Bonne fête M. Sylvestre !

 

Vous connaissez M. Sylvestre, ce personnage des Guignols de Canal+ avec la tête de Sylvester Stallone, qui symbolise les Américains, présentés d’une manière négative : hommes d’affaires sans scrupules, militaires brutaux, diplomates cyniques… Et justement aujourd’hui, c’est sa fête !

Le pauvre M. Sylvestre a souffert cette année, à cause de la crise financière ; après avoir démantelé pendant des années de grandes entreprises industrielles qui marchaient bien, fermé des usines performantes et négligé les investissements d’avenir pour en faire des machines à sous dans le grand casino de la Bourse, au bénéfice des actionnaires (aux Etats-Unis, seul les 1% les plus riches de la population se sont enrichis sensiblement depuis dix ans), et avoir accordé des crédit « pourris » à des millions de ménages américains qui n’en avaient pas les moyens… badaboum ! la bulle spéculative a éclaté, un immense tsunami financier menace d’emporter le capitalisme mondial et des pays entiers (comme l’Islande, en situation de faillite, qui doit aux autres pays plus que l’Allemagne en 1919), des millions de ménages américains vont se retrouver à la rue, en perdant leurs logements, les plus grandes entreprises symboles de l’âge industriel – comme General Motors – connaissent de très graves difficultés, M. Sylvestre lui-même va peut-être perdre son emploi, à la suite de la faillite de grandes banques, comme Lehman Brothers…

M. Sylvestre, après avoir tout fait pour rendre ses activités invisibles aux pouvoirs publics, sans lois ni contrôles, a tout de suite appelé l’Etat à la rescousse quand cela a mal tourné. Et les ministres n’ont pas manqué à leurs devoirs envers la haute finance, en débloquant en quelques semaines des centaines de milliards de dollars pour le secteur bancaire, dans l’ensemble des pays développés.

Depuis le début de l’automne, la croissance économique en Europe et aux Etats-Unis s’effondre, avec une chute brutale des crédits bancaires, donc de l’investissement, de la consommation, bientôt de l’emploi, et bien sûr des cours de la Bourse…

Mais je vous rassure, les dirigeants des grandes banques américaines en difficulté, comme Merryl Lynch – placée sous le contrôle de Bank of America – vont recevoir plusieurs milliards de dollars en « bonus de fin d’année » (il faudrait dire « boni » en bon latin, mais vous n’avez pas fait latin, et moi il y a très longtemps…), comme chaque année – moins que d’habitude, mais tout de même, il ne faut pas exagérer, ces brillants financiers ne sont tout de même pas des SDF, qui eux n’obtiennent qu’à grand-peine une augmentation de quelques dizaines d’euros de leurs allocations. Selon la plupart des spécialistes, il paraît que priver totalement les banquiers de ces bonus ne résoudrait rien, et ne contribuerait pas à rétablir la confiance sur les marchés financiers… Mouais, je veux bien, mais nous pouvons tout de même dire « bonne fête M. Sylvestre », il ne s’en est pas mal tiré !  🙂

 

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2009, où nous nous retrouverons pour je l’espère construire ensemble un monde meilleur, grâce à l’arme la plus puissante : la connaissance.

 

Un article dans Le Monde sur le bilan de l’année à la Bourse de Paris : – 42 % !

Tags :

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.