La crise de l’école, reflet de la crise de la société

Une professeure de philosophie s’interroge sur la crise éducative et la violence dans les établissements scolaires, symptômes selon elle d’une crise beaucoup plus large de la culture et de la société. Les écologistes se demandent quelle Terre nous allons laisser à nos enfants, mais nous pourrions aussi bien nous demander quels enfants nous allons laisser à cette Terre…

Cela fait longtemps que les enseignants constatent que leurs valeurs et leur travail sont en concurrence avec des valeurs opposées, dans le reste de la société, qui sapent les fondements de la culture et de l’humanisme… Mais aujourd’hui, on pourrait craindre un point de non-retour, si la majorité des élèves de l’enseignement secondaire étaient réellement convaincus de l’inutilité de l’école, comparée aux médias, à internet, et du manque total d’intérêt de la culture « gratuite », de la connaissance pour le plaisir de la connaissance…

Tags : ,

2 commentaires

  1. bergon adrien :

    Que les professeurs enseignent des valeurs en opposition avec la société je peut l’admettre même si je pense (et espère !) que encore beaucoup de jeunes se retrouvent dans la valeur travail. Le problème se situe également dans la prise de conscience… La prise de conscience que la connaissance gratuite pour tous est une chance incroyable que chacun doit saisir… Pour la question de la violence je suis plus mitigé… La violence à l’école a toujours exister mais on l’occultait. Je déteste cette sur-médiatisation des faits qui engendre une peur des citoyens et une absolue nécessité de tout contrôler par le biais des caméras notamment (à la mode en ce moment). Les médias français de manière certes moins « hard » que les américains conditionnent la politique et les réactions des citoyens (insécurité dans les cités, on montre des voitures qui brulent= FN+ 10%…). Je conçois qu’il y est des problèmes de violence graves dans certaines zones mais si on créait des classes au lieu d’en supprimer, si on engageai plus de professeurs et si on arrêtait l’élitisme à la française dans certains lycées, alors là peut-être que sa se passerai mieux. Alors petit message à l’état et à nos professeurs, laissez les jeunes grandir librement et n’oublier pas qu’ils sont les graines de la futur nation et que vous seuls pouvez les faire grandir…

  2. E. B. :

    Bonjour Adrien, c’est toujours très sympa d’avoir des nouvelles d’anciens élèves… Je vois que vous n’avez pas perdu votre bonne humeur-meur-meur-meur-meur… 🙂
    Bonne continuation à vous, gardez la « SES attitude », et si vous croisez d’autres anciens que j’ai connus, n’hésitez pas à les renvoyer au blog, ce sera toujours un plaisir de les recontacter.

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.