Infographies Développement Durable

18 02 2015

Sans titre 1

Publié sur http://e-rse.net/

Article en lien avec le défi EDD sur le climat http://www.ia94.ac-creteil.fr/EDD/defi_climat-transports.htm

Infographies en lien avec la protection de l’environnement, le développement durable et la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).

Au sommaire

  • Quel est l’Impact de la Dégradation de l’Environnement sur notre Santé ?
  • Mobilité et Transport Durable : un Connecteur entre les Territoires et les Citoyens
  • Changement Climatique : 5 Actions Concrètes pour Réduire notre Impact Environnemental
  • Pollution en Mer : les Ravages du Plastique
  • Le Gaspillage Alimentaire
  • La Seconde vie des Déchets Issus de la Fabrication des Bouteilles d’Eau en Plastique
  • Télécoms et Ressources Rares : quels Défis pour les Industriels et les Consommateurs ?
  • Consommation Collaborative


ALERTE – DÉPASSEMENT DU SEUIL DE POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE

13 02 2015

Courriel reçu par toutes les écoles du département

En lien avec le défi EDD « L’air que nous respirons est-il toujours bon pour la santé ?« 

Mesdames et Messieurs les chefs d’établissement,

Monsieur le Préfet du Val-de-Marne informe :
ALERTE – DEPASSEMENT EN ILE DE FRANCE DU SEUIL DE POLLUTION ATMOSPHERIQUE AUX PARTICULES – JOURNEE DU 12 FEVRIER 2015

Recommandations :

– privilégier les activités calmes et éviter toutes les activités physiques et sportives intenses, notamment s’abstenir de concourir aux compétitions sportives ;
– respecter scrupuleusement les traitements médicaux en cours à visée respiratoire ou les adapter sur avis du médecin.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter les sites suivants :
www.airparif.asso.fr
www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr

Nous vous souhaitons bonne réception de la présente.

Le cabinet de la directrice académique du Val-de-Marne



DEEE : 600 camions en moins sur les routes grâce au transport fluvial

30 01 2015

transp fluv

Publié sur Actu-environnement.com, le 26/01/15
Plus de 4.500 tonnes de DEEE regroupés à Rouen seront désormais acheminées par la Seine jusqu’au port de Gennevilliers près de Paris. De quoi alléger le réseau routier et éviter les nuisances générées chaque année par 600 camions.
Eco-systèmes, l’éco-organisme en charge d’organiser la collecte, la dépollution et le recyclage des DEEE et Veolia ont inauguré une ligne de transport fluvial entre les ports de Rouen (76) et Gennevilliers (92). Une boucle logistique gérée par Fluveo (filiale de Veolia) qui va permettre d’acheminer par la Seine vers leur centre de traitement, 990 tonnes de gros électroménagers froid (réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs…) et 3.600 tonnes de petits appareils électriques (grilles pain, téléphones, ordinateurs…) collectés chaque année dans les départements de l’Eure et de la Seine Maritime. Cela représente 600 camions en moins chaque année sur les routes et une économie estimée de CO2 d’environ 33%.
Les électroménagers froid type réfrigérateur, sont pourtant peu propices à ce type de transport en raison de leur faible densité. Mais grâce à la massification des DEEE, et à la création d’un fret retour afin que les navettes ne rentrent pas à vide, cette logistique a pu être optimisée. En effet, les conteneurs seront utilisés au retour d’une part par le fabricant de papier UPM pour le transport de papier et d’autre part par Valdelia, l’éco-organisme pour le transport des déchets d’ameublement professionnels.
La collecte des DEEE est aujourd’hui de 450.000 tonnes par an mais elle devrait doubler d’ici 2019 avec des répercussions inévitables sur le transport et l’environnement. Des boucles logistiques comme celle-ci pourraient ainsi voir le jour dans d’autres régions afin de soulager le réseau routier. Il s’agit de la 3ème expérience de ce genre pour Eco-systèmes qui a déjà crée deux lignes fluviales entre Strasbourg (67) et Pagny sur Meuse (55) et entre Mayotte et le Havre (76). Des réflexions sont en cours concernant l’axe rhodanien, selon Christian Brabant, directeur général de l’éco-organisme.
Reportage vidéo à voir à :
<http://www.actu-environnement.com/ae/news/dechets-electriques-deee-transport-fluvial-veolia-ecosystemes-23717.php4>



Pollution aux particules : que sont-elles ? quel effet pour la santé ?

14 12 2013

pollution

Publié le 13 décembre 2013 sur www.charentelibre.fr

Un épisode de pollution aux particules affecte une partie de la France, jusqu’à atteindre un seuil d’alerte dans certaines régions. De quoi parle-t-on ? Quels effets pour la santé ? Comment se protéger ?

Article en lien avec le défi EDD L’air que nous respirons est-il toujours bon pour la santé ?

Qu’est-ce qu’une particule et quand déclenche-t-on une alerte ?

Ce sont des poussières, de compositions diverses et en suspension dans l’air, au diamètre égal ou inférieur à 10 microns, soit 0,01 millimètre (PM10). Elles sont émises par la combustion des carburants (principalement diesel), le chauffage (notamment bois et fioul), et la transformation de combustibles fossiles dans l’industrie.

Quand la concentration atteint 50 microgrammes/m3 en moyenne sur 24 heures, le seuil d’information est déclenché car on considère qu’une exposition présente un risque pour les personnes les plus fragiles (bébés, personnes âgées, malades).

A partir de 80 microgrammes/m3, la procédure d’alerte est déclenchée car il y a un risque pour l’ensemble de la population. Des mesures, comme la baisse des vitesses maximales autorisées sur les voies rapides, sont alors prises par chaque préfecture.

Selon les normes européennes, il ne faut pas dépasser le seuil d’information plus de 35 jours par an. En France, 16 agglomérations ont dépassé cette norme en 2012.

Quand interviennent les pics de pollutions et où ?

Les pollutions sont plus fréquentes en hiver en raison du recours accru au chauffage et des conditions météorologiques souvent défavorables à la dispersion des polluants, comme le temps anticyclonique actuel.

Elles sont également favorisés par un phénomène dit d' »inversion de température ». En situation normale, la température de l’air diminue avec l’altitude et l’air chaud contenant les polluants s’élève naturellement. En situation d’inversion de température, avec le sol qui se refroidit notamment pendant la nuit en hiver, les polluants se trouvent piégés par un « couvercle » d’air chaud.

Les régions les plus polluées sont le Nord-Pas-de-Calais, Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpe, soit essentiellement des milieux urbains et/ou industriels, mais aussi des zones encastrées comme des vallées en montagne où la dispersion s’opère mal.

Pourquoi les particules sont-elles dangereuses ?

Elles pénètrent profondément dans les voies respiratoires, créant des inflammations avec un effet immédiat (toux, essoufflement, maux de gorge, de tête…), plus marqué chez les personnes plus fragiles: enfants dont les poumons ne sont pas encore totalement formés, personnes âgées dont la capacité respiratoire est plus faible, fumeurs au système respiratoire déjà irrité par le tabac, malades du cœur et des voies respiratoires, et femmes enceintes.

Sur des sujets très fragiles, un épisode aigu de pollution peut provoquer des hospitalisations, voir des décès.

En dehors des pics, la pollution chronique est tout aussi néfaste, avec des effets à long terme : aggravation de l’asthme, atteinte du système immunitaire, diminution de la fonction respiratoire, cancer du poumon, maladies vasculaires…

Les particules fines (diamètre inférieur à 2,5) ont été classées « cancérigènes certains » par l’Organisation mondiale de la Santé.

Que faire pour réduire son exposition ?

Les plus fragiles doivent réduire leurs activités physiques dès le seuil d’information. Pour l’ensemble de la population, il est recommandé de ne pas faire de sport, y compris prendre son vélo pour les déplacements, lorsque le seuil d’alerte est atteint. Un individu inhale 15 litres d’air en moyenne en marchant, et jusqu’à 100 litres lors d’activités d’endurance.

Il faut également s’éloigner des axes routiers très fréquentés. Il est néanmoins recommandé de continuer à aérer son logement. Quant aux masques de protection (type chirurgie), ils n’arrêtent pas les particules.



Un air toujours trop pollué à Paris, mais des progrès depuis dix ans

5 07 2013

Article en lien avec le défi EDD sur l’air et la santé http://www.ia94.ac-creteil.fr

Publié le jeudi 04 juillet 2013 sur http://news.doctissimo.fr/

Les Parisiens respirent globalement un air un peu moins pollué qu’il y a dix ans, mais les concentrations en dioxyde d’azote et en particules restent encore supérieures aux normes, selon une étude commanditée par la municipalité parisienne à l’organisme de mesures Airparif rendue publique mercredi.

La qualité de l’air générale dans Paris s’améliore depuis 10 ans, même si les niveaux restent supérieurs à la réglementation, notamment le long du trafic.

À un an des élections municipales, la Ville de Paris n’a pas manqué de se féliciter des progrès constatés entre 2002 et 2012, y voyant l’effet de ses « efforts réalisés pour réduire à la fois le trafic routier et la vitesse de circulation« .

Selon Airparif, l’étude montre que « la qualité de l’air générale dans Paris s’améliore depuis 10 ans, même si les niveaux de pollution restent supérieurs à la réglementation, notamment le long du trafic« . Une amélioration toutefois ralentie par la diésélisation du parc automobile.

De plus, cette amélioration de la qualité de l’air a vraisemblablement été plus forte entre 2002 et 2007, la tendance étant plutôt à la stabilité depuis 2007, souligne Airparif.

Pour le dioxyde d’azote et les particules, deux polluants particulièrement nocifs pour la santé, « la baisse s’explique d’abord et surtout par l’amélioration générale de la qualité de l’air en Ile-de-France grâce aux actions menées tant au niveau national qu’européen et sur l’ensemble des sources de pollution : trafic bien sûr, mais aussi chauffage et industrie« , souligne Airparif.

« Elle s’explique ensuite par les aménagements réalisés dans Paris intra-muros qui ont abouti à la diminution générale du trafic (-15 à -20%) (…) et une diminution de la vitesse d’environ 2 km/h dans Paris (de 19 km/h à 17 km/h)« , ajoute l’organisme.

« Reste que, pour les deux polluants, de 22% (pour les particules) à 97% (pour le dioxyde d’azote) des Parisiens sont toujours exposés à un air dont la qualité ne respecte pas les normes annuelles« , remarque Airparif même s’ils sont globalement exposés à des niveaux en baisse.



Comment les espèces invasives débarquent en masse dans les ports de la planète

12 06 2013

 Publié le jeudi 30 mai 2013 sur http://ecologie.blog.lemonde.fr/

Les porte-conteneurs géants qui parcourent le monde de port en port ne transportent pas seulement des fruits et légumes, vêtements ou voitures. Ils acheminent également des espèces invasives, l’une des principales menaces pour la biodiversité maritime. Pour la première fois, des scientifiques ont établi un modèle mondial permettant d’analyser les routes empruntées par ces organismes et de déterminer les points les plus vulnérables.

Si certains de ces spécimens – des cellules d’algues microscopiques, des œufs de poissons ou encore des crustacés – se déplacent accrochés aux coques des bateaux, la plupart flottent dans les milliers de tonnes d’eau des ballasts, ces réservoirs qui équipent les grands navires pour assurer leur stabilité. Quand les bateaux déversent leurs eaux de ballast dans le port – ce que l’on appelle le déballastage –, les espèces peuvent s’implanter dans des eaux étrangères, souvent avec des conséquences néfastes sur la faune indigène.

Dans la région des Grands Lacs, aux États-Unis, ces organismes, comme la lamproie marine, le gobie à taches noires, la salicaire pourpre et surtout la moule zébrée, ont perturbé les écosystèmes lacustres (en tuant notamment les palourdes), pollué les plages, bouché les tuyaux de captage des eaux ou encore déplacé les plantes natives qui accueillaient la faune et évitaient l’érosion, comme l’explique l’agence de protection de l’environnement américaine. En mars 2012, des chercheurs des universités américaines de Notre-Dame et du Wyoming ont estimé que le coût de ces dégâts environnementaux, accompagnés d’un déclin de la pêche et du tourisme, était d’au moins 138 millions de dollars (106 millions d’euros) chaque année.

Or, depuis plusieurs décennies, ces espèces invasives sont plus nombreuses sous l’effet de l’augmentation du trafic maritime. L’Organisation maritime internationale (OMI) de l’ONU soutient que les eaux de ballast sont responsables du transfert d’environ 7 000 à 10 000 espèces différentes dans le monde tous les jours…

Voir les routes maritimes



100 sites de Consommation Collaborative

24 11 2011

100 sites pour consommer sans posséder : transport, tourisme, alimentation, cadeaux, artisanat, recyclage, financement…

Article publié le 18/10/2011 sur http://consocollaborative.com/

 



Mallette pédagogique : les énergies et les déchets

15 11 2011


Une nouvelle édition de la mallette pédagogique « les énergies et les déchets » est arrivée.

Cette mallette pédagogique est destinée aux enseignants et éducateurs qui souhaitent enseigner le développement durable à des élèves de 8 à 12 ans.

Dans cette mallette sont disponibles 2 films éducatifs (2×26 min), 40 fiches pédagogiques (exercices, expériences, sorties et projets), 2 quiz interactifs de 12 questions chacun, 2 jeux vidéo pour l’approfondissement des connaissances, et un lexique.

En téléchargement gratuits :
– Les fiches pédagogiques
. exercice de géographie sur les déchets
. exercice de sciences sur les déchets
. exercice d’histoire sur les énergies
. expérience sur les déchets
. expérience sur les énergies

. projet sur les déchets
. projet sur les énergies

– Le lexique énergies et déchets

Plus d’informations : E-graine 



Plus de 100 écogestes classés par lieux de vie

7 06 2011

Le Petit Livre Vert pour la Terre

Pour réduire notre impact sur l’environnement, de simples gestes peuvent être mis en place au quotidien. Pour vous aider, voici le « Petit Livre Vert pour la Terre » qui recense plus de 100 écogestes classés par lieux de vie (cuisine, salon, salle de bains, école, bureau, voyage…). Ils concernent aussi bien la réduction des nuisances sonores, le tri et le recyclage des déchets, la protection de la qualité de l’air, les économies d’eau et d’énergie, le respect des espèces vivantes et les repères pour l’environnement. Chiffres clés et exemples concrets actualisés, tout est bon pour passer à l’action!

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/sites/default/files/pdf/outils/petit-livre-vert.pdf



Vidéo : la pollution de l’air réduit notre espérance de vie

4 03 2011

Selon une étude européenne, la pollution de l’air a des conséquences directes sur l’espérance de vie. A Paris, elle serait réduite de six mois et de presque deux ans a Bucarest.

TF1, Journal de 20h, 02/03/11, à voir sur http://videos.tf1.fr/jt-20h/la-pollution-de-l-air-reduit-notre-esperance-de-vie-6298618.html

Cette vidéo peut être utilisée dans le cadre du travail proposé sur http://www.ia94.ac-creteil.fr/sciences/edd/edd_piste06.htm : L’air que nous respirons est-il toujours bon pour la santé ?