Les dirigeants de banques vont-ils renoncer à leurs bonus ?

La presse commence à parler d’un « bras de fer » entre Nicolas Sarkozy et les dirigeants des grandes banques françaises, afin que ceux-ci renoncent cette année à la « part variable » de leurs rémunérations (dividendes, primes et bonus en tous genres), décidée par les conseils d’administration de ces entreprises, et se montant chaque année entre 1 à 2 millions d’euros, soit un quasi-doublement du salaire de ces présidents, directeurs généraux ou présidents-directeurs généraux…

Les dirigeants de BNP-Paribas ont donné l’exemple, en renonçant pour cette année à leurs bonus, ce qui est logique puisque le président de BNP-Paribas, Michel Pébereau, que nous connaissons bien en SES 😉  est très proche de M. Sarkozy – certains l’appellent le « ministre bis »… Pébereau a donc des compensations non financières, en termes de pouvoir et de reconnaissance au plus haut niveau de l’Etat : mais ses collègues des autres banques se comportent comme des drogués à l’argent, qui craignent d’être en manque, après des années de revenus disproportionnés et indécents par rapport à leur contribution personnelle à l’économie.

Comme souvent dans les médias, cette petite guéguerre politico-médiatique permet de détourner l’attention de l’opinion publique de la vraie question : pourquoi l’Etat a-t-il versé (sur l’argent des contribuables français) 10,5 milliards d’euros d’aides aux grandes banques, alors qu’aucune ne connaissait de graves difficultés – BNP-Paribas est même parvenue à faire des bénéfices en 2008 (mais a pourtant touché à elle seule plus de 2 milliards d’euros) ! Pourquoi l’Etat a-t-il l’intention – comme l’a annoncé Christine Lagarde, ministre des Finances – de verser 10,5 autres milliards en 2009, soit un total de 21 milliards d’aides aux grandes banques, en quelques mois, sans aucune contrepartie en terme de contrôle de la stratégie de ces banques, alors que celles-ci réalisent depuis plus de vingt ans des bénéfices annuels énormes – les banques étant l’un des secteurs de l’économie les plus rentables, et pour cause, puisqu’elles faisaient n’importe quoi sur les marchés financiers pour gagner toujours de plus en plus d’argent par la spéculation (et non l’investissement productif), en prenant des risques également énormes, comme on sait ?  

Oui, vous commencez à comprendre le problème… 😉 

Pour être tout à fait précis, ces 21 Mds€ sont des prêts aux banques, à un taux de 9 % (ce qui est élevé), avec un statut un peu particulier qui autorise les banques à comptabiliser ces sommes dans leurs fonds propres, et non dans leurs dettes. M. Sarkozy l’a d’ailleurs rappelé, en concluant que cette aide était une « bonne affaire ». Néanmoins, cet argent public aurait pu être utilisé à d’autres fins que de permettre aux banques d’augmenter leurs fonds propres, et être ainsi plus performantes sur les marchés financiers mondiaux…

Pour en savoir plus sur les rémunérations extravagantes de certains dirigeants d’entreprise (ainsi que de certaines « stars »), voir un bon article d’Alternatives Economiques :

http://www.alternatives-economiques.fr/salaire-des-grands-patrons_fr_art_809_41514.html

Tags : ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.