Mettre lentilles et pois chiches dans son assiette, une bonne action pour le climat

31 05 2016

légum

information.tv5monde.com, le 27/05/16

Article en lien avec le défi EDD sur les légumineuses.

Le consommateur se mettant à table avec le souci d’agir en faveur du climat doit davantage se tourner vers les légumes secs qui sont une alternative aux protéines animales mais aussi une manière méconnue de réduire les gaz à effet de serre d’autres cultures.
« Leur introduction dans les régimes alimentaires humains permet de diversifier les sources de protéines, en remplacement de la viande, contribuant à des régimes alimentaires moins émetteurs de gaz à effet de serre », souligne un rapport récent de l’ONG Réseau action climat (RAC) et les experts de l’association Solagro.
Car pois chiches, pois cassés, lentilles, fèves et autres haricots, combinés à des céréales, « permettent de couvrir la totalité des besoins en acides aminés » que fournissent aussi les protéines animales, rappelle Jean-Michel Chardigny, nutritionniste et chercheur à l’Inra.
Manger moins de viande contribue de plusieurs manières à limiter les émissions de gaz à effet de serre : moins de méthane émis par les bovins et moins d’importations de soja (Etats-Unis, Brésil, etc.), la principale source d’alimentation pour l’élevage en Europe.
Sans compter que dans un contexte d’accroissement continu de la population mondiale et de compétition accrue pour les terres arables, il faut en moyenne cinq kilogrammes de protéines végétales pour produire un kg de protéines animales.
Mais pour le climat, l’avantage des légumineuses ne réside pas que dans la comparaison avec la viande.
Contrairement aux cultures céréalières très dominantes en France, les légumineuses ont la faculté de fixer l’azote de l’air dans leurs racines. Du coup, elles n’ont pas besoin d’engrais chimiques, la principale source de gaz à effet de serre de l’agriculture, un secteur qui compte au total pour 16% des émissions de gaz à effet de serre françaises.
En plantant des lentilles plutôt que du blé, « on évite les principaux impacts environnementaux comme les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie nécessaire à la production d’engrais », note Marie-Hélène Jeuffroy, agronome et chercheuse à l’Inra.
– Un début de renaissance –
Mieux encore : les légumineuses enrichissent le sol en azote et permettent de diminuer les intrants pour les cultures de céréales ou d’oléagineux les années suivantes. Selon Marie-Hélène Jeuffroy, « inclure une année sur cinq dans une rotation des cultures une légumineuse permet de diminuer de 14% les émissions de gaz à effet de serre » sur l’ensemble du cycle.
Enfin, « l’insertion de légumineuses contribue à rompre le cycle des bio-agresseurs (parasites, ravageurs, etc.) des cultures majeures », ce qui permet de réduire la consommation de pesticides.
Les avantages environnementaux venant s’ajouter aux bénéfices pour la santé (prévention des maladies cardiovasculaires, apport de fibres, de minéraux, de vitamines, contrôle de la glycémie), les légumineuses devraient avoir le vent en poupe.
Pourtant, selon le RAC et Solagro, « leur développement n’est pas à la hauteur des enjeux actuels », même si des filières locales se structurent, notamment en bio. Les chercheurs de l’Inra évoquent « un début de renaissance », « une PAC plus favorable aux légumineuses », mais aussi un long chemin à parcourir.
« Les légumes secs sont peu consommés: moins de 2 kg par an et par personne en France contre 4 à 5 kg en Europe et 7 kg au niveau mondial », indique Marie-Benoit Magrini de l’Inra. Contre 100 kg de blé et 90 kg de viande!
Et pourtant, il faut importer la grande majorité des légumes secs destinées à l’alimentation humaine, notamment du Canada qui a relancé avec succès ces cultures dans les années 2000.
En France, « ces cultures ne représentent que 300.000 hectares cultivés contre 9 millions pour les céréales et 2 millions pour les oléagineux » (colza, tournesol, etc.), complète l’économiste.
Il n’en a pas toujours été ainsi : avant la Seconde guerre mondiale, les Français consommaient 7 kg de légumes secs par a! Et beaucoup moins de viande.
« Il ne s’agit pas que tout le monde devienne végétarien mais d’aller vers une plus grande complémentarité entre la viande et les légumineuses », résume Jean-Michel Chardigny.
« Or, regrette le nutritionniste, on en est encore aux schémas des manuels scolaires : les protéines viennent du trio viandes, poissons, bœufs et l’on oublie les lentilles, les pois les haricots secs ».



Réponses au défi EDD sur le climat

11 02 2016

Vous trouverez ici quelques réponses au Défi « Réchauffement climatique et transports »

Et aussi un travail mené en IMPRO autour de l’environnement et du climat



Air-Climat-Santé

25 11 2015
23 novembre 2015

A l’occasion de la COP21, la Fédération francilienne des associations de protection de l’environnement publie un numéro spécial Air-Climat-Santé.

Bilingue et richement illustré, ce hors-série de 36 pages rappelle que les niveaux de pollution de l’air ne baissent plus beaucoup dans la région et décrit les conséquences sur le climat et la santé des Franciliens et surtout des Franciliennes. Bronchite pulmonaire obstructive et asthme touchent en effet majoritairement les femmes, notamment à Paris, en Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-d’Oise.

S’appuyant sur de nombreuses données scientifiques rendues accessibles grâce des infographies claires, ce numéro spécial de « Liaison » fait aussi la part belle aux retours d’expériences des associations et des élus qui ont lancé des actions dans leur collectivité territoriale. A l’image du maire de Sceaux (92) qui a mis en place un plan de développement des circulations douces et un plan « vélo » ambitieux (subventions pour l’achat de vélos électriques, flotte de « Vélos Campus » pour les étudiants…).

FNE Île-de-France expose également dans ce numéro Air-Climat-Santé des solutions adaptées à chaque niveau (collectivité, entreprise, association, citoyen) pour diminuer rapidement les émissions de CO2. Ces solutions vont de la sobriété énergétique au changement de comportement dans les déplacements ou le gaspillage alimentaire.

Un hors-série de référence qui fait le point département par département, à ne pas rater pour les élus, les décideurs et pour chaque Francilien qui se demande ce qu’il respire au quotidien.

Consulter LIAISON_AIR_2015.pdf



Ressources pour enseigner le climat à l’école

15 09 2015

Article en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm, publié par cafepedagogique.net le 15/09/15

Revue de Web non exhaustive des principales ressources utiles pour enseigner le climat à l’école, au collège ou au lycée : logiciels, lectures, animations, projets, formations. Préparez vos élèves à la COP 21 !

 

 

 

 

 

 

 

 

Site officiel de la COP 21

http://www.cop21.gouv.fr/fr

Sur Eduscol

Enseigner le développement durable

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=85723

http://www.education-developpement-durable.fr/

Météo France

http://education.meteofrance.fr/

CNRS

http://www.cnrs.fr/fr/COP21/

 

Projets

Dans le Café pédagogique

Les sentinelles du climat de Gwénaëlle Paugam-Kervella

Quand les lycéens débattent des changements climatiques

Des jeunes des Mureaux préparent la négociation climatique mondiale COP21

Tous les projets labellisés COP 21

http://www.cop21.gouv.fr/fr/societe-civile/projets-labellises-cop21

 

Lectures

Le défi climatique Jean Jouzel et Anne Debroise – 2014 Dunod

Drosophile 16 : un numéro spécial climat. Présentation.

Sélection du CNRS

 

Logiciels et animations

Simuler l’évolution du climat en classe

Un article du Café

http://www.lmd.jussieu.fr/~crlmd/simclimat/

Effet de serre

http://phet.colorado.edu/fr/simulation/greenhouse

Impact de l’homme sur le climat

http://www.educapoles.org/fr/multimedia/animation_detail/limpact_de_lhomme

Modélisation du climat

http://www.educapoles.org/fr/multimedia/animation_detail/la_modlisation_du_climat

Complexité du climat

http://www.educapoles.org/fr/multimedia/animation_detail/la_complexit_du_climat

Calculer son empreinte écologique

http://calculators.ecolife.be/fr/calculator/calculez-votre-empreinte-%C3%A9cologique

Annuaire de logiciels climat

http://jourdan.eric.pagesperso-orange.fr/log/climat.htm

Outils de modélisation climatique : le logiciel

Calculateur mondial 2050 http://tool.globalcalculator.org/

 

Formations

Dans le Café pédagogique

Interview de Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue

Lisez l’article..

60 profs à l’université d’été Mer-Education sur le réchauffement climatique

Lisez l’article…

Conférence climat de Jean Jouzel

Sur espaces sciences

 

Médias

Dossier COP 21 sur RFI

http://www.rfi.fr/general/20150302-paris-climat-2015-cop-21-environnement-rechauffement-gaz-effet-serre

Ressources sélectionnées par Educavox

http://www.educavox.fr/formation/les-ressources/cop21

Comprendre la COP 21 en 5 questions

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/05/30/01008-20150530ARTFIG00032-cop-21-comprendre-la-conference-sur-le-climat-en-5-questions.php

Le point avant la COP 21

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/11/climat-ou-en-sont-les-engagements-des-etats-avant-la-conference-de-paris_4613786_4355770.html



Comprendre les liens entre biodiversité et réchauffement climatique

8 09 2015
lepointsciences
Les oiseaux ne se cachent plus pour mourir, Le Point, le 14/08/15
Adieu mésanges, alouettes, rouges-gorges. Bonjour cigognes, perruches, goélands. Pourquoi les oiseaux de votre enfance ont déserté les jardins.
Pour comprendre les liens entre biodiversité et réchauffement climatique.
Vidéo à voir à :
<http://www.lepoint.fr/sciences-nature/les-oiseaux-ne-se-cachent-plus-pour-mourir-14-08-2015-1956652_1924.php>


Ramassage scolaire en pédibus

2 09 2015
france inter
Émission diffusée sur France Inter le 01/09/15, en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm
Avec les pédibus , les enfants vont à l’école à pied, encadrés par des parents volontaires qui se relaient chaque jour. Comme une ligne de bus, il y a des arrêts et des horaires. Une solution à l’encombrement devant les écoles ?
Interview : Stéphanie Dusser, une  mère de famille de Chaville, qui conduit un pédibus.
> A écouter à :
<http://www.franceinter.fr/emission-l-esprit-d-initiative-ramassage-scolaire-en-pedibus


Écomobilité scolaire : repenser le trajet domicile-école

2 09 2015

écomobilitéArticle publié sur mobilite-durable.org le 01/09/15, en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm

Infographie : L’écomobilité scolaire permet d’éduquer dès le plus jeune âge et de sensibiliser plus largement la communauté scolaire à la nécessité d’opter pour des solutions alternatives et collectives pour les déplacements quotidiens. Il s’agit d’une démarche éco-citoyenne concrète.



L’empreinte carbone des transports

5 08 2015

Publié par l’AFP, le 31/07/15

Article en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm

Les transports, avec l’agriculture et le chauffage, sont parmi les principaux responsables de la pollution de l’air et des émissions de gaz à effet de serre, qui contribuent au réchauffement climatique.Mais chaque mode de transport n’émet pas la même quantité de CO2… Petit tour d’horizon en vidéographie.
Vidéo à voir à :
<https://www.youtube.com/watch?v=W2s2qzh7UY0&index=1&list=PLAo5j5U8Vm-t4hk38FQ-mjn0lpP6EG4Ex>



Livret sur le changement climatique et la COP 21

15 07 2015

Le ministère de l’Ecologie publie un livret sur le changement climatique et la COP 21

Article en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm

Article publié sur www.actu-environnement , le 13/07/15

Le ministère de l’Ecologie a publié le 29 juin une plaquette explicative sur les enjeux de la Conférence climat de décembre 2015. La brochure rappelle le but de cette Conférence qui réunira les décideurs du monde : « contenir le dérèglement climatique qui menace nos sociétés et nos économies ». Mais surtout : obtenir un accord pour limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES). A Paris, la COP 21 doit élaborer un texte qui déterminera des engagements de réduction des émissions, une aide financière pour les pays en développement et la mise en œuvre de solutions ambitieuses. Le tout dans le but de limiter le réchauffement climatique à +2°C.
La brochure de 16 pages se compose essentiellement d’illustrations et d’infographies. Elle rappelle les émissions de GES des grands pays ainsi que les étapes clés des négociations internationales depuis le sommet de Rio en 1992.
Le ministère fait également la promotion de la COP 21 à Paris ainsi que de l’engagement national dans la lutte contre le changement climatique. Il explique les solutions possibles pour l’atténuation du phénomène et l’adaptation des économies.
Une dernière partie illustre les impacts déjà visibles du changement climatique : événements météorologiques extrêmes plus nombreux, perturbation des écosystèmes, productions agricoles en baisse, risques sanitaires accrus et montée du niveau des océans. Elle détaille ensuite les impacts sur l’océan et le littoral, la biodiversité mais aussi le patrimoine culturel.
Télécharger la brochure



Les Tuvalu pourraient devenir le premier pays à disparaître de la surface de la Terre

10 07 2015

Publié sur www.francetvinfo.fr/ le 08/07/15

Article en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm

Le Premier ministre de cet archipel est à Bruxelles depuis lundi, pour demander l’aide de l’Europe. Son pays pourrait disparaître à cause de la montée des océans.
Le réchauffement climatique pourrait causer la disparition du quatrième plus petit pays au monde. C’est du moins ce que craint le Premier ministre des Iles Tuvalu (océan Pacifique), en voyage à Bruxelles depuis lundi 6 juillet pour demander à l’Europe une réduction des gaz à effet de serre, rapporte The Independent (en anglais) mercredi.
Cet archipel polynésien de 26 kilomètres carrés, divisé en neuf atolls, est menacé par la montée des océans. Le point le plus haut des îles Tuvalu n’est situé en effet qu’à quatre mètres au-dessus du niveau de la mer, explique le quotidien britannique.
Les Tuvalu pourraient disparaître d’ici 50 ans
« Nous avons besoin de sauver les Tuvalu pour sauver le monde, affirme le Premier ministre, Enele Sopoaga, à six mois du sommet sur le climat à Paris. Si cet archipel disparaît sous l’eau, ce ne sera pas la fin du réchauffement planétaire. »
Les îles Tuvalu, qui abritent 11 000 habitants, réclament à l’Union européenne une baisse des gaz à effet de serre afin de maintenir la hausse moyenne des températures à 1,5°C. « [Les experts] disent que même une hausse des températures de 2°C est trop dangereuse, parce que cela signifierait la disparition des Tuvalu », s’inquiète Enele Sopoaga. Si le réchauffement planétaire se poursuit à son rythme actuel, les Tuvalu pourraient disparaître d’ici 50 ans, selon Géopolis.