Concours: Envoyez les sujets, donnez vos impressions!

Bonjour à tous!

Alors qu’une bonne partie d’entre vous sortent à peine de l’épreuve, j’en profite pour poster un article pour vous demander de:

  • Nous envoyer via les commentaires les sujets dont vous vous rappelez
  • Nous donner vos impressions, ce que vous pensez avoir raté ou réussi

Voilà.

Le mieux est maintenant de profiter des quelques jours de liberté auxquels vous avez droit. Sortez vous de l’esprit l’idée des résultats, car rien ne sert de stresser. Impossible également de savoir vraiment si vous serez acceptés ou non.

Que vous ayez le concours ou non, j’espère que cet été et la préparation à laquelle vous vous êtes livrés vous aura permis de vous enrichir intellectuellement comme ça à pu être le cas pour moi-même et tant d’autres.

Un dernier mot pour ceux qui font une rentrée prématurée en prépa: Bon courage!

Nathan.

Préparer le concours seul(e)

Préparer et réussir seul le concours de Sciences Po? C’est possible! Emmanuel Pisarra, élève en 2ème année l’a fait, et il a eu l’amabilité de bien vouloir écrire ce billet pour vous donner tous ses conseils. Personnellement, je remarque les conseils sont valables pour tous, candidats solitaires ou non.

« Le bac désormais derrière vous, reste la dernière ligne droite, celle menant au concours de Sciences Po, et à sa réussite. Pour cela, nombreux sont ceux à avoir choisi l’option prépas mais qu’en est-il des autres ?

Préparer seul le concours de Sciences Po peut passer pour une aberration, voire de l’auto-sabotage. Pourtant, chaque année, des étudiants, plus qu’on ne le croit, gagnent leur accès au 27, rue Saint-Guillaume après un été de travail en solitaire et parfois avec des résultats excellents.

Avoir été un élève sérieux durant les années lycée, avoir beaucoup, ou du moins intelligemment, travaillé pour le bac, dont les révisions constituent une base solide, sont néanmoins des pré-requis incontournables. Un été ne suffira pas à combler des lacunes trop importantes. Mais avec le bagage de connaissances et de méthodes adéquat, vous êtes tout à fait en mesure de mettre, par vous-même, votre été au service de votre réussite.

Tout est d’abord question d’organisation. S’enfermer dans sa chambre pour travailler non-stop semble peu raisonnable sur le long terme. Vous travaillerez mieux en sachant aussi vous reposer. Préférez donc un environnement favorable, offrant des possibilités de détente, sans trop de tentations. La campagne semble être un bon compromis.

Il faut ensuite établir un plan d’attaque, un planning. Vous devez être aussi bien préparé que les étudiants d’Ipésup et de Lakanal, savoir en quoi consiste exactement les épreuves du concours. Il est hors de question de le découvrir le jour même, comme c’est le cas pour certains candidats chaque année. Pour cela, il existe une solution gratuite, les annales des années précédentes et les rapports des correcteurs, à consulter impérativement pour se faire une première idée. (http://www.sciences-po.fr/admissions/annales_sujets/index.html)

Utilisez intelligemment le court mois dont vous disposez. Préférez l’étude de la période 1914-1945 en histoire, la seconde moitié du XXe siècle étant généralement mieux connue à l’issue de l’année de Terminale. Cernez évidemment vos points faibles – anglais ? esprit de synthèse ? technique de la dissertation ? – pour vous concentrez dessus.

En histoire, vous devez disposer d’un manuel solide que vous prendrez en note, ficherez, surlignerez,… bref mémoriserez selon votre méthode. Le Berstein & Milza et le Touchard sont des références incontournables et à confronter, idéalement. Prenez du temps, chaque semaine, pour réfléchir seul à un sujet de dissertation, établir une introduction, un plan détaillé et une conclusion, que vous comparerez ensuite avec le rapport des correcteurs. Avez-vous oublié un aspect important du sujet ou des faits essentiels ? Interprété le libellé de manière erronée ? Ces questions doivent se poser à vous durant votre préparation et trouver des réponses.

Pour l’épreuve d’anglais, lisez quotidiennement la presse en ligne, The Economist , The New York Times ou Time par exemple. Prenez en note le vocabulaire qui vous pose problème, les termes journalistiques qui reviennent. Ne soyez pas non plus boulimique, la lecture sérieuse de deux articles sera plus utile que celle, bâclée, d’une dizaine dont vous ne retiendrez rien. Essayez de résumer en quelques lignes les articles qui vous intéressent, d’en déceler la structure, les problématiques majeures. L’esprit de synthèse vous sera utile lors de l’épreuve d’anglais.

– En ce qui concerne l’épreuve sur documents, tout est une question de méthode, aucunement de connaissances. Renseignez-vous bien sur ses modalités, dans l’idéal, procurez-vous un dossier sur lequel travailler – vos camarades de prépa en possèdent plusieurs, demandez-leur ! – et exercez votre esprit de synthèse, déjà à l’oeuvre dans la préparation des épreuves citées auparavant.

Enfin, l’épreuve dite d’ordre général, si elle nécessite la maîtrise des fondamentaux en philosophie et une certaine culture, ne se prépare pas de manière scolaire. Faites-vous plaisir ! C’est l’occasion de relire ou découvrir les classiques, sources infinies d’exemples et supports de réflexion: La République, Le Prince mais pourquoi pas Madame Bovary ou Le Rouge et le Noir. Mais soyez aussi audacieux, sortez des sentiers battus par les manuels de culture générale. Une référence pointue et originale peut aussi jouer en votre faveur, pour peu qu’elle dispose d’un certain cachet intellectuel.

En résumé, vos vacances doivent être sérieuses, organisées, planifiées, mais rester des vacances. C’est le juste équilibre entre travail et repos qui mène à la réussite. Certes, il n’y a pas de recette infaillible, à vous de trouver la votre et surtout d’avoir confiance en vos capacités et en ce que vous pouvez réaliser seul.« 

Concours 2009: tout reste à faire!

Bonjour à tous!

Un billet important de ce début de vacances  sur le concours qu’un certain nombre et même qu’un nombre certains d’entre vous vont passer fin août. Un billet de 2007 existe déjà ; celui-ci sera l’objet d’une actualisation et d’une indexation des articles détaillés sur les différents aspects du concours.

Un mot d’abord sur la dernière ligne droite que constitue l’été. On peut lire dans vos commentaires : «Je n’y arriverai jamais, vous avez tous l’air trop intelligents, je ne connais pas assez de dates » et autres larmoiements du genre. Ce qui compte, c’est ce que vous allez faire pendant les 6 semaines qui vous séparent de la date fatidique. La différence entre celui qui est sûr de lui et se laisse tranquillement aller et celui qui ne lâche rien et passe sa journée à bosser, c’est la même différence qu’entre un 8 et un 13. En somme, tout reste à faire. Peut être pensez vous avoir des lacunes, peut être n’avez-vous jamais ouvert un Milza et Berstein. C’est le moment de s’y mettre sérieusement. Si vous avez un problème de motivation, réfléchissez à ce que 6 semaines de travail intensif peuvent changer à votre vie professionnelle toute entière.

Parce que je sais qu’un bon nombre d’entre vous ont un problème chronique de recherche sur le blog, voici quelques articles de première importance :

Comment se préparer au concours?

Conseils de préparation et de forme pour les épreuves du concours

L’épreuve sur documents

L’Histoire

Un site de révisions pour la culture générale

L’alpha et l’oméga: les archives du concours

Synthétiquement, trois points essentiels pour chaque épreuve que vous devriez (à peu près !) pouvoir « checker » la veille du concours :

Anglais :

· Maîtriser la langue, cela va de soi. C’est un travail de longue haleine

· Savoir décortiquer un article de presse anglo-saxonne (termes, expressions, constructions idiomatiques)

· Avoir des connaissances sur les sociétés britanniques et américains, ainsi qu’en relations internationales (deux thèmes récurrents) pour construire un essay intelligent.

Histoire :

· Maitriser le mieux possible les connaissances historiques pures sur la période 1914-2009.

· Savoir élaborer une problématique intelligente. C’est le cœur de la dissertation.

· Connaître tous les éléments méthodologiques de la dissertation d’histoire.

Culture Générale :

· Être cultivé ! Et pas à la façon de qui veux gagner des millions, mais culture classique, celle d’un « honnête homme ».

· Maîtriser les thèmes de philosophie qui tombent au concours, principalement dans le domaine de la pensée politique.

· Tout comme en histoire, être capable de construire une problématique, cadre absolu de l’élaboration de la dissertation.

Questions sur documents

· Avoir un minimum de connaissances en SES et en géographie, sans quoi on ne peut pas bien saisir les intérêts d’un sujet de QSD.

· Être capable d’analyser et de synthétiser un nombre important de types de documents.

· Mais surtout, être irréprochable sur la méthode. 90% du devoir repose là-dessus.

Mention Très Bien : On ne sait pas !

Bonjour à tous,

Un petit billet pour répondre aux nombreux commentaires sur le premier billet sur les MTB et en même temps pour actualiser un peu le sujet.

Première chose : Nous ne sommes pas dans le jury, nous ne connaissons personne qui y soit, et comme tout le monde, le mode de sélection nous est totalement obscur. En d’autres termes, nous n’avons pas connaissance des critères exacts de sélection des mention très bien. Les prédicateurs qui peuvent vous donner les notes exactes à avoir et autres infos du genre sont soit de mauvaise foi, soit mal informés. Inutile donc de nous demander si vous avez votre chance avec telle ou telle note. Une seule chose de sûre : Plus elle est élevée, plus vous avez de chance.

Rappelons tout de même quelques grands critères qui peuvent importer. Le jury regarde d’abord vos notes de bac, avec en premier lieu la moyenne générale, puis le français, l’histoire, la philosophie, l’anglais. Viennent ensuite les SES et la LV2, puis les autres matières. On ne sait pas trop s’ils regardent vraiment les bulletins de classe, mais ils sont en tout cas de très faible importance face aux notes du bac. Le jury ne peut pas s’amuser à éplucher les 15 000 bulletins qui leurs sont envoyés.

Deuxième élément qui ne manquera pas de vous réjouir : La suppression des entrées à bac +1 l’année dernière a considérablement augmenté le nombre d’admis par MTB. Dans mon souvenir, ils étaient environ 400 l’année dernière, soit deux fois le nombre d’admis par concours.


Comme vous, nous avons fébrilement attendu la mi-juillet pour avoir le résultat. Comme vous, nous ne savions pas vraiment si nous avions nos chances.

Les commentaires restent ouverts, et je me ferais un plaisir de répondre à vos questions si j’en suis capable.

Nathan.

Tests de Lakanal 2009: Envoyez les sujets!

Bonjour à tous!

Les tests de Lakanal se rapprochent! Pour rappel, voici leurs dates:

  • Les 20, 22, 27 et 29 juin 2009

Une fois les tests passés, envoyez les sujets! On réfléchira à des éléments de réponse, on essayera de voir ce qui est à réviser, vos chances d’avoir les tests…

Vous pouvez retrouver ici notre article sur les tests. N’hésitez pas à demander des conseils.

A bientôt!

Nathan.


Alors que le concours se rapproche…

Bonjour à tous!

Le mois de Juin a déjà bien débuté… Pour vous, ce doit être le temps de la fin de l’année de terminale, des révisions du bac, et chaque personne ayant passé son bac sait que ce n’est pas le moment le plus amusant ou le moins stressant du parcours scolaire. Mais rappelons le: une mention très bien peut vous délivrer du concours. Il y a chaque année plus d’admis par MTB que par concours.

Mais en ce jour de 10 juin 2009, on est aussi à moins de trois mois de ce fameux concours. Trois mois, pour certains, ça peut encore paraître lointain, assez lointain pour ne pas être préoccupant vis-à-vis des révisions.

Détrompez vous! C’est le moment de faire le bilan de votre année d’éventuelles avancées dans la préparation du concours.

  • Ou en êtes vous, de manière générale?
  • Connaissez vous le programme d’histoire? Les grandes notions, dates? Qu’avez vous lu comme manuel en dehors de ceux du lycée? Pouvez vous écrire cinq ou dix lignes sur les Etats Unis dans les affaires internationales dans l’entre-deux-guerres? Savez vous qui est Maurice Couve de Murville?
  • Avez vous un niveau de langues au dessus de la moyenne de votre classe? Etes vous capable de lire un article de presse écrite sans problème? Pourriez vous citer 20 expressions journalistiques couramment utilisées?
  • Quels auteurs pensez vous connaître en philosophie politique? Qu’avez vous étudié en plus du simple programme de philosophie de terminale? Pouvez vous appuyer sur vos connaissances historiques pour appuyer les thèses de Hannah Arendt? Quels rapports entre les textes de La Boétie et de Machiavel?

Avec un peu de chance, j’en aurai déjà fait paniquer un certain nombre d’entre vous.

Ce n’est pas le but. Mais c’est bien le moment d’établir une stratégie, celle qui va vous conduire au succès lors du concours. Quel genre de préparation envisagez cet été? Deux mois à Honolulu à lire des fiches de temps en temps sur la plage? Une visite de tous les musées de votre ville?

Inutile d’y aller par quatre chemins, le meilleur moyen d’avoir le concours est de passer par une prépa. Ce sujet a déjà été évoqué sur le blog. Quelles prépas avez vous demandé? Quels dossiers avez vous envoyé, quels tests allez vous passer?

Mais vous pouvez aussi envisager un été en solo face aux bouquins. Certains ont réussi à avoir le concours sans passer par une prépa. Cette méthode requiert une force mentale bien plus importante, mais elle peut payer.

Quoiqu’il advienne, c’est le moment de faire un petit bilan et de vous demander ou vous en êtes. Peut être pouvez vous ralentir les révisions du concours au profit du bac; peut être devriez vous vous donner un gros coup de fouet dans la préparation du concours.

Arthur et moi restons ouvert à vos questions, prêt à partager notre expérience. A bientôt!

Nathan.

Sciences Po 2013

Bonjour à tous,

Sciences Po 2013. C’est LE projet de la direction de Sciences Po cette année…

Sciences Po 2013

En quelques mots, voici en quoi il consiste:

  • Le développement de la recherche à Sciences Po.
  • L’amélioration des conditions d’accueil des élèves (notamment au vu de l’accroissement du nombre d’entre eux)
  • Un Sciences Po plus social: plus de bourses, plus d’exonérations, etc…

Evidemment, cela ne vient pas sans sacrifices. Ainsi, outre ses ressources propres, Sciences Po se voit contraint d’accroître de manière conséquente les frais de scolarité pour les élèves vivant dans un foyer aisé. Un nombre plus importants d’élèves ne payeront pas de frais de scolarité, le reste voyant les frais s’échelonner entre 570 et 13000€ selon le revenu des parents, contre 530 et 5300€ avant Sciences Po 2013.

Encore une réforme qui fait débattre donc, tout comme le projet de refonder complètement l’enseignement de l’anglais l’année prochaine, enseignement qui serait plus tourné vers le e-learning.

Vous pourrez trouver à cette adresse le communiqué sur le projet Sciences Po 2013:

http://www.sciences-po.fr/portail/upload/actualites/SciencesPo_Objectif_2013.pdf

A bientôt,

Nathan.

Création d’un double cursus Sciences Po – Paris IV

Bonjour à tous,

Une des plaintes qui revient le plus régulièrement de la part des étudiants de Sciences Po est l’absence de cours de philosophie ou de lettres conséquents durant le premier cycle. Certes, des cours de lecture ou de philosophie politique sont disponibles ci et là, mais rien qui se rapproche de près ou de loin de ce qu’étudient les khagneux ou les étudiants en lettres.

Bonne nouvelle à ce propos: la création dès la rentrée 2009 de deux double cursus entre Sciences Po et l’université Paris IV. Les voici:

sciences sociales et lettres.
sciences sociales et philosophie.

Vous pourrez trouver à cette adresse http://www.sciences-po.fr/upload/communique_presse/25_mai_2009_CP_double_cursus_Sciences_Po.pdf le communiqué de Sciences Po à ce sujet.

A bientôt,

Nathan.

A propos – 2009

Bonjour à tous !

Le blog du WebPédagogique consacré à SciencesPo reprend enfin du service après un an et demi de silence, au cours desquels vous avez malgré tout été très nombreux à le visiter. C’est pourquoi nous avons voulu le faire renaître de ses cendres, d’autant plus que l’information contenue sur ce blog commençait à vieillir, avec les récentes réformes de voies d’admission notamment.

C’est un peu le problème quand on veut intégrer une école qui bouge en permanence : il faut constamment se tenir informé de ses mutations, parfois très importantes.

L’équipe change un peu. Jusque là j’étais seul à écrire sur ce blog et à tenter de répondre à vos très nombreux commentaires. Désormais, ce blog est coproduit par LeWebPédagogique et RSP.fm, le média des étudiants de SciencesPo, association dont je fais partie. Et je suis rejoint pour l’occasion par Nathan, étudiant en 1ère année à SciencesPo, qui était un des visiteurs les plus assidus du blog lors de sa première année d’existence, et que j’avais connu alors.

Nous écrirons donc à quatre mains, ce qui permettra d’une part de produire plus d’articles, de répondre à encore plus de commentaires, mais aussi de confronter nos points de vue et d’être certainement plus objectifs. Ce qui n’est pas un luxe quand on sait combien parler de SciencesPo peut être un sujet sensible. On aimerait bien que ce ne soit pas tant le cas, mais ce blog a parfois déplu et pu être critiqué au sein même de la direction de SciencesPo. On ne se donne pas tant d’importance… Mais on est flattés !

L’objectif de ce blog reste le même : présenter SciencesPo, afin de permettre aux étudiants (universitaires, lycéens, collégiens, etc.) de découvrir notre école, et de décrire les différents processus d’admission qui existent au sein de l’école.

Pour me présenter, je suis donc Arthur Richer, étudiant en 4ème année à SciencesPo, au sein du master Marketing et Etudes. J’ai intégré cette école en 2005, par le concours d’entrée à bac+0. J’ai effectué ma 3ème année en Argentine, en échange avec l’université Torcuato di Tella de Buenos Aires. J’envisage de faire une année de césure entre mes 4ème et 5ème années, ce qui me ferait sortir diplôme de SciencesPo en juin 2011.

Nathan est lui entré à SciencesPo en première année à la rentrée 2008 par la voie du concours à bac 0 et en sortira donc diplômé en 2013.

N’hésitez pas à nous demander à travers vos commentaires de traiter un sujet en particulier. Nous essaierons autant que faire se peut de traiter les sujets les plus demandés. Il y a généralement beaucoup de commentaires sur ce blog, même alors que je ne l’actualisais plus. Il nous sera donc difficile de répondre individuellement à tous les commentaires, mais nous essaierons d’y répondre en tir groupé.

Reste une demande et une mise au clair : D’une part, assurez vous bien avant de poser une question d’avoir regardé si la réponse ne se trouve pas déjà sur le blog, qui est organisé de manière à ce que vous puissiez rapidement accéder aux informations que vous recherchez. D’autre part, beaucoup d’étudiants commentent des articles en nous présentant leurs résultats scolaires et nous demandant s’ils ont « une chance » ou pas. Nous ne sommes pas compétents pour le dire, et je réponds une fois pour toutes à toutes ces questions ici même : vos résultats de lycée ou à la fac ne veulent rien dire, tant que vous bossez pour entrer à SciencesPo, que vous êtes intéressés et motivés, alors vous avez votre chance !

A très bientôt sur le blog SciencesPo !

Quel plan B lorsque l’on a pas eu SciencesPo?

Bonjour à tous,

Une question qui revient souvent porte sur les différentes options possibles si l’on a raté Sciences Po, que ce soit par CEP, MTB, ou concours…

Pour vous rassurer, on peut d’ores et déjà dire que le premier cycle (les trois premières années) n’offre aucun diplôme. La conséquence directe, c’est que seul le master est diplomant. En somme, quelqu’un qui entre juste après son bac aura le même diplôme que quelqu’un qui entre à bac+3 directement en master. Vous avez toujours une chance de faire SciencesPo même en ayant raté votre entrée en premier cycle.

Mais autant vous prévenir tout de suite, hormis les IEP de province sur lesquels je reviendrais, aucune formation n’est semblable à celle de Sciences Po. Pour un grand nombre de raisons, elle est unique.

Continue reading Quel plan B lorsque l’on a pas eu SciencesPo?

La préparation CNED au concours

Bonjour à tous,

Il peut paraître difficile de préparer le concours pendant l’année de terminale sans le moindre support. On est contraint de bosser seul, chez soi, sans prof derrière pour juger de votre travail.

Le CNED est une des solutions à ce problème. Il propose pour 375 € une formule complète qui comprend:

  • Des manuels pour toutes les matières du concours. Je les ai trouvé de bonne qualité, notamment ceux de Culture Générale qui sont écrits par Eric Cobast. Le manuel d’anglais est quant à lui un excellent complément à la lecture d’un quotidien anglo-saxon tel que The Economist. Je ne peux pas en dire autant du manuel d’Histoire, bourré d’erreurs et loin de valoir des manuels tels que le Milza et Berstein ou le Touchard. Enfin, on reçoit un manuel de Géographie, inutile pour le concours de Paris mais qui peut être intéressant pour les concours des IEP de province.
  • 16 devoirs à faire chez soi et à renvoyer à des correcteurs. On vous envoie en même temps que les manuels des énoncés complets, et c’est à vous de les traiter si vous le désirez dans les conditions du concours. L’avantage, c’est qu’on peut avoir une évaluation par un prof de son travail tout au long de l’année. Le problème, c’est d’une part que personne ne sera derrière vous pour vous contraindre à les renvoyer, et d’autre part les systèmes de notation ne sont absolument pas harmonisés entre les professeurs qui corrigent des copies chacun de leur côté.
  • Pour un coût supplémentaire, un galop d’essai. Vers le milieu de l’année scolaire, des sujets sont mis en ligne et vous avez en gros 48 heures pour traiter les 4 matières et renvoyer les devoirs. La différence avec les devoirs à faire chez soi n’est pas évidente, et le galop est lui aussi victime d’une notation non harmonisée.
  • Enfin, un élément non négligeable, le forum reservé aux inscrits à la préparation. On y discute du concours, de sujets particuliers, des attentes des correcteurs, etc…

http://portail.cned.fr/cned-concours/fr/formations/entree-ecoles/iep/concours/

Avantages de la préparation:

  • Un support de travail autre que les simples manuels
  • Un forum d’entraide
  • Des manuels d’Anglais et de CG de bonne qualité
  • Ca vous donne le sentiment de réellement préparer le concours, vous avez quelque chose de concret

Défauts:

  • Une notation qui ne correspond pas toujours à celle du concours
  • Un manuel d’Histoire inutile
  • Si vous ne renvoyez pas les devoirs, vous aurez payé quasiment 400 € pour quelques manuels
  • Une formation qui ne peut aucunement se passer d’un travail beaucoup plus approfondi pendant l’été si possible via une prépa


Si vous êtes actuellement inscrits à cette formation, n’hésitez pas à donner votre avis, surtout s’il diverge du mien!

Nathan.