Corrigé de la QSTP du bac blanc

POUR LES TERMINALES E.S. DU LYCEE CONDORCET :

Corrigé QSTP : MOYENNISATION


Introduction : – Accroche : les exemples d’inégalités (ou de leur réduction) ne manquent pas ; Problématique très simple ; ne pas oublier l’annonce du plan.

I. Un processus de moyennisation de la société française…

1. Les facteurs économiques de la moyennisation.

  • Tertiarisation : développement des services au détriment de l’industrie et de l’agriculture (déversement intersectoriel de Sauvy). Hausse de la qualification. = mobilité sociale structurelle ascendante.
  • Développement des droits sociaux et partage des fruits de la croissance (compromis fordiste) ce qui limite l’opposition capital/travail.
  • Croissance des catégories intermédiaires (employés & prof. intermédiaires, cadres), au détriment de la part des indépendants et des ouvriers.
  • Réduction des inégalités de revenu à la fin des 30 Glorieuses ; la hausse du niveau de vie se traduit par une consommation de masse, un accès à la propriété immobilière, et une nouvelle structure des dépenses (lois d’Engel).

2. Les facteurs sociaux et politiques.

  • Egalisation des conditions = logique des sociétés démocratiques selon Tocqueville : affaiblissement du sentiment d’appartenance à une classe, et montée du sentiment de « classe moyenne » (Doc. 2)
  • Nouvelle norme de consommation, celle des classes moyennes, avec leur mode de vie : modèles familiaux, scolarisation de masse (Doc. 1) Certains auteurs (comme Mendras) croient à la fin des classes sociales.
  • Rôle de l’Etat : politique de redistribution des revenus (progressivité de l’impôt) au cours du XXe s., qui érode les revenus des rentiers. (Doc. 3)

Transition : Le mouvement de moyennisation est donc lié à un contexte économique, social et politique, spécifique à une génération (celle du baby boom et des Trente Glorieuses). La génération suivante n’est-elle pas dans une situation bien différente ?

II… qui présente tout de même des limites.

1. La persistance des inégalités

  • Cumul des avantages et des handicaps sociaux : les écarts de revenus entraînent des différences de niveau de consommation, surtout pour les pratiques culturelles. (chiffres Doc. 4)
  • Mais à niveau de revenu proche, on observe aussi des différences sensibles de pratiques culturelles: habitus de classe, capital culturel (Bourdieu).
  • Toujours : inégalités hommes-femmes, et entre quartiers ou régions.

2. Une nouvelle polarisation.

  • Flexibilité : externe (variation des effectifs), interne (horaires), salariale… Développement des formes particulières d’emploi (FPE) : CDD, intérim, temps partiel…
  • Affaiblissement des droits collectifs et de la protection sociale ; dualisation du marché du travail ; parallèlement : concentration du capital et hausse des revenus du patrimoine.
  • D’où une « société en sablier» (resserrement des catégories intermédiaires) qui redonne crédit aux analyses en terme de classes et de domination (Marx, Bourdieu, Pinçon-Charlot…)
  • Problème des générations : les « jeunes » (nés dans les années 70-80) ont une moins bonne carrière que la génération précédente (Louis Chauvel – Doc. 3)

Conclusion :

– Résumé du devoir

– Puis ouverture : actuellement, une politique fiscale plutôt favorable aux hauts revenus : retour des rentiers ?

Tags : ,

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.