La France mal classée pour la liberté de la presse

ARTICLE DU QUOTIDIEN « LIBERATION » (de gauche) – 20 OCTOBRE

Le pays pointe à la 44e place au classement de Reporters sans Frontières. De façon générale, «l’Europe tombe de son piédestal», juge l’ONG.

Par DOMINIQUE POIRET

(Photo truquée : Reporters Sans Frontières)

<!–

  • Blogguer cet article
  • –>

    En matière de liberté de la presse, l’Europe perd encore un peu plus de son leadership. C’est ce que révèle le  classement 2010 établi par Reporters sans frontières (RSF). A l’opposé, le carré des pays les plus répressifs de la planète tend à gonfler. «Plus que jamais, nous observons que développement économique, réformes des institutions et respect des droits fondamentaux ne vont pas forcément ensemble», (idée intéressante, en relation avec les chapitres de terminale Croissance et développement, et La Mondialisation – E. B.) a dit Jean-François Julliard, secrétaire général de l’organisation.

    «Il convient de saluer, d’un côté, les moteurs de la liberté de la presse, Finlande, Islande, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse en tête et, de l’autre, de rendre hommage à la détermination des militants des droits de l’homme, journalistes, blogueurs, qui par le monde défendent avec vaillance le droit de dénoncer et dont le sort occupe toujours nos pensées», souligne Julliard.

    Mais cette neuvième édition, confirme une nouvelle dégradation de la liberté de la presse dans l’Union européenne. Sur les vingt-sept pays membres de l’UE, treize pays se trouvent dans les vingt premiers. Quatorze pays sont sous la vingtième place et certains se retrouvent même très bas dans le classement: Grèce (70e), Bulgarie (70e), Roumanie (52e), Italie (49e). Ce qui va compliquer un peu plus la tâche de RSF auprès des régimes autoritaires, pour leur demander des améliorations. Plus inquiétant encore, plusieurs pays européens déjà signalés par l’organisation ne connaissent aucune progression.

    L’UE risque de perdre son statut de leader mondial

    Il s’agit, en premier lieu, de la France, qui perd encore une place (44e, derrière le Surinam) et de l’Italie, où incidents et autres faits ont jalonné l’année en cours. Selon Julliard, si «l’UE ne se ressaisit pas, elle risque de perdre son statut de leader mondial dans le domaine du respect des droits de l’homme».

    Les USA sont 20e et la Russie à la 140e place derrière la Turquie et l’Ethiopie.

    A l’autre bout du classement, Reporters sans frontières pointe du doigt, «les dix pays où il ne fait pas bon d’être journalistes»: au trio infernal – Erythrée, Corée du Nord, Turkménistan-, il faut ajouter le Yemen, la Chine, le Soudan, l’Iran, la Birmanie, la Syrie et le Rwanda. Pour la première fois, Cuba n’en fait pas partie. «Cette tendance n’augure rien de bon pour l’année 2011. Elle n’est malheureusement pas à l’amélioration dans les pays les plus autoritaires», s’inquiète Jean-François Julliard.

    Tags : , ,

    Laisser un commentaire

    Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.