Tous les billets de avril 2011

Depuis 7 ans, les inégalités se sont creusées vers le haut

jeudi 28 avril 2011

ARTICLE DE L’AGENCE FRANCE PRESSE :

AFP, Mise a jour : 28 avril 2011

Les inégalités se creusent en faveur des plus riches

Les Français les plus aisés ont continué à s’enrichir ces dernières années, creusant encore les inégalités avec les plus modestes même si le taux de pauvreté est resté relativement stable, selon une étude de l’Insee publiée jeudi.

Distribution de nourriture et de couches pour bébés dans un centre des Restos du Coeur à Asnières, le 30 novembre 2010

AFP/Archives

Globalement, « entre 1996 et 2008, les inégalités de niveau de vie évoluent peu », note l’Insee dans l’édition 2011 de « Revenus et patrimoines des ménages ».

Ainsi, si l’on compare le niveau de vie maximum des 10% de ménages les moins riches (10.520 euros) au niveau de vie minimum des 10% les plus riches (35.550 euros), on constate en 2008 un rapport « relativement stable » (3,4 contre 3,5 en 1996), a expliqué en conférence de presse Jean-Louis Lhéritier, chef du département Ressources et conditions de vie des ménages.

Le « niveau de vie » se calcule en divisant les revenus du ménage par le nombre de personnes qui le composent mais en tenant compte des économies d’échelle induites par la vie en commun (un seul réfrigérateur…) et du fait que les enfants consomment moins que les adultes.

Cette notion permet de comparer des ménages de taille et de composition différentes. Le niveau de vie moyen est de 22.110 euros, le niveau de vie médian de 19.000.

Toutefois, nuance l’Institut de la statistique, ces moyennes « ne rendent pas compte des tendances aux extrémités ». Or, avant 2004, les inégalités avaient tendance à se réduire parce que les ménages les plus pauvres voyaient leur niveau de vie se rapprocher des classes intermédiaires.

A l’inverse, à partir de 2004, « on a une tendance à l’augmentation des inégalités par le haut » de l’échelle, selon M. Lhéritier.

Car depuis cette date, « les niveaux de vie des personnes les plus modestes cessent d’augmenter plus rapidement que les niveaux de vie intermédiaires alors que ceux des plus aisées continuent leur progression », note cette étude, qui s’arrête juste avant les premiers effets de la crise financière.

Résultat, le ratio de richesses (en niveau de vie) détenues par les 20% les plus aisés et celle détenue par les 20% les plus modestes a augmenté de 4 à 4,3 entre 1996 et 2008.

Cette progression « est liée à une forte hausse des revenus, en particulier des revenus du patrimoine, qui sont fortement concentrés chez les personnes les plus aisées », note l’étude, qui précise que ces revenus ont augmenté de 11% par an.

Parallèlement, entre 1996 et 2008, le taux de pauvreté monétaire (personnes vivant sous le seuil de pauvreté, fixé à 60% du revenu médian soit 950 euros mensuels en 2008) est passé de 14,5% de la population à 13% en 2008.

Mais là encore, cette moyenne cache de fortes disparités.

Ainsi, la baisse de la pauvreté est « concentrée de 1997 à 2001, période de forte croissance et de baisse du chômage » avant de rester stable jusqu’en 2008, a noté Jean-Louis Lhéritier.

Malgré la baisse globale, la pauvreté touche autant les chômeurs, qui sont en 2008 comme en 1996 toujours 35% à vivre avec moins de 950 euros par mois. Elle touche davantage les familles monoparentales (26% en 1996, 30% en 2008) et les personnes seules.

Les familles nombreuses sont elles aussi toujours largement touchées par la pauvreté mais beaucoup moins en 2008 qu’en 1996 (27,8% contre 19,7%), essentiellement grâce aux « revalorisations des prestations sociales », selon Magda Tomasini, chef de la division Revenus et patrimoines des ménages.

Les couples, avec ou sans enfant, sont les seuls à avoir bénéficié de la baisse du taux de pauvreté.

Tags : , ,

Les entreprises du CAC40 retrouvent leurs profits, grâce aux pays émergents

jeudi 28 avril 2011

DANS LE MENSUEL « ALTERNATIVES ECONOMIQUES » D’AVRIL 2011 :

Oubliée la crise ! Les grandes entreprises françaises et européennes redeviennent prospères, en grande partie grâce aux pays émergents.

Deux ans après que la crise financière se fut propagée à l’économie réelle, le CAC 40 a presque oublié cette mauvaise passe : cumulés, les profits des 40 plus grosses entreprises françaises cotées ont atteint 83 milliards d’euros pour l’exercice 2010, soit un bond de 85 % par rapport à 2009. Certes, ils n’ont pas encore retrouvé leur niveau de 2007, mais le redressement est spectaculaire. Il ne reste plus qu’une entreprise du CAC 40, Alcatel-Lucent, pour afficher des pertes en 2010.

Nombre de champions durement éprouvés par la crise (Renault, Peugeot mais aussi Arcelor Mittal, STMicroelectronics, Accor ou EADS) ont renoué avec les profits. Pour les banques, les subprime ne sont plus qu’un lointain souvenir : dans leur ensemble, leurs bénéfices ont plus que doublé et BNP Paribas décroche la deuxième place des plus gros profits du CAC 40, avec 7,8 milliards d’euros, derrière l’indétrônable Total (à 10,5 milliards d’euros). Conséquence de cette embellie, le montant des dividendes versés aux actionnaires devrait augmenter et avoisiner les 40 milliards d’euros, selon certaines estimations : un record.

Une santé insolente

Comment expliquer la santé insolente de ces poids lourds alors que le contexte économique reste très morose en France et en Europe ? Avant tout par leur internationalisation. Dans son ensemble, le CAC 40 réalise les trois quarts de son chiffre d’affaires hors de l’Hexagone. La part des revenus qu’il tire des pays émergents est passée en dix ans de 17 à 28 % et dépasse d’ores et déjà les 50 % pour certains fleurons comme Lafarge ou Danone. Le phénomène ne s’observe pas seulement pour les entreprises françaises, mais aussi pour leurs homologues européennes : les experts du gestionnaire de portefeuille Amundi estiment ainsi que d’ici à 2012 ou 2013, plus de 50 % de la marge d’exploitation (*) des entreprises européennes cotées sera produite hors d’Europe, dont 30 % en provenance des pays émergents. Confrontés à la déprime de leurs marchés domestiques, les champions européens vont tous chercher la croissance là où elle est.

A la différence d’autres pays européens, en particulier l’Allemagne, le contraste est saisissant en France entre la situation de ces leaders et celle du reste du tissu productif : les PME françaises croissent peu, exportent peu, innovent peu et sont souvent enfermées dans une relation de sous-traitance, réduite à la discussion sur les prix avec les grands donneurs d’ordres. Le basculement du centre de gravité des très grandes entreprises de l’Europe vers les pays émergents fait donc peser la crainte que l’économie européenne ne s’enfonce durablement dans l’anémie. En France beaucoup plus qu’en Allemagne.

    * Marge d’exploitation : résultat d’exploitation rapporté au chiffre d’affaires.
Marc Chevallier
Alternatives Economiques n° 301 – avril 2011
Tags :

A voir : documentaire sur le « prêt à jeter »

mardi 26 avril 2011

UN DOCUMENTAIRE PASSIONNANT SUR L' »OBSOLESCENCE PROGRAMMEE » : les produits sont conçus pour durer le moins de temps possible, et être remplacés, souvent sans pouvoir être réparés.

Le courant des opposants à ce système de gaspillage organisé (qui stimule la croissance, certes, mais au prix de quantités de déchets énormes, souvent envoyés dans les pays en développement…) se font appeler les « décroissants », ou les « objecteurs de croissance » (par analogie avec les « objecteurs de conscience » opposés au service militaire).

1/4

Image de prévisualisation YouTube

2/4

Image de prévisualisation YouTube

3/4

Image de prévisualisation YouTube

4/4

Image de prévisualisation YouTube Tags : , , ,

« Sors de ma télé ! »

samedi 23 avril 2011

Une excellente chanson d’un excellent chanteur de reggae ivoirien, Tiken Jah Fakoly : écoutez bien les paroles !…

http://www.dailymotion.com/video/xh2ey6 Tags : , ,

Révisions : regardez les petites fiches d’Alter Eco !

vendredi 22 avril 2011

Le mensuel Alternatives Economiques a publié un hors-série sur « La Société française » : on peut lire des extraits de ces articles, sous forme de petits articles accompagnés à chaque fois d’un graphique.

Parfait pour les révisions pour le bac !

http://www.alternatives-economiques.fr/la-societe-francaise_fr_pub_1085.html

Tags : , , , ,

Corrigé de la QSTP du bac blanc

jeudi 21 avril 2011

POUR LES TERMINALES E.S. DU LYCEE CONDORCET :

Corrigé QSTP : MOYENNISATION


Introduction : – Accroche : les exemples d’inégalités (ou de leur réduction) ne manquent pas ; Problématique très simple ; ne pas oublier l’annonce du plan.

I. Un processus de moyennisation de la société française…

1. Les facteurs économiques de la moyennisation.

  • Tertiarisation : développement des services au détriment de l’industrie et de l’agriculture (déversement intersectoriel de Sauvy). Hausse de la qualification. = mobilité sociale structurelle ascendante.
  • Développement des droits sociaux et partage des fruits de la croissance (compromis fordiste) ce qui limite l’opposition capital/travail.
  • Croissance des catégories intermédiaires (employés & prof. intermédiaires, cadres), au détriment de la part des indépendants et des ouvriers.
  • Réduction des inégalités de revenu à la fin des 30 Glorieuses ; la hausse du niveau de vie se traduit par une consommation de masse, un accès à la propriété immobilière, et une nouvelle structure des dépenses (lois d’Engel).

2. Les facteurs sociaux et politiques.

  • Egalisation des conditions = logique des sociétés démocratiques selon Tocqueville : affaiblissement du sentiment d’appartenance à une classe, et montée du sentiment de « classe moyenne » (Doc. 2)
  • Nouvelle norme de consommation, celle des classes moyennes, avec leur mode de vie : modèles familiaux, scolarisation de masse (Doc. 1) Certains auteurs (comme Mendras) croient à la fin des classes sociales.
  • Rôle de l’Etat : politique de redistribution des revenus (progressivité de l’impôt) au cours du XXe s., qui érode les revenus des rentiers. (Doc. 3)

Transition : Le mouvement de moyennisation est donc lié à un contexte économique, social et politique, spécifique à une génération (celle du baby boom et des Trente Glorieuses). La génération suivante n’est-elle pas dans une situation bien différente ?

II… qui présente tout de même des limites.

1. La persistance des inégalités

  • Cumul des avantages et des handicaps sociaux : les écarts de revenus entraînent des différences de niveau de consommation, surtout pour les pratiques culturelles. (chiffres Doc. 4)
  • Mais à niveau de revenu proche, on observe aussi des différences sensibles de pratiques culturelles: habitus de classe, capital culturel (Bourdieu).
  • Toujours : inégalités hommes-femmes, et entre quartiers ou régions.

2. Une nouvelle polarisation.

  • Flexibilité : externe (variation des effectifs), interne (horaires), salariale… Développement des formes particulières d’emploi (FPE) : CDD, intérim, temps partiel…
  • Affaiblissement des droits collectifs et de la protection sociale ; dualisation du marché du travail ; parallèlement : concentration du capital et hausse des revenus du patrimoine.
  • D’où une « société en sablier» (resserrement des catégories intermédiaires) qui redonne crédit aux analyses en terme de classes et de domination (Marx, Bourdieu, Pinçon-Charlot…)
  • Problème des générations : les « jeunes » (nés dans les années 70-80) ont une moins bonne carrière que la génération précédente (Louis Chauvel – Doc. 3)

Conclusion :

– Résumé du devoir

– Puis ouverture : actuellement, une politique fiscale plutôt favorable aux hauts revenus : retour des rentiers ?

Tags : ,

Enregistrement exceptionnel chez Renault

mercredi 20 avril 2011

On observe actuellement une forte augmentation des cas de dépressions chez les salariés – burn out en anglais.

Le déroulement de l’entretien ci-dessous (enregistré à l’insu du cadre mis en cause, et publié par L’EXPRESS il y a une semaine), lors de la fausse affaire d’espionnage chez Renault, est typique des méthodes de direction de beaucoup d’entreprises de nos jours.

L’attitude du directeur face au cadre est hallucinante : accusations floues, (et infondées, puisqu’on sait aujourd’hui que Tenenbaum était en réalité innocent) arrogance, jargon inutile venant de l’anglais (« checker », « capitaliser l’expérience »…), refus d’écouter le point de vue de l’autre… On retrouve certaines caractéristiques des systèmes totalitaires (comme lors des procès staliniens, en URSS ou dans d’autres pays communistes, lorsque les accusés étaient d’avance considérés comme coupables).

Exclusif

Renault: l’enregistrement de la mise à pied de l’un des cadres

Par Eric Laffitte et Jean-Marie Pontaut, publié le 12/04/2011 à 09:19

Renault: l'enregistrement de la mise à pied de l'un des cadresAFP

Avec la démission de son n°2, Renault paie son aveuglement vis-à-vis de trois cadres injustement accusés d’espionnage industriel. LEXPRESS.fr s’est procuré l’enregistrement secret de la réunion où l’un d’entre eux apprend son licenciement. Un document terrifiant.

C’est un document exceptionnel et très poignant. Le 3 janvier 2011, Matthieu Tenenbaum, cadre supérieur de Renault, est convoqué dans le bureau de Christian Husson, le directeur juridique de l’entreprise. Au fur et à mesure de cet entretien, il découvre visiblement abasourdi qu’on l’accuse d’avoir trahi Renault et d’espionner au profit des Chinois.

Christian Husson le somme d’avouer et de démissionner sans faire de bruit, sous réserve de graves poursuites pénales. Il apprend qu’il doit quitter l’entreprise le jour même et vider son bureau « sans souhaiter les voeux à ses collègues ». Tenenbaum, sonné par ces fausses accusations, ne sait pas qu’en plus, la direction de Renault enregistre cette conversation. Elle est même suivie en direct par d’autres responsables de l’entreprise. Une séance qui fait rétrospectivement froid dans le dos.

Pour Renault, le prix de cet aveuglement s’annonce lourd. Outre le n°2, Patrice Pélata, qui a demandé à être relevé de ses fonctions, trois hauts dirigeants, dont Christian Husson, ont été écartés lors du conseil d’administration extraordinaire du lundi 11 avril. De plus, un accord de principe aurait été trouvé pour l’indemnisation des trois cadres licenciés, dont Matthieu Tenenbaum, qui, selon Marianne, réclamait 2,4 millions d’euros.


http://www.lexpress.fr/actualite/economie/renault-l-enregistrement-de-la-mise-a-pied-de-l-un-des-cadres_981701.html

Tags : ,

Débat indispensable sur la « décroissance »

mardi 19 avril 2011

FAUT-IL TOURNER LE DOS A LA CROISSANCE ?

Dans l’émission « Arrêt sur images », le 8 avril, un débat passionnant sur la notion de « décroissance », avec des intervenants bien connus dans le milieu économique :

http://www.dailymotion.com/video/xi2uq5 Tags : , , , ,

Politiques de la « diversité » : attention danger

lundi 18 avril 2011

Le terme de « diversité » est à la mode en ce moment ; la reconnaissance des différences inspirent de nombreuses politiques publiques. Pourtant, cette approche présente des limites, comme le montre le Président de l’Association des paralysés de France :

Promouvoir la diversité permet-il vraiment de combattre les inégalités sociales ?

La « diversité » est à la mode et occulte les inégalités sociales. Les personnes handicapées, comme bien d’autres, n’ont pas grand chose à y gagner. Le point de vue de Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France, extrait du hors-série « Les inégalités en France » d’Alternatives Economiques.

La « diversité » est à la mode en France. Ce concept fait depuis quelques années partie du vocabulaire des entreprises, en parallèle avec celui de « responsabilité sociale ». La promotion de la diversité vient peu à peu remplacer la lutte contre les discriminations : ce changement de vocabulaire a-t-il un sens et lequel ? Que recouvre le vocable de « diversité » ? Quels moyens sont envisagés pour promouvoir cette diversité, et avec quelle efficacité ? N’existe-t-il pas des dérives à défendre une telle idée ? En particulier, diversité et égalité sont-elles compatibles ? Pour les personnes en situation de handicap, comme pour bien d’autres, il faut se méfier de certains discours.

Une diversité partiale et partielle

De la lutte contre les « discriminations » à la « promotion de la diversité », un changement de vocabulaire apparaît dans les discours politiques et médiatiques. D’un vocabulaire traduisant violences, souffrances et inégalités subies par des personnes du fait d’une caractéristique personnelle, on passe à un vocabulaire positif : la différence est une chance, une richesse à mettre en avant. Et ce changement de vocabulaire ne semble recouvrir ni les mêmes populations, ni les mêmes méthodes.

En effet, si le champ des discriminations est précisément défini, notamment dans l’article 225-1 du Code pénal, celui de la diversité telle que présentée jusqu’à présent ne semble prendre en compte que la composante « origine », voire les différences hommes/femmes. Et les personnes en situation de handicap ? Quitte à parler de diversité, faisons en sorte qu’elle ne soit ni partiale, ni partielle ! Qu’elle n’oublie pas les personnes malades, handicapées ou homosexuelles notamment.

Des chartes rarement suivies d’effets

En outre, alors que la discrimination est sanctionnée juridiquement, la diversité semble, elle, exprimer une solution par la mise en place de politiques volontaristes (relevant de la responsabilité sociale des entreprises, par exemple). Reste à savoir lesquelles, et si elles sont pertinentes… Les chartes sont le nouvel outil, symbole de la prise de conscience et de la bonne volonté politique. Elles se multiplient, sur tous les sujets, à tous les échelons du territoire, dans tous les milieux… Souvent signées en concertation avec les partenaires concernés, elles permettent d’affirmer engagements et actions à mener. Evitons de douter ici de la réalité de ce volontarisme pour nous attarder sur un constat : les chartes se résument souvent à de l’affichage et sont rarement suivies d’effets. Et pour cause : elles se réduisent la plupart du temps à une énumération de mesures qui prennent en réalité leur source dans des dispositions législatives, alors qu’elles devraient se centrer sur des mesures concrètes permettant d’aller au-delà des obligations légales. Ainsi, la diversité dans les entreprises doit-elle être mesurée par de réels indicateurs, outils de contrôle de l’effectivité de la politique mise en place, susceptibles de valider les démarches faites et le cas échéant de les sanctionner. C’est à ce prix qu’il est possible de parler d’engagement !

Enfermer une population dans sa différence

La promotion de la diversité est souvent associée à la discrimination positive. Une idée en réalité contraire au principe républicain d’égalité ! Plutôt que d’accorder un traitement préférentiel à une catégorie de personnes, n’est-il pas préférable de prendre des mesures appropriées et de développer des actions positives en amont (accès à la formation prenant en compte les besoins spécifiques, par exemple…) afin de permettre à la catégorie de personnes en rupture d’égalité de parvenir à celle-ci ? Peut-être faut-il aussi penser la diversité en termes de visibilité. Visibilité médiatique bien sûr, parce que la télévision est le reflet de la société et de ses composantes. Mais plus largement visibilité dans toutes les instances politiques et décisionnelles.

Promouvoir la diversité repose toutefois sur un mécanisme qui fait exister une population par sa différence. De ce fait même, apporter une réponse ciblée à cette population peut comporter le risque de renforcer sa catégorisation et sa stigmatisation. De plus, la promotion de la diversité si elle s’appuie sur la revendication de l’égalité des chances doit prendre garde à ne pas laisser s’installer une dynamique fondée uniquement sur la compétition et le mérite. Enfin, la promotion de la diversité n’est qu’un des volets de la politique à mener pour lutter contre les inégalités sociales. En ce sens, elle ne doit pas servir d’alibi à l’Etat pour pallier l’absence de politiques sociales globales répondant aux difficultés de tous.

Casser la logique de politiques à part

Le traitement politique de la vie quotidienne des personnes en situation de handicap illustre cette opposition, pas seulement conceptuelle, entre diversité et inégalités. Alors que la réalité de ces personnes est de vivre trop souvent encore dans une rupture d’accès aux droits les plus fondamentaux (éducation, emploi, santé, revenus, etc.), de ne pas être à égalité avec les autres, les choix politiques faits vont trop souvent dans le sens de politiques spécifiques, de bonnes intentions (combien de chartes déjà affichées sur l’accessibilité des villes sans résultats concrets par exemple…) et de tentation de discrimination positive, donc de communautarisme !

Face aux enjeux et aux écueils, il semble alors indispensable de casser la logique de politiques « à part » et de tendre vers des politiques transversales, c’est-à-dire des politiques sociales basées sur la non-discrimination, le droit commun, l’égalité de traitement, des actions positives et la solidarité nationale.

Par Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France.

Extrait du hors-série poche n°43, « Les inégalités en France » d’Alternatives Economiques.

Tags : , , ,

Comprendre Fukushima en 3 minutes

vendredi 15 avril 2011

GRACE A UNE ANIMATION AUDIOVISUELLE DU QUOTIDIEN « LE MONDE »

Tags : ,