Le protectionnisme, une idée neuve en Europe

Saint Just, un des grands révolutionnaires de 1789, avait déclaré à l’époque : « Le bonheur est une idée neuve en Europe » (Saint Just fut par ailleurs l’un des plus intransigeants, surnommé « l’archange de la Terreur », prônant la guillotine à tour de bras, mais peu importe : il était très jeune (22 ans en 1789, guillotiné à 26), il avait le droit de s’amuser… 😉  je plaisante bien sûr…)

Le protectionnisme, c’est-à-dire une fermeture relative des frontières et la protection des entreprises et des emplois à l’intérieur de ces frontières (nationales, ou à l’échelle d’un continent comme l’Europe), est présenté depuis des décennies par la plupart des économistes comme l’abomination de la désolation, l’horreur absolue (en plus, j’en parle un vendredi 13, c’est un comble ! 🙂 ), qui nous ramenerait directement aux années 30 (qui virent en effet une montée du protectionnisme), donc au fascisme… Mais actuellement, le débat sur un protectionnisme en Europe est relancé, avec les ouvrages de certains auteurs comme Emmanuel Todd, qui s’est livré à un duel intéressant hier sur France Inter avec Christian Saint Etienne, économiste membre du très respecté Conseil d’Analyse Economique, qui conseille le Premier Ministre en matière… d’économie bien sûr ! (prenez des notes, je vous interrogerai à la fin)

Le débat sur l’ouverture internationale, le libre-échange et le protectionnisme fait partie du programme de terminale en SES. En attendant ce chapitre (au troisième trimestre), lisez le compte-rendu de ce débat sur le nouveau protectionnisme, sur le site de l’hebdomadaire Marianne. (avec une vidéo jubilatoire, avec un Todd à la fois goguenard et tendu comme un boxeur montant sur le ring, et C. Saint Etienne furieux)

Tags : ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.