Tous les billets de décembre 2008

Bonne fête M. Sylvestre !

mercredi 31 décembre 2008

 

Vous connaissez M. Sylvestre, ce personnage des Guignols de Canal+ avec la tête de Sylvester Stallone, qui symbolise les Américains, présentés d’une manière négative : hommes d’affaires sans scrupules, militaires brutaux, diplomates cyniques… Et justement aujourd’hui, c’est sa fête !

Le pauvre M. Sylvestre a souffert cette année, à cause de la crise financière ; après avoir démantelé pendant des années de grandes entreprises industrielles qui marchaient bien, fermé des usines performantes et négligé les investissements d’avenir pour en faire des machines à sous dans le grand casino de la Bourse, au bénéfice des actionnaires (aux Etats-Unis, seul les 1% les plus riches de la population se sont enrichis sensiblement depuis dix ans), et avoir accordé des crédit « pourris » à des millions de ménages américains qui n’en avaient pas les moyens… badaboum ! la bulle spéculative a éclaté, un immense tsunami financier menace d’emporter le capitalisme mondial et des pays entiers (comme l’Islande, en situation de faillite, qui doit aux autres pays plus que l’Allemagne en 1919), des millions de ménages américains vont se retrouver à la rue, en perdant leurs logements, les plus grandes entreprises symboles de l’âge industriel – comme General Motors – connaissent de très graves difficultés, M. Sylvestre lui-même va peut-être perdre son emploi, à la suite de la faillite de grandes banques, comme Lehman Brothers…

M. Sylvestre, après avoir tout fait pour rendre ses activités invisibles aux pouvoirs publics, sans lois ni contrôles, a tout de suite appelé l’Etat à la rescousse quand cela a mal tourné. Et les ministres n’ont pas manqué à leurs devoirs envers la haute finance, en débloquant en quelques semaines des centaines de milliards de dollars pour le secteur bancaire, dans l’ensemble des pays développés.

Depuis le début de l’automne, la croissance économique en Europe et aux Etats-Unis s’effondre, avec une chute brutale des crédits bancaires, donc de l’investissement, de la consommation, bientôt de l’emploi, et bien sûr des cours de la Bourse…

Mais je vous rassure, les dirigeants des grandes banques américaines en difficulté, comme Merryl Lynch – placée sous le contrôle de Bank of America – vont recevoir plusieurs milliards de dollars en « bonus de fin d’année » (il faudrait dire « boni » en bon latin, mais vous n’avez pas fait latin, et moi il y a très longtemps…), comme chaque année – moins que d’habitude, mais tout de même, il ne faut pas exagérer, ces brillants financiers ne sont tout de même pas des SDF, qui eux n’obtiennent qu’à grand-peine une augmentation de quelques dizaines d’euros de leurs allocations. Selon la plupart des spécialistes, il paraît que priver totalement les banquiers de ces bonus ne résoudrait rien, et ne contribuerait pas à rétablir la confiance sur les marchés financiers… Mouais, je veux bien, mais nous pouvons tout de même dire « bonne fête M. Sylvestre », il ne s’en est pas mal tiré !  🙂

 

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2009, où nous nous retrouverons pour je l’espère construire ensemble un monde meilleur, grâce à l’arme la plus puissante : la connaissance.

 

Un article dans Le Monde sur le bilan de l’année à la Bourse de Paris : – 42 % !

Tags :

A quoi servent les économistes, s’ils se trompent toujours ?

mardi 30 décembre 2008

La question est volontairement provocatrice, mais beaucoup de gens se la posent : un économiste avait d’ailleurs déclaré il y a longtemps que ses collègues sont les spécialistes des « prévisions a posteriori »… Et le contexte actuel de crise économique n’arrange rien – on vient par exemple d’annoncer l’indicateur de confiance des consommateurs américains, et il est très inférieur aux prévisions des économistes…

Mais non, les économistes ne se trompent pas toujours, et ne sont ni inutiles ni malhonnêtes… Ils utilisent le mieux possible les outils dont ils disposent, et fournissent de nombreuses analyses indispensables à la compréhension de la réalité – pour peu qu’ils prennent le temps de travailler, sans suivre aveuglément le « consensus » au sein de la profession (c’est ce « consensus » qui est observé par les chefs d’entreprise et les gouvernements, et qui a tendance à instaurer une « pensée unique » qui exclut les analyses non-conformistes).

Un bref article du quotidien Les Echos pour discuter de cette question :

 http://www.lesechos.fr/info/analyses/4813056-ne-tirez-pas-sur-l-economiste.htm

Tags : ,

La récession mondiale en images

mardi 30 décembre 2008

Sous le joli titre « L’économie mondiale debout sur les freins », le quotidien économique Les Echos propose sur son site un diaporama sur le freinage de l’économie mondiale.

Tags : , ,

Coup de coeur musique : VOLO

mardi 30 décembre 2008

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant marqué par un album de chanson française : depuis plusieurs semaines, j’écoute souvent le dernier album des frères Volovitch, « Volo » comme nom de scène : « Jours heureux » – l’album date pourtant de mai 2007, mais il m’avait échappé à l’époque.

L’album offre un parfait équilibre entre des paroles très belles, pleines de tendresse, de sensualité, de générosité et parfois de colère (on peut de ce point de vue les comparer aux très grands, comme Brassens ou Ferré), et une musique très réussie, avec de très beaux plans de guitare, de préférence nylon (ils sont guitaristes tous les deux), avec quelques échappées rock (ceux qui connaissent la musique apprécieront un grand savoir-faire, les autres seront forcément touchés par les mélodies et les riffs subtils). Leurs chansons m’ont profondément touché, parlant d’expériences humaines très simples mais très fortes, et jouant tour à tour sur tous les registres : amour, révolte, humour, désespoir parfois. Après avoir écouté les Volo, on se sent bien, on se sent même meilleur.

Achetez d’urgence cet album, et offrez-le autour de vous pour la nouvelle année (à commencer par votre amoureux(se)), cela fera plaisir à pleins de gens très différents.

En attendant, un petit échantillon sur Myspace – je vous conseille d’écouter les quatre chansons dans l’ordre inverse de celui proposé : 4-3-2-1 donc : http://www.myspace.com/groupevolo

 

Tags :

Baisser la TVA : une bonne mesure pour la relance ?

lundi 29 décembre 2008

Aujourd’hui, je vous propose trois articles variés : sur les médias, la politique, et ici, l’économie – un programme très SES en somme !  😉

Les Britanniques viennent de prendre des mesures énergiques pour relancer leur économie (qui dépend moins de la politique de l’Union européenne, puisqu’ils ne font pas partie de la Zone Euro), et en particulier une baisse de la TVA, qui pourrait permettre, à travers une baisse des prix, de relancer la consommation des ménages de manière significative.

Juste avant Noël, l’économiste bien connu Thomas Piketty, qu’on peut qualifier de social-démocrate (gauche modérée), spécialiste de la fiscalité, analysait dans le quotidien Libération l’intérêt d’une baisse de la TVA en Europe.

Tags : ,

Où va notre démocratie ?

lundi 29 décembre 2008

La digestion du régime hypercalorique de la semaine dernière, et le grand froid à l’extérieur, sont l’occasion de méditer sur des sujets généraux, comme celui-ci : la démocratie, et l’un de ses piliers, l’indépendance des contre-pouvoirs tels que les médias, la justice ou les organismes statistiques (Insee, etc.). Nous ne sommes pas dans une dictature, certes, mais la situation est préoccupante dans plusieurs domaines, comme l’explique un article alarmiste, mais écrit par quelqu’un de sérieux – un professeur de science politique à l’Université de Panthéon-Sorbonne – dans le quotidien Le Monde, non moins sérieux.

Comme toujours, j’attends vos réactions !  😉

De la démocratie et de son avenir

LE MONDE | 26.12.08 | 16h57

A quoi tient la démocratie ? A la possibilité pour chaque citoyen d’exercer son pouvoir de critique sur la conduite du gouvernement, à la garantie d’un débat public ouvert et informé, au contrôle incessant de la société sur un pouvoir qui ne saurait prétendre être autre chose que le délégataire temporaire d’une légitimité qui ne lui appartient pas. Mais pour s’exercer, l’Histoire n’a cessé de nous l’apprendre, ces droits et ses libertés supposent l’existence et la préservation d’institutions réflexives capables de produire, en toute indépendance, les données, les cadres d’analyse, les manières de pensée indispensables à la vie démocratique d’une nation.

Or, depuis quelques mois, ce sont des pans entiers de cette infrastructure nécessaire aux libertés démocratiques qui sont un par un démantelés, sous prétexte de rationalisation, de « gouvernance simplifiée » ou de compétitivité internationale. Le dernier en date, la dissolution d’un observatoire de l’environnement, ancien établissement public national dépendant du ministère de l’écologie depuis 2004, l’Institut français de l’environnement, n’a rien a priori pour susciter l’émoi. Qui, en dehors des milieux intéressés, connaît cette institution ? Qui, hormis ces mêmes initiés, s’est inquiété de sa dissolution ? Personne ou presque. L’IFEN, correspondant français de l’Agence européenne pour l’environnement, produisait pourtant tous les quatre ans un état de l’environnement en France, consignant nombre de données statistiques indispensables à la mesure des pollutions de l’air, de l’eau, des sols, de la détérioration du littoral par l’industrie chimique et l’agriculture intensive.

Produite désormais par le ministère de l’écologie, la production des statistiques environnementales ne sera plus le fait d’une agence autonome. Quel est, par ailleurs, le point commun entre la reprise en main spectaculaire de l’audiovisuel public ; l’évidement du CNRS au profit d’un pilotage direct de la recherche publique par des agences dépendantes du gouvernement ; la disparition programmée de l’enseignement obligatoire des sciences économiques et sociales au lycée ; les menaces préoccupantes qui pèsent aujourd’hui sur l’indépendance de l’Insee ; les coupes sèches dans les subventions aux associations d’éducation populaire, jusqu’à la volonté, moins anodine qu’il n’y paraît, de supprimer les épreuves de culture générale dans les concours de la République, sinon l’affaiblissement d’instances et de lieux de savoir susceptibles de nourrir la critique dans une société démocratiquement active ?

Dans un monde où les sources d’une contre-expertise se seront taries, où les enfants seront éduqués dans l’amour du marché, où les voix dissidentes et porteuses d’une autre vision de l’intérêt général au sein de l’administration se seront tues, où les médias seront concentrés entre les mains d’une poignée d’industriels dépendants ou complices du pouvoir, serons-nous encore en démocratie ? Certes, il restera des élections, il restera des médias, comme dans la Russie de Poutine, mais la démocratie sera cliniquement morte.

——————————————————————————–

Loïc Blondiaux est professeur au département de science politique de la Sorbonne (Paris-I).

Tags : ,

Pourquoi la Finlande a-t-elle le meilleur système éducatif ?

dimanche 28 décembre 2008

Les piques de l'hiver

On parle beaucoup depuis quelques mois du modèle éducatif finlandais, qui leur vaut d’excellents résultats dans les tests internationaux, pour les élèves à l’issue du collège. Pour mieux comprendre cette réussite, il faut étudier en détail la politique éducative mise en oeuvre en Finlande, dès l’école primaire, qui combine de nombreux aspects.

Je vous invite à lire un article intéressant sur le sujet : ainsi vous vous ferez votre propre opinion sur ce qui devrait changer en priorité dans le système français… et ce avant le lycée, alors que la principale réforme actuelle dans notre pays concerne le lycée…

http://inegalites.fr/spip.php?article969&id_mot=31

Tags :

Des petites entreprises qui ne connaissent pas la crise

samedi 27 décembre 2008

Nous parlons beaucoup en SES de ce qui ne fonctionne pas ; pour une fois, parlons de ce qui marche !

Voici huit PME, pour la plupart provinciales et familiales, qui affichent une santé éblouissante… De quoi inspirer des vocations :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/12/25/huit-petites-entreprises-qui-ignorent-la-crise_1135106_3234.html

Tags :

Une semaine après l’incendie de la mosquée de St Priest…

samedi 27 décembre 2008

… le recteur de la Grande Mosquée de Lyon s’exprime dans l’édition lyonnaise de Libération, à propos des réponses à apporter aux violences antimusulmanes :

http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2008/12/darras-saint-pr.html

 

Tags :

Merry Krachmas !

vendredi 26 décembre 2008

Pour un obsédé SESsuel comme moi, une pause d’une semaine c’est déjà long ! Je reprends donc le blog, pour vous donner quelques faits marquants, dans l’actualité de cette fin d’année…  😉

La consommation aux Etats-Unis va mal, très mal. On note entre fin novembre (Thanksgiving) et Noël une chute de 21 % en moyenne des achats hors alimentation : textile, luxe… Cette saison de Noël est la plus mauvaise pour le commerce depuis des décennies. Seuls les achats en ligne se portent bien cette année, un distributeur comme Amazon affichant de beaux résultats.

Au contraire, la consommation des ménages en France semble plus solide que prévue : baroud d’honneur avant la récession, ou réelle résistance à la morosité ?  Les statistiques des prochains mois nous le diront. Ce qui est certain, c’est que la confiance est un élément central de la croissance, puisque celle-ci est largement fondée sur la demande anticipée (oui, vous savez de qui est cette théorie… 😉 )

Tags :