Le fichier Edvige : un danger pour les libertés ?

Le ministère de l’Intérieur vient de profiter de la modernisation de l’ancien fichier des Renseignements généraux (la police politique en France) pour étendre le champ des informations recueillies, et de la population concernée : désormais, avec le fichier EDVIGE, tout individu à partir de 13 ans, ayant eu une activité politique ou syndicale, ou considéré comme dangereux pour une raison ou pour une autre, pourra être fiché, et sa fiche pourra être immédiatement consulté par informatique – après une manifestation par exemple, ou à l’occasion de n’importe quelle enquête.

Rappelons d’emblée que nous sommes dans une démocratie, et que la police ne fiche pas les personnes sans contrôle et sans objectifs : il s’agit ici de répondre aux nouvelles menaces, telles que les bandes de jeunes violentes ou les activités terroristes.

Néanmoins, plusieurs associations se mobilisent depuis plusieurs mois contre le fichier Edvige (que le quotidien Libération a appelé « Big Sister »…), en considérant qu’il s’agit d’une menace pour les libertés publiques : d’une part, les activités politiques ou syndicales sont curieusement associées à la délinquance… ; d’autre part, si l’on peut être fiché à partir de 13 ans, bien avant la majorité légale donc, ne risque-t-on pas d’être marqué à vie, à cause de petites « bêtises » commises étant jeune ? N’y a-t-il pas pour les mineurs un « droit à l’oubli » ?…

Tags : ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.