Tes les prix Nobel

Le prix en sciences économiques de cette année récompense la conception de méthodes qui contribuent à répondre à certains enjeux les plus fondamentaux et pressants de notre époque : la croissance soutenable à long terme de l’économie mondiale et du bien-être de la population mondiale.

L’étude de la façon par laquelle l’humanité gère des ressources limitées est au cœur de la science économique et, depuis sa constitution comme science, l’économie a reconnu que les plus importantes contraintes sur les ressources concernent la Nature et le savoir. La Nature dicte les conditions dans lesquelles nous vivons et le savoir définit notre capacité à gérer ces conditions. Cependant, malgré leur rôle central, les économistes n’ont généralement pas étudié comment la Nature et le savoir sont affectés par les marchés et les comportements économiques. Les lauréats de cette année, Paul M. Romer et William D. Nordhaus, ont élargi le champ de l’analyse économique en concevant des outils qui nous permettent d’examiner comment l’économie de marché influence à long terme la Nature et le savoir.

Le savoir. Pendant plus d’un siècle, l’économie mondiale a crû à un rythme remarquable et assez régulier. Quand quelques pourcents de croissance économique par an s’accumulent sur plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, cela bouleverse vraiment la vie des gens. Cependant, la croissance a progressé bien plus lentement durant l’essentiel de l’histoire humaine. Elle varie aussi d’un pays à l’autre. Donc, qu’est-ce qui explique pourquoi la croissance survient à un tel moment et à tel endroit ? La réponse qu’avancent habituellement les économistes est le progrès technique, à travers lequel des volumes croissants de savoirs sont incarnés dans les technologies créées par des inventeurs, des ingénieurs et des scientifiques. Au début des années quatre-vingt, quand il était un étudiant en doctorat à l’Université de Chicago, Paul Romer a commencé à développer la théorie de la croissance endogène, où les avancées technologiques ne proviennent pas simplement de sources externes – exogènes -, comme le supposaient jusqu’alors les modèles économiques. En fait, elles sont créées par des activités marchandes. Les constats de Romer nous permettent de mieux comprendre quelles sont les conditions de marché qui favorisent la création de nouvelles idées pour des technologies rentables. Ses travaux nous aident à concevoir des institutions et des politiques qui peuvent améliorer la prospérité humaine en instaurant les bonnes conditions pour le développement technologique.

La Nature. William Nordhaus a commencé ses travaux dans les années soixante-dix, après que les scientifiques aient commencé à se préoccuper à l’idée que la combustion des énergies fossiles puisse entraîner un réchauffement climatique et des effets pernicieux d’un tel changement climatique. Nordhaus s’est donné la tâche immense d’examiner les liens de causalité bidirectionnels entre l’activité humaine et le climat, en combinant théories fondamentales et résultats empiriques tirés de la physique, de la chimie et de l’économie. Il n’a donc pas simplement considéré la Nature comme une contrainte sur l’activité humaine, mais il a également pris en compte le fait que la première soit en retour grandement influencée par cette dernière. Nordhaus est la première personne à concevoir des modèles simples, mais dynamiques et quantitatifs, du système économique-climatique mondial, désormais appelés « modèles intégrés d’évaluation » (integrated assessment models, IAM). Ses outils nous permettent de simuler comment l’économie et le climat évolueront dans le futur selon des hypothèses alternatives à propos des fonctionnements de la Nature et de l’économie de marché, notamment à propos des politiques mises en œuvre. Ses modèles apportent des réponses à des questions à propos de la désirabilité de différents scénarii mondiaux et différentes interventions politiques.

Les imperfections dans le marché mondial. Les deux lauréats ont mis en lumière les effets de débordement (spillover effects) dans la société, c’est-à-dire les conséquences sur autrui qui ne sont pas prises en compte par les individus, notamment les innovateurs et les pollueurs. Toute idée de nouvelle technologie, qu’importe là où elle apparaît, peut être utilisée pour la production de nouveaux biens et de nouvelles idées ailleurs, aujourd’hui ou dans le futur. De même, l’émission d’une unité supplémentaire de carbone se diffuse rapidement dans l’atmosphère et contribue au changement climatique, affectant toute l’humanité aujourd’hui et dans le futur. Les économistes parlent d’ »externalités » pour qualifier ces effets de débordement. Les externalités étudiées par Romer et Nordhaus ont une portée mondiale et des conséquences à long terme. Comme les marchés non régulés vont générer des conséquences inefficaces en présence de telles externalités, le travail de Romer et de Nordhaus fournit des arguments convaincants pour l’intervention publique.

L’innovation technologique

Motivation. Les différences de long terme dans les taux de croissance ont d’énormes conséquences. Si deux économies commencent avec le même PIB par tête, mais que l’une d’entre elles croît à un rythme annuel supérieur de 4 points de pourcentage à la seconde, alors elle sera presque cinq fois plus riche que la seconde au bout de 40 ans. Un modeste écart de croissance de 2 points de pourcentage permet à la première économie d’être deux fois plus riche que la seconde au bout de 40 ans.

A la fin des années quatre-vingt, Romer a constaté que les taux de croissance du revenu dans les données observées variaient grandement d’une économie à l’autre. Le graphique 1, basé sur l’un des articles de Romer, représente le revenu par tête en 1960 et la croissance moyenne pour les 25 années suivantes pour plus de 100 pays ; un graphique avec des données actualisées lui ressemblerait fortement. Chaque carré représente un pays. Comme le graphique le montre, les écarts de taux de croissance typiques entre des pays s’élevaient à plusieurs points de pourcentage et il y a un grand écart (autour de 10 points de pourcentage) entre les pays ayant la plus forte croissance et les pays ayant la plus faible croissance. De plus, le graphique ne montre pas de relation systématique entre le revenu initial et la croissance : certains pays pauvres croissent rapidement, tandis que d’autres décroissent. Romer en conclut qu’il était crucial de comprendre les causes de tels écarts persistants et significatifs entre les taux de croissance et il commença à rechercher une explication.

GRAPHIQUE Revenu par tête (relativement à celui des Etats-Unis) et croissance annuelle subséquente du revenu par tête

Paul_Romer__revenu_par_tete_1960_croissance_1960_1985.png
source : Romer (1987)

Des zones d’ombre empiriques et théoriques. Comme Romer l’a noté, la théorie de la croissance qui dominait à l’époque (le modèle de croissance de Solow, qui fut couronnée par le prix Nobel de sciences économiques en 1987) pouvait expliquer plusieurs aspects de la croissance économique, mais pas des écarts amples et durables dans les taux de croissance entre les pays. Le modèle de Solow prédit que les pays les plus pauvres devraient croître plus rapidement les pays riches et rattraper ces derniers assez rapidement, ce qui n’est pas ce que suggère le graphique 1. Dans ce modèle, une économie peut croître en accumulant du capital physique, par exemple des machines ou des infrastructures, mais la croissance tirée par le capital peut s’essouffler à long terme ; pour toute technologie donnée, tout supplément de capital accroît de moins en moins la production. Pour qu’il y ait une croissance durable à long terme (et des écarts de croissance) dans le modèle, l’hypothèse était que les travailleurs deviennent de plus en plus productifs grâce aux avancées technologiques, bien qu’à des rythmes différents d’un pays à l’autre. Par conséquent, le modèle de Solow n’explique pas ces tendances, parce que les changements technologiques n’y arrivent que de façon exogène, depuis une « boîte noire ».

L’une des percées majeures de Romer est d’avoir ouvert cette boîte noire et d’avoir montré comment les idées pour les nouveaux biens et services (produits par de nouvelles technologies) peuvent être créées dans l’économie de marché. Il a aussi montré comment un tel changement technologique endogène peut influencer la croissance économique et quelles politiques sont nécessaires pour que ce processus fonctionne bien. Les contributions de Romer ont eu un énorme impact dans le champ de la science économique. Ses explications théoriques ont posé les fondations pour la recherche sur la croissance endogène et les débats suscités par ses comparaisons internationales de croissance ont ouvert la voie à de nouvelles et prometteuses recherches empiriques.

Qu’y a-t-il de spécial à propos de la croissance tirée par les idées ? Pour répondre à cette question, nous devons comprendre comment les idées diffèrent des biens comme le capital physique ou du capital humain. Romer nous apprend à considérer les biens en utilisant deux dimensions (…). Dans la première dimension, le capital physique et le capital humain sont des biens rivaux. Si une machine ou un ingénieur formé sont utilisés dans une usine, cette machine ou cet ingénieur ne peuvent être utilisés simultanément dans une autre usine. Par contre, les idées sont des biens non rivaux : une personne ou une entreprise utilisant une idée n’empêchent pas les autres de l’utiliser également.

Dans la seconde dimension, ces biens peuvent être excluables (ou exclusifs) si les institutions ou régulations permettent d’empêcher quelqu’un de les utiliser. Pour certaines idées, telles que les résultats tirés de la recherche fondamentale, c’est difficile, voire impossible : pensez à des outils mathématiques comme le théorème de Pythagore. Pour d’autres idées, cependant, les utilisateurs peuvent être exclus via des mesures techniques (telles que le cryptage) ou la réglementation des brevets. L’un des articles de Romer a montré comment la rivalité et l’excluabilité des idées déterminaient la croissance économique.

Romer croyait qu’un modèle de marché pour la création d’idées devait prendre en compte le fait que la production de nouveaux biens (qui se base sur les idées) puisse avoir des coûts déclinant rapidement : la première ébauche a un énorme coût fixe, mais la réplication a de faibles coûts marginaux. Une telle structure des coûts implique que les entreprises doivent avoir une marge, c’est-à-dire fixer le prix au-dessus du coût marginal, de façon à ce qu’elles puissent récupérer le coût fixe initial. Les entreprises doivent donc avoir un certain pouvoir de monopole, ce qui n’est possible que pour des idées suffisamment excluables. Romer a aussi montré que la croissance tirée par l’accumulation d’idées, à la différence de la croissance tirée par l’accumulation de capital physique, ne présente pas forcément de rendements décroissants. En d’autres termes, la croissance tirée par les idées peut rester soutenue à long terme.

Les imperfections de marché et la politique économique. En principe, le nouveau savoir créé par une recherche-développement fructueuse peut profiter aux entrepreneurs et aux innovateurs partout dans le monde, maintenant et dans le futur. Cependant, les marchés ne récompensent en général pas totalement les créateurs de nouveaux savoirs pour tous les bénéfices de leurs innovations, ce qui signifie que (aussi longtemps que le nouveau savoir est socialement bénéfique), il y aura trop peu de recherche-développement. De plus, comme les incitations de marché pour la recherche-développement prennent la forme de profits de monopole, il n’y aura typiquement pas de provision adéquate de nouvelles idées une fois qu’elles auront été inventées. La recherche subséquente a montré comment les résultats de marché peuvent aussi entraîner trop de recherche-développement : soit lorsque les nouvelles idées conduisent à l’éviction de trop nombreuses entreprises existantes lors du processus de destruction créatrice, soit lorsque les nouvelles idées augmentent les technologies socialement néfastes, par exemple en permettant une extraction ou un usage excessifs de carburants fossiles, ce qui nuit au climat.

Pour résumer, Romer a montré que des marchés non régulés vont générer un changement technologique, mais qu’ils tendent à ne pas fournir assez de recherche-développement, donc pas assez de nouveaux biens. Pour répondre à cette insuffisance, il faut des interventions publiques bien conçues, comme les subventions à la recherche-développement et la réglementation des brevets. Son analyse dit que de telles politiques sont vitales pour la croissance à long terme, pas simplement dans un pays, mais au niveau mondial. Elle fournit aussi un guide pour la conception des politiques : le système de brevets doit parvenir à établir un bon équilibre entre les incitations à créer de nouvelles idées (en accordant à leurs concepteurs certains droits au monopole) et la capacité des autres à les utiliser (en limitant ces droits au monopole dans le temps et dans l’espace).

Le changement climatique

L’activité humaine a contribué à une hausse rapide des températures mondiales moyennes au cours du dernier siècle. Même s’il y a une certaine ’incertitude autour de l’ampleur à laquelle cela va affecter le climat dans le futur, le consensus en sciences naturelles est que ce sera « selon toute probabilité un impact significatif ».

Motivation. Dans les années soixante-dix, quand il était un jeune étudiant à l’Université de Yale, William Nordhaus a étudié en profondeur les données naissantes sur le réchauffement climatique et ses causes probables et il en conclut qu’il devait faire quelque chose. Sa crainte l’a amené à développer de nouveaux outils pour nous aider à comprendre comment l’économie peut générer un changement climatique, ainsi que les conséquences sociétales du changement climatique. Il voulait développer un cadre qui permette d’analyser le changement climatique en termes de coûts et bénéfices.

Un défi de taille. Comme Romer, Nordhaus étendit le modèle de croissance de Solow avec un important ensemble d’effets de débordement en incluant le réchauffement climatique provoqué par les émissions de carbone. Dans ce cas, les externalités en question étaient essentiellement négatives. Surtout, les mécanismes et causes du changement climatique anthropique impliquent des processus étudiés dans les sciences naturelles. Une analyse globale du changement climatique requiert donc une approche vraiment intégrée, dans laquelle la société et la Nature interagissent.

Prenant conscience de la nécessité d’une telle approche, Nordhaus est à l’origine du développement des modèles intégrés d’évaluation (integrated assessment models). (…)

Des recommandations en matière de politique.Selon les travaux de Nordhaus, le remède le plus efficace pour les problèmes provoqués par les émissions de gaz à effet de serre serait un dispositif mondial de taxes carbone qui soient imposées uniformément dans tous les pays. Cette recommandation s’appuie sur un résultat formulé dans les années soixante par un économiste britannique, Arthur Cecil Pigou, à savoir que chaque émetteur paye le coût social du dommage provoqué par ses émissions via un prix approprié. Un système mondial de droits d’émission peut parvenir au même résultat, à condition que les quotas soient fixés à un niveau suffisamment faible pour entraîner un prix du carbone suffisamment élevé.

Cependant, les modèles IAM ne fournissent pas seulement des résultats qualitatifs. Ils nous permettent de calculer des trajectoires quantitatives pour la meilleure taxe carbone et montrent comment ces trajectoires dépendent crucialement d’hypothèses à propos des paramètres : par exemple, la sensibilité de la température mondiale à la concentration de carbone dans l’atmosphère, la durée pendant laquelle celui-ci reste dans l’atmosphère et l’ampleur des dommages provoqués par le changement climatique. Une récente étude de Nordhaus offre une bonne illustration de la façon par laquelle les modèles IAM peuvent être utilisés pour analyser la politique. Il simule quatre politiques dans la dernière version de son modèle DICE en utilisant les meilleures estimations pour les paramètres du changement climatique :

GRAPHIQUE Emissions de CO2 (en gigatonnes par an) selon différents scénarii

William_Nordhaus__differents_scenarios_emissions_CO2_taxe_carbone_Stern.png

Dans le scénario n° 1, il n’y a pas de mesures de politique climatique de plus que celles déjà en place en 2015. Dans le scénario n° 2, les taxes carbone maximisent le bien-être mondial, selon des hypothèses économiques conventionnelles à propos de l’importance du bien-être des générations futures. Dans le scénario n° 3, les taxes carbone maximisent le bien-être mondial en donnant un plus grand poids au bien-être des générations futures que dans le scénario n° 2, comme le suggère The Economics of Climate Change: The Stern Review de 2007. Dans le scénario n° 4, les taxes carbone sont suffisamment élevées pour maintenir le réchauffement climatique en-deçà des 2,5°C tout en réduisant le coût en bien-être mondial.

Le graphique montre l’évolution des émissions de CO2 au cours du temps dans chacun de ces quatre scénarii. Les différentes trajectoires pour les taxes carbone signifient que les émissions (et donc l’ampleur du changement climatique) sont très différentes d’un scénario à l’autre. Dans le scénario n° 2, les taxes débutent à environ 30 dollars la tonne de CO2 et augmentent au cours du temps à peu près au même rythme que le PIB mondial. Dans les scénarii n° 3 et 4, qui simulent des réductions d’émissions plus fortes, les taxes sont six à huit fois plus importantes.

De grandes incertitudes. Dans les sciences naturelles et dans les sciences sociales, il y a des incertitudes à propos de plusieurs aspects du changement climatique. Par exemple, nous ne savons pas exactement à quel point le climat est sensible aux émissions de gaz à effet de serre ou quel est la probabilité que l’on atteigne un point tournant mondial au-delà duquel le climat échappe à tout contrôle. De même, nous ne savons pas tout à propos des dommages économiques et humains provoqués par le changement climatique et du coût de la décarbonisation.

Naturellement, les IAM développés par Nordhaus ne peuvent éliminer cette incertitude. Cependant, ses modèles peuvent analyser comment le prix approprié du carbone est affecté par différentes possibilités, par exemple une plus forte sensibilité du climat ou une plus forte probabilité d’un point tournant mondial dangereux à 2° C de réchauffement. (…) »

Académie royale des sciences de Suède, « Integrating nature and knowledge into economics », 8 octobre 2018. Traduit par Martin Anota

Posted in actualité

Sur la segmentation du marché…TER ES

  • Sous ce lien un très bon article pour mieux comprendre le cours

Posted in actualité, ARTICLE DE PRESSE, travail emploi Tagged

le cycle du crédit et les crises

à lire sur ce sujet

Posted in actualité

article sur le chômage structurel….révisions

a lire et relire

Posted in actualité

une vidéo pour comprendre le réchauffement climatique et autres

sous ce lien une vidéo pour comprendre le réchauffement climatique

et sur la banquise

la montée des eaux

et pour aller plus loin un bel article

Posted in actualité

la BCE

une vidéo sur la BCE

Posted in actualité

la chaine de valeur

trouver sous ce lien la vidéo sur la chaine des valeurs en mondialisation

Posted in actualité

les sujets du bac et la problematisation au bac

sous ce lien le sujet de ses

 

sous ce lien le pb de la problematisation

Posted in actualité

terminale programme

 

comme promis vous trouverez sous ce lien les programmes de l’année

 

programmes

Posted in actualité

Terminale :politique de la ville et école à Paris

vous trouverez sous ce lien une vidéo relative aux problèmes de la carte scolaire à Paris

Posted in actualité