Le microcrédit : la solution miracle pour sortir du sous-développement ?

Le système du microcrédit – ou « banque des pauvres » : accorder de tous petits crédits à des pauvres, pour qu’ils puissent investir dans de petites affaires (artisanat, commerce, agriculture) – a été développé avec succès dans les pays en développement, et même dans nos pays développés, à la suite de l’expérience de Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank au Bangladesh, et récemment prix Nobel de la paix.

Mais le microcrédit est-il la panacée pour vaincre la pauvreté ?

Voici deux vidéos pour mieux comprendre les enjeux du microcrédit, et du développement en général :

Une courte vidéo, uniquement positive, sur Muhammad Yunus (où il insiste sur l’excellent taux de remboursement des prêts aux pauvres) :

Image de prévisualisation YouTube

Un extrait d’une conférence (en janvier dernier) d’Esther Duflo, l’une des jeunes économistes français les plus prometteuses, qui a fait toute sa carrière aux Etats-Unis (elle étudie l’économie du développement au prestigieux Massachusetts Institute of Technology), où ses travaux ont déjà été récompensés par des prix prestigieux. Elle dresse un bilan plus mitigé du microcrédit, dans son dernier ouvrage La Politique de l’autonomie (Seuil, 2010). Selon elle, la priorité absolue du microcrédit, qui est le remboursement des prêts, va à l’encontre d’une prise de risque, qui permettrait un développement plus important des petites entreprises. Mais les experts internationaux veulent que les pauvres du Sud soient totalement « responsables », « autonomes », aussi lucides et rigoureux qu’un chef d’entreprise occidental du XXIe s… Du coup, le microcrédit permet à des individus de créer leur propre emploi, mais guère plus :

http://www.dailymotion.com/video/xbu1fs Tags : , , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.