Camus, cet étrange étranger (1913-1960)

« Je pense à Camus : j’ai à peine connu Camus. Je lui ai parlé une fois, deux fois. Pourtant, sa mort laisse en moi un vide énorme. Nous avions tellement besoin de ce juste. Il était, tout naturellement, dans la vérité. Il ne se laissait pas prendre par le courant; il n’était pas une girouette; il pouvait être un point de repère. » Eugène Ionesco, Notes et Contre-Notes, Gallimard, 1962. Lire la suite