Lettre d’un directeur d’usine Toyota aux salariés en grève

Voici un document exceptionnel : la copie d’un message adressé aux salariés par le vice-président de Toyota en France – qui dirige donc l’usine d’Onnaing (près de Valenciennes), en grève dure pendant deux semaines.

(Tiens, Onnaing sonne comme « Ohno », l’ingénieur qui a conçu le toyotisme…).

Aujourd’hui, le conflit (qui portait sur le paiement du chômage partiel, puis des jours de grève) est en voie d’achèvement, puisque la CGT et FO ont signé un accord. Mais il y a une semaine, le 14, le vice-président a rédigé le message suivant, dans des termes durs. Ne tenez pas compte des commentaires ajoutés dans l’article du site Le Post – parlant des « pires méthodes du patronat du XIXe s. » etc. -, ils me paraissent exagérés ; concentrez-vous sur le contenu de ce texte rare, qui vous permet de vous rendre compte que le monde du travail n’est pas un enfer, mais qu’il peut être un lieu de conflits sociaux durs, où les syndicats ne sont pas toujours respectés.

Il est vrai que le vice-président japonais n’est pas habitué aux grèves à la française (sachant qu’il n’y a jamais eu de grève dans cette usine depuis son ouverture triomphale en 2002). Vous noterez les remarques finales, très japonaises, sur la confiance du groupe Toyota dans l’usine française, la déception qui serait ressentie en cas de poursuite de la grève : la culture japonaise valorise énormément la loyauté envers le supérieur, voire l’esprit de sacrifice, totalement contradictoires avec la lutte des classes et les grèves comme on en connaît en France (de moins en moins, comme vous le savez). Venant d’un pays qui ne connaît pratiquement jamais de grève, le directeur japonais a dû vivre un véritable choc culturel, ce qui à mon sens explique en partie la brutalité de certains propos.

http://www.lepost.fr/article/2009/04/20/1503609_toyota-comment-un-vice-president-d-usine-parle-a-ses-salaries.html

 

Tags : , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.