Tous les billets de novembre 2008

Keynes est vivant ! Les Prix Nobel le fréquentent

dimanche 30 novembre 2008

Plusieurs Prix Nobel ont récemment fait des déclarations en faveur d’une plus grande intervention de l’Etat, et d’une meilleure prise en compte des phénomènes psychologiques, comme la confiance : en somme, une condamnation implicite du néo-libéralisme – dominant chez les savants et les politiques depuis le début des années 80 -, et un grand retour à Keynes. 

Lisez l’article très accessible sur les analyses de la crise, par les Prix Nobel d’économie, dans le journal suisse Le Temps, avec les deux encadrés sur G. Akerlof et M. Spence.

En SES, nous ne sommes pas Prix Nobel, mais tout cela, nous le savions et nous l’enseignions depuis longtemps ; et comme vous le savez, je ne déteste pas Keynes, et j’y ferai encore référence au cours de l’année. Mais certains universitaires et certains patrons nous traitaient de tous les noms, nous accusant d’anticapitalisme, de partialité… et mélanger la sociologie ou l’histoire à « la science économique », quelle horreur !… et cela même aujourd’hui, en dépit de la crise financière qui prouve de manière éclatante le bien-fondé du pluralisme, en matière théorique et dans l’utilisation des sciences sociales.  😉

Tags : , ,

M. Obama, encore un effort si vous voulez être keynésien !

samedi 29 novembre 2008

Les médias et les politiques reprennent souvent, en la modifiant, l’expression célèbre suivante : « Français, encore un effort si vous voulez être républicains »… Il s’agit d’un pamphlet de Sade, publié durant la Révolution française.

Robert Reich, économiste et ancien ministre du Travail de Bill Clinton, explique dans un article la nécessité d’un retour à un keynésianisme très volontariste – sur le modèle du New Deal de Roosevelt en 1934 – : selon lui, le soutien à la consommation et les baisses d’impôt pour les classes moyennes, projetés par B. Obama, ne suffiront pas.

Tags : ,

Plus de 9000 milliards de dollars déjà sortis pour sauver la finance américaine

vendredi 28 novembre 2008

7400 milliards de dollars, soient 50 % du PIB des Etats-Unis : c’est la somme des montants qui ont déjà été dépensés, prêtés ou garantis par le Trésor (ministère des Finances) ou la Fed (Federal Reserve : la Banque centrale), pour sauver le système bancaire et financier américain. Le calcul a été fait par une grande agence d’informations financières, Bloomberg (dont le fondateur, M. Bloomberg, est aujourd’hui maire de Babylone… pardon, de New York !)

A cela s’ajoutent 1800 millards qui viennent d’être débloqués pour sauver la première banque américaine, Citigroup, et soutenir les crédits à la consommation – les ménages américains sont endettés à mort… Nous en reparlerons: le prochain krach, ce sera peut-être celui des cartes de crédit…

Tags : ,

« Allez voler ailleurs, mais pas chez moi »

vendredi 28 novembre 2008

Une interview à la fois drôle et consternante d’un directeur de supermarché du sud de la France, qui a décidé d’afficher les photos des personnes prises en flagrant délit de vol dans son magasin – affichage totalement illégal bien sûr :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/11/27/01016-20081127ARTFIG00641-allez-voler-ailleurs-pas-chez-moi-.php

Tags :

Documentaire sur la souffrance au travail, à voir

vendredi 28 novembre 2008

En complément du chapitre actuel du cours de terminale, je vous invite vivement à regarder chez vous ce week-end le très beau documentaire de Jean-Michel Carré, « J’AI MAL AU TRAVAIL », qui porte sur les nouvelles organisations du travail, et les formes de souffrance qui en découlent pour de nombreux salariés, y compris les cadres, y compris dans les entreprises publiques. Il ne s’agit pas de dénigrer l’ensemble des entreprises, mais il y a des réalités douloureuses, et souvent cachées, qui doivent être mieux connues.

Installez-vous confortablement, chaque partie dure une quinzaine de minutes (une heure environ au total)… On n’est pas bien, là, avec les SES ?…  🙂

(1) (2) (3) (4) (5)

Tags : ,

SES : Mortal Kombat

jeudi 27 novembre 2008

Vous le saviez déjà, mais j’en parle de nouveau, car d’ici une dizaine de jours, le sort des SES sera scellé : la vie ou la mort à terme, tout simplement :

Avec le projet de réforme du lycée, la situation pour les Sciences économiques et sociales est plus grave qu’elle ne l’a jamais été, en 40 ans d’existence.

Les SES ont dû se défendre à maintes reprises face à des projets de réforme, mais les dernières informations provenant du Ministère sont particulièrement catastrophiques.

En seconde, l’année prochaine, nous savions déjà que

  • les SES, qui sont aujourd’hui une option suivie annuellement par 42% de l’ensemble des élèves de seconde (et souvent plus de 50% dans les lycées généraux), deviendraient un « module d’exploration », cad. une option semestrielle (sur 5 mois donc, ce qui réduira de 40% le volume horaire des élèves de seconde en SES),
  • les SES entreraient en concurrence avec 19 autres options, parmi lesquelles les mathématiques, la physique, les sciences et vie de la terre, l’histoire, la littérature (tiens, il faudra prendre un module supplémentaire pour étudier la littérature en français…), etc. : les familles ne seraient donc vraiment pas incitées à choisir un module de SES, et cette concurrence entre les disciplines se traduirait par une réduction drastique du nombre d’élèves choisissant les sciences économiques et sociales, et donc du nombre de postes d’enseignants.

Par ex. si la proportion d’élèves prenant l’option SES en seconde passe de 50 % actuellement au lycée à 20 % (hypothèse relativement optimiste), c’est pratiquement un poste qui saute !  C’est-à-dire que dès l’an prochain, un professeur du lycée (le dernier arrivé) sera obligé de faire presque tout son service ailleurs, et lorsqu’on appliquera la réforme à la première, on aura (d’après nos calculs) un poste supprimé dans un lycée sur deux. Les professeurs seront alors affectés n’importe où, où il y aura encore de la place, à cheval sur deux ou trois établissements, et cela peut être très loin de St Priest et de chez lui… 

Nous avons appris ces tous derniers jours que

  • les Travaux Dirigés (TD), qui permettent de travailler en demi-groupes, disparaissent dans toutes les options. Comme vous le savez, ils sont pourtant le moment privilégié d’acquisition de méthodes et de savoirs essentiels pour les élèves.
  • Et la cerise sur le gâteau : il est prévu que les « modules d’exploration » ne donnent pas d’évaluation chiffrée – pas de notes !  Vous imaginez la crédibilité qu’ils auront auprès des élèves… 

Comment accepter cette réforme au moment même où les élèves ont le plus besoin de comprendre les grands enjeux économiques et sociaux de notre temps (mondialisation, crise financière, évolution de la famille…) ? L’économie et les questions sociales sont partout aujourd’hui – dans les médias, les conversations de chacun, les actions prioritaires des gouvernements – sauf dans la réforme construisant le lycée du XXIe s. !

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales fait de nouveau appel à vous. Pour nous soutenir, trois possibilités : 

– Signer, et faire signer autour de vous (famille, amis…) l' »Appel pour la défense des SES » (pétition qui a déjà recueilli plus de 11000 signatures) : c’est une action très importante pour nous : http://www.apses.org/petitions/index.php?petition=3

– Transférer ce mail à tous vos contacts.

– En parler autour de vous, et participer aux prochaines manifestations où seront présents de nombreux professeurs de SES : dans l’agglomération lyonnaise, nous envisageons des actions nocturnes à l’époque de la Fête des Lumières (défilé avec lampions et chansons, dans les rues de Lyon), ou de la préparation de Noël (avec des Pères Noël et Mères Noël des SES…)   Je vous tiendrai au courant de ces actions locales, sur ce blog.  😉

 

 Un petit bonus  (une petite vidéo que j’ai faite chez moi pendant les vacances 😉 ) : Les Playmobils défendent les SES

En magasin, l’Apses a également plusieurs karaokés et vidéos (voir sur Dailymotion, mots-clés « Apses », « éco et social », etc.)…

Merci de votre soutien !

Tags :

Obamaximum !

mercredi 26 novembre 2008

Barack Obama.

Pour relancer l’économie américaine, le nouveau président Barack Obama (qui sera bientôt intronisé officiellement) prévoit de faire les choses en grand : son plan de relance pourrait dépasser les 800 milliards, en vue d’aider non pas seulement les sociétés financières, mais également le financement d’infrastructures (écoles, transports, etc.) et la création d’emplois, ce qui permettrait en définitive de soutenir la consommation des ménages – qui s’effondre actuellement, alors qu’elle représente 2/3 du PIB.

Mais n’allez pas conclure trop vite qu’Obama reprend de bonnes vieilles recettes keynésiennes, aussi simplement que dans un cours de SES. Qui vient-il de choisir pour diriger un groupe de conseillers économiques sur la relance ? Paul Volcker, ancien président de la Réserve fédérale (la Banque centrale américaine) de 1979 à 1987, sous Ronald Reagan donc, qui a mené une politique très libérale – le contraire du keynésianisme. Volcker est célèbre pour avoir maîtrisé l’inflation, en remontant brutalement les taux d’intérêt : cela a été à long terme bénéfique pour l’économie américaine, mais cela a asphyxié les pays en développement, qui ont vu leurs dettes exploser… Je ne suis pas sûr que les PED apprécient cette nomination.

Le Président a aujourd’hui critiqué assez violemment les financiers et les grands patrons américains, mais en réalité, sa politique sera très pragmatique ; il s’est entouré de conseillers très expérimentés, et son volontarisme (terme employé pour désigner une intervention forte, une volonté d’agir, notamment de la part de l’Etat) est salué par les marchés financiers. Mais au vu de tous les indicateurs, l’économie américaine n’échappera sans doute pas à une récession majeure en 2009, et peut-être au-delà.

 

Tags : ,

Banques : le syndrome Titanic

mardi 25 novembre 2008

dollars

Malgré tous les plans de sauvetage – dotés de sommes vertigineuses – mis en place par les gouvernements, les banques (notamment américaines), frappées de manière à la fois discrète et profonde par la crise financière, comme le Titanic sur son iceberg, continuent de sombrer, à l’image de Citigroup, la première banque américaine, dont nous avons déjà parlé. Voici pourquoi :

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/11/25/malgre-l-aide-des-etats-la-deroute-des-banques-continue_1122857_1101386.html

Tags : ,

La relance allemande est la croissance européenne de demain…

dimanche 23 novembre 2008

Vous connaissez la citation attribuée à Helmut Schmidt, ancien chancelier allemand : « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain, et les emplois d’après-demain ». Aujourd’hui, l’Allemagne – plus puissante économie d’Europe – est fortement sollicitée pour participer activement à la relance, tant à travers ses dépenses publiques que ses entreprises. Mais la Chancelière Mme Angela Merkel a déclaré qu’elle ne verserait « pas un euro de plus »… Elle doit rencontrer M. Sarkozy demain.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/11/22/l-allemagne-est-fortement-incitee-a-s-engager-dans-la-relance_1121839_3214.html#ens_id=1120734

Tags : ,

Le crépuscule automobile américain

samedi 22 novembre 2008

Les grands constructeurs américains connaissent des difficultés si graves que leur survie (leur pérennité comme on dit dans le monde des entreprises) n’est pas assurée. Les spécialistes estiment qu’il faudrait environ 50 milliards d’euros (70 milliards de dollars) pour relancer le secteur, dont la moitié pour lui fournir les liquidités dont il a besoin immédiatement.

L’automobile était pourtant le symbole de l' »American Way of Life » : plus qu’une simple crise économique, c’est à une véritable révolution culturelle que sont confrontés les Américains, qui vont devoir à terme convertir des milliers d’emplois dans l’automobile (et l’industrie traditionnelle en général) vers des secteurs plus dynamiques, et si possible plus bénéfiques à l’environnement – autre problème essentiel, même si on en parle moins en ce moment :

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/11/20/le-crepuscule-de-l-automobile-americaine_1120768_1101386.html

 

Tags : , ,