrichissement artistique, patrimonial et spirituel.

UICN_France_services_ecologiques_marins_et_cotiers



Maîtrisons l’énergie en faisant le plein d’économies !

13 03 2014

ademe FNH

Document pouvant être utilisé entre autres dans le cadre du parcours « Énergie » de la formation ouverte à distance des enseignants du premier degré

Le Guide « Maîtrisons l’énergie en faisant le plein d’économies ! » met en avant une quinzaine de bonnes pratiques permettant de réduire la consommation d’énergie – en termes de chauffage de l’habitat, d’équipements de la maison et de déplacements.

guideMaitrisonsEnergie-fnh



Les énergies renouvelables en 93 questions/réponses

11 04 2013

Ce livret parcourt les différentes énergies renouvelables au travers de 93 questions qui sont souvent posées.

L’énergie éolienne, photovoltaïque, solaire thermique et thermodynamique, l’hydroélectricité, la biomasse, les pompes à  chaleur, les énergies marines, des réponses pour toutes les filières. Un Abécédaire et des liens vers des sites internet permettent de compléter ce petit livre.

Télécharger le livret



Climat et énergie : livret pédagogique

20 12 2012

Article en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm

La Fondation pour la Nature et l’Homme propose un livret pédagogique sur le climat et l’énergie

Au sommaire :

 

D’autres livrets découvertes pour protéger l’environnement :

> Livret découverte objectif : mer vivante (télécharger le livret découverte eau)

> Livret découverte la biodiversité c’est ma nature (télécharger le livret découverte biodiversité)

> Livret découverte biodiversité & alimentation : des fraises au printemps (télécharger le Livret découverte biodiversité & alimentation : des fraises au printemps)



Veolia Environnement veut s’imposer dans la méthanisation de déchets

3 07 2012

Publié le 26.06.12 sur www.20minutes.fr

Agrandir l’image

Veolia Environnement a décidé de miser sur l’essor de la méthanisation, un procédé naturel de fermentation de la matière organique, qui produit à la fois de l’électricité et un fertilisant, avec la mise en route d’un nouveau site, près d’Arras (Pas-de-Calais), inauguré mardi. Si la France — très en retard sur l’Allemagne– compte déjà quelques unités de méthanisation, «cette nouvelle unité de méthanisation est la première en France et peut-être en Europe pour la valorisation de tous ces types de déchets différents», a affirmé le PDG de Veolia Antoine Frérot. Auparavant considérés comme nuisibles, «ces déchets sont transformés en ressources rares», a-t-il ajouté.

Implanté au milieu des champs, à environ 20 kilomètres au sud-est d’Arras, le site d’Artois Méthanisation a la particularité de recevoir tous types de déchets organiques issus soit de l’agriculture, comme des racines d’endives, soit des industries, comme les graisses de restauration ou les résidus de fabrication de crème glacée, soit des collectivités, comme la tonte des pelouses ou les déchets de cantines collectives. Tous ces déchets, provenant des quelques 150 kilomètres alentours, sont triés et classés en fonction de «leur potentiel méthanogène», a expliqué Alice Delaire, responsable du nouveau site, qui fonctionne depuis avril.

De l’électricité et du compost

Dans une immense «marmite» d’environ 200 m3, les déchets sont mélangés selon différentes «recettes» avec l’objectif «d’avoir un potentiel de méthanisation stable», a indiqué Alice Delaire. A l’issue du processus de méthanisation, est produit d’un côté une énergie renouvelable, le biogaz, et, de l’autre, un résidu appelé digestat, qui rejoint le site voisin de compostage de boues d’épuration. Sur le site d’Artois Méthanisation, le moteur de génération d’électricité, alimenté en biogaz, est allumé depuis une semaine et doit être raccordé au réseau EDF en juillet.

Pour 25.000 tonnes de déchets traités — une capacité qui pourra être doublée à terme–, le site peut alimenter en électricité l’équivalent de la consommation de 6.500 habitants. Vendue à EDF à un tarif fixé par le gouvernement, cette génération d’électricité devrait rapporter de l’ordre d’un million d’euros par an à Artois Méthanisation, site qui a lui bénéficié de 8 millions d’euros d’investissements (dont 1,4 million d’euros de subventions). Actuellement, quelque 2,5% du chiffre d’affaires de Veolia Propreté (l’une des quatre branches d’activités actuelles de Veolia Environnement) provient de la vente d’électricité, a expliqué Jérôme Le Conte, directeur général de Veolia Propreté. «Notre métier consiste à devenir de plus en plus recycleur, donc à produire de plus en plus de matières et d’électricité», a-t-il estimé.



Pourquoi et comment recycler les déchets organiques ?

27 06 2012

Publié sur http://www.consoglobe.com/ en juillet 2010

compostière

Pourquoi recycler ?

Que trouve-t-on dans les déchets organiques ?

Les déchets organiques sont l’ensemble des déchets pouvant être dégradés par des micro-organismes. On y trouve :

  • Des produits animaux : sang, viande, lait,…
  • Des légumes et restes alimentaires
  • Des déchets de jardinage : herbe coupée, restes d’élagage…
  • Des boues provenant du processus de recyclage des eaux usées

Pourquoi recycler les déchets organiques ?

Les déchets organiques constituent 30% des déchets rejetés par les français, ainsi que la majeure partie des déchets de l’Industrie AgroAlimentaire  (IAA). Ces déchets sont donc présents en grandes quantités, et les recycler permet de réduire les volumes traités par la filière classique d’incinération.

De plus, ces déchets peuvent poser plusieurs problèmes s’ils sont mal gérés :

  • Un risque pour la santé publique
  • Des nuisances odorantes pour le voisinage
  • S’ils sont exposés à la pluie, ces déchets peuvent polluer les nappes phréatiques ou endommager les sols.

Enfin, un argument économique : L’île de France produit 3846 tonnes de compost par an, qui lui rapportent (à 30 € la tonne) 115 000 euros par an ! Source : ADEME 2007

Comment ça marche ?

Les déchets verts sont acheminés vers des centres spéciaux où un rapide tri manuel tente d’en retirer les éléments non dégradables comme les pierres, le verre, etc. À partir de là, les déchets verts peuvent suivre deux voies distinctes : la méthanisation ou le compostage industriel.

Le compostage industriel

Les déchets sont broyés, mélangés à des copeaux pour garantir une bonne aération et enfin empilés à l’air libre sous forme d’énormes tas. Ils sont ensuite laissés là de six à dix mois. Tous les mois, un engin de chantier est utilisé pour retourner les tas (le compostage a besoin d’aération). Des bactéries, des vers et des champignons vont coloniser la masse de déchets biodégradables et se nourrir de l’azote et du carbone présent. Une telle activité biologique peut faire monter la température au centre du tas jusqu’à 65 °C !

Les eaux de pluie qui tombent sur ces montagnes de déchets en décomposition sont retraitées (voir traitement des eaux usées) car elles en ressortent trop chargées en azote.

À la fin du processus, le compost a l’aspect d’une terre noire, lourde et granuleuse. Ce matériau est tamisé pour obtenir une matière parfaitement homogène qui sera revendue.

La méthanisation

Joliment appelé « digestion anaérobie » par les professionnels, ce processus est moins développé en France que le compostage. Contrairement ce dernier qui nécessite des éléments secs pour ne pas pourrir, la méthanisation fonctionne parfaitement avec des matières liquides ou très humides, pauvres en éléments structurants.

Les déchets sont enfermés dans des cuves étanches nommées « digesteurs », où ils fermentent en absence d’oxygène.  Au bout d’un mois, on obtient un gaz composé de 50 à 70% de méthane et un résidu organique nommé « digestat » qui peut servir d’engrais.

Ce que le consommateur doit faire :

Le consommateur a un impact majeur sur la production de déchets verts.

  • Tout le monde peut et devrait trier ses déchets. En effet, le tri à la source est la garantie d’un tri plus efficace, et donc d’une part plus importante de déchets recyclés.
  • Ceux qui disposent d’un  jardin peuvent se lancer dans le compostage domestique.

Le compostage domestique ne nécessite pas d’investissement lourd et permet de réduire la quantité de déchets mis à la poubelle. Seuls 6% des déchets verts triés sont recyclés : le recyclage « chez soi » garanti que nos déchets organiques seront bien retraités et pas mis en décharge.

Et aussi à propos du recyclage des déchets organiques :



Mallette pédagogique : les énergies et les déchets

15 11 2011


Une nouvelle édition de la mallette pédagogique « les énergies et les déchets » est arrivée.

Cette mallette pédagogique est destinée aux enseignants et éducateurs qui souhaitent enseigner le développement durable à des élèves de 8 à 12 ans.

Dans cette mallette sont disponibles 2 films éducatifs (2×26 min), 40 fiches pédagogiques (exercices, expériences, sorties et projets), 2 quiz interactifs de 12 questions chacun, 2 jeux vidéo pour l’approfondissement des connaissances, et un lexique.

En téléchargement gratuits :
– Les fiches pédagogiques
. exercice de géographie sur les déchets
. exercice de sciences sur les déchets
. exercice d’histoire sur les énergies
. expérience sur les déchets
. expérience sur les énergies

. projet sur les déchets
. projet sur les énergies

– Le lexique énergies et déchets

Plus d’informations : E-graine 



Plus de 100 écogestes classés par lieux de vie

7 06 2011

Le Petit Livre Vert pour la Terre

Pour réduire notre impact sur l’environnement, de simples gestes peuvent être mis en place au quotidien. Pour vous aider, voici le « Petit Livre Vert pour la Terre » qui recense plus de 100 écogestes classés par lieux de vie (cuisine, salon, salle de bains, école, bureau, voyage…). Ils concernent aussi bien la réduction des nuisances sonores, le tri et le recyclage des déchets, la protection de la qualité de l’air, les économies d’eau et d’énergie, le respect des espèces vivantes et les repères pour l’environnement. Chiffres clés et exemples concrets actualisés, tout est bon pour passer à l’action!

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/sites/default/files/pdf/outils/petit-livre-vert.pdf



Vidéo : la pollution de l’air réduit notre espérance de vie

4 03 2011

Selon une étude européenne, la pollution de l’air a des conséquences directes sur l’espérance de vie. A Paris, elle serait réduite de six mois et de presque deux ans a Bucarest.

TF1, Journal de 20h, 02/03/11, à voir sur http://videos.tf1.fr/jt-20h/la-pollution-de-l-air-reduit-notre-esperance-de-vie-6298618.html

Cette vidéo peut être utilisée dans le cadre du travail proposé sur http://www.ia94.ac-creteil.fr/sciences/edd/edd_piste06.htm : L’air que nous respirons est-il toujours bon pour la santé ?



La pollution de l’air réduit l’espérance de vie

4 03 2011

La pollution atmosphérique réduit l’espérance de vie des Européens, provoque de l’asthme chez l’enfant, des bronchites chroniques et des maladies cardio-vasculaires chez les plus de 65 ans, et coûte des milliards d’euros à la collectivité. Tels sont les enseignements d’un programme européen, baptisé Aphekom, qui a mobilisé pendant trois ans une soixantaine de chercheurs dans 12 pays et 25 villes, abritant au total 39 millions d’habitants.

Les chercheurs ont calculé les gains potentiels d’espérance de vie dans la population de plus 30 ans si la pollution par les particules fines était partout réduite à 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) en moyenne annuelle. Les résultats sont spectaculaires. L’excès de particules fines – émises en particulier par les véhicules diesel et les sources individuelles et collectives de chauffage – réduit de presque deux ans en moyenne l’espérance de vie des habitants de Bucarest, de presque six mois celle des Parisiens. Rien de tel a Stockholm, ou la pollution est sous la norme OMS.

La pollution atmosphérique a également un rôle de déclencheur de maladies chroniques. Le fait que 50 % en moyenne de la population vit à proximité d’un axe routier assez fréquente (plus de 10 000 véhicules par jour) serait responsable de 15 % des cas d’asthme chez les moins de 17 ans, de 23 % des bronchites chroniques et de 25 % des maladies cardio-vasculaires chez les plus de 65 ans.

Nul doute que les résultats d’Aphekom seront très commentés en France, au moment ou Bordeaux, Lyon, Grenoble, Nice, Clermont-Ferrand, Aix-en-Provence et Plaine Commune (Seine-Saint-Denis) sont volontaires, à l’appel du ministère de l’écologie, pour expérimenter les zones d’action prioritaires pour l’air (ZAPA), et interdire leur accès aux véhicules les plus polluants en 2012. A l’issue d’un débat houleux, le péage urbain a également été rendu possible dans la loi Grenelle 2, pour les agglomérations volontaires de plus de 300 000 habitants. Or des villes comme Stockholm et Londres, ou la pollution est contenue, l’ont mis en place.

Chacun peut limiter les risques, en s’éloignant des moteurs qui tournent à l’arrêt, en n’ouvrant pas les fenêtres aux heures de pointe, en se promenant dans les rues à faible densité de circulation, et en ayant un « usage plus rationnel » des moyens de transport.

Extraits d’un article publié le 02/03/2011 sur http://www.lemonde.fr/planete/

Cet article peut être utilisé dans le cadre du travail proposé sur http://www.ia94.ac-creteil.fr/sciences/edd/edd_piste06.htm : L’air que nous respirons est-il toujours bon pour la santé ?