Démocratie en Chine

dimanche 7 juin 2009

 Ce week-end est commémoré le vingtième anniversaire du massacre de la place Tiananmen (voir ci-dessous la célèbre photo de l’homme seul face à une colonne de chars) la plus grande place de Chine où les forces de sécurité avaient brutalement réprimé des manifestations étudiantes favorables à la démocratie. Il s’agit d’un événement majeur, sans lequel la Chine d’aujourd’hui ne serait pas la même.

Je vous transmets un message d’un site défendant la démocratie au Tibet et en Chine (même si le message n’est pas impartial, il n’a rien de néfaste ni de faux, au contraire) :

 

 Tibet  Chine  Actualité 

  

 Samedi 6 Juin 2009   

  » Tous les hommes aspirent au développement.
Mais quel développement possible pour des êtres privés de liberté?Alertez le monde:
Seule la communauté internationale peut empêcher que disparaissent le Tibet et les Tibétains.
N’incitez personne à la vengeance ou à la violence envers les Chinois,
mais efforcez-vous de les faire progresser vers la compréhension de la souffrance du peuple tibétain. »

  D’aprés un texte de Blandine CATTEAU et revu par Patrick BONNASSIEUX

 APPEL DE L’ ASSOCIATION FRANCE TIBET

 Dimanche 7 Juin 2009 Le Dalaï Lama fait citoyen d’honneur de la Ville de Paris :

une cérémonie « service minimum » qui sera expédiée à l’issue de la conférence donnée par le leader tibétain à Bercy

Sauf contre-ordre de dernière minute, à l’occasion de son déplacement à Paris le 7 juin, le Dalaï Lama sera bien « officiellement » intronisé citoyen d’honneur de la Ville de Paris, mais en catimini, sans témoins, sans cérémonie, le tout expédié en moins de 30 mn dans la foulée de la conférence donnée à Bercy.

L’ambassade de Chine a manifestement fait son travail de sape et mis toute la pression nécessaire et si elle n’a pu totalement annuler cet événement, au moins celui-ci passe complètement inaperçu.

A Pékin, la place Tian’ an Men a été bouclée le jour anniversaire du massacre de sa jeunesse étudiante.

Le rêve du gouvernement chinois serait sans doute de baillonner la presse à Paris et que cet hommage passe inaperçu.

 Photo du jour

 20ème anniversaire du

massacre de la Place

Tiananmen

tiananmen

Pékin, Place Tiananmen : Juin 1989 

Un homme seul épris de liberté défie une colonne de blindés de l’ armée Chinoise .  

 Agenda

 LYON Place de la Comédie (devant l’ Opéra)

 Samedi 13 Juin 2009 ( à partir de 15h00 )

Rassemblement

pour la liberté au Tibet et en Chine  

 

 

 

Organisé par :

LION DES NEIGES

[email protected]  

10 Rue Louis Aulagne

69600 Oullins

tel: 06 29 35 42 27

Dans le cadre des rassemblements mensuels pour la liberté au Tibet et en Chine à Lyon

 

 

 

Tags :

Télé Soumission

mardi 28 avril 2009

Une expérience de télé-réalité hallucinante vient d’être enregistrée sur France 2 : bientôt sur vos écrans !

http://www.ecrans.fr/Telectrochoc,7027.html

 

Elle s’inspire directement d’une expérience essentielle – et d’ailleurs « culte » en SES – qui permet de mieux comprendre pourquoi n’importe quel individu peut se livrer à des violences extrêmes sur des inconnus totalement innocents pour peu qu’une autorité lui en donne l’ordre. Il s’agit d’une célèbre expérience menée par le psychologue américain Stanley Milgram entre 1960 et 1963, à la prestigieuse université de Yale, dans laquelle un homme doit poser des questions à un autre homme, et doit lui envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes si l’autre ne répond pas correctement…
 
La célèbre expérience de Milgram, que celui-ci a analysée dans son ouvrage Soumission à l’autorité, a été renouvelée de multiples fois, dans différents pays, pour aboutir à chaque fois à des résultats très proches. La vidéo suivante, extraite du film d’Henri Verneuil « I comme Icare », reconstitue fidèlement l’expérience ; regardez-la attentivement (durée : 20 mn) :
 
http://www.cheztom.com/societe-l-experience-de-milgram-obeissance-autorite-article304.html
 
De multiples variantes ont été introduites dans l’expérience, afin d’observer les réactions des sujets : l' »élève » est visible ou pas par le « professeur », celui-ci doit le toucher ou pas, il est en contact plus ou moins proche avec l »expérimentateur » (le chef), etc. Ainsi, le « taux d’obéissance » peut varier selon les circonstances de l’expérience, mais en définitive, les résultats chiffrés sont terribles…
 
Voici, pour exercer votre anglais et voir l’expérience dans les conditions réelles (ce qui la rend encore plus saisissante), un extrait (22′) d’un film de Milgram lui-même :
http://leweb2zero.tv/video/felice_6047083d1421886
 

Cela dit, le projet de Christophe Nick, le producteur du « jeu », n’est pas clair : s’agit-il de dénoncer la télé-réalité ? la lâcheté des gens en général ? Car la télé récupère des phénomènes de société, mais elle ne les crée pas à partir de rien…

Tags : ,

Vers un Net sous surveillance ?

dimanche 29 mars 2009

La loi HADOPI sur la surveillance d’internet et la lutte contre le piratage est actuellement discutée au Parlement . Selon certains spécialistes, elle comporte des dangers pour la liberté d’expression et d’échanges sur le Net : certains sites seraient autorisés (par une autorité administrative appellée HADOPI), tandis que d’autres seraient jugés néfastes ou illégaux… Christine Albanel elle-même, ministre de la Culture, s’est inquiétée de cette logique repressive.

Lire par ex. le point de vue de Christian Paul, député socialiste : http://www.liberation.fr/medias/0101165793-vers-une-societe-de-surveillance-sur-le-net

Tags : ,

Grève du 29/01 : « jeudi noir » et « Père Fouettard »

mercredi 28 janvier 2009

Un petit « télézapping » du Monde montre quelques extraits des médias, présentant curieusement la grève interprofessionnelle et massive semble-t-il de demain comme un « jeudi noir », comme s’il s’agissait d’une sorte de catastrophe, de criminalité (qu’il faudrait donc combattre – avec toujours des « Pères Fouettard » qui menacent les grévistes de sanctions), et non d’un mouvement social organisé, légal et légitime. C’est un peu étrange, et inquiétant, en ce qui concerne le dialogue social et la démocratie.

Les revendications des syndicats ont d’ailleurs été très peu évoquées ; pourtant les salariés de tous ces secteurs n’ont pas décidé de perdre une journée de salaire sans raisons ; et ce qui est « noir » pour eux, ce sont plutôt les conséquences en termes d’emploi et de pouvoir d’achat des stratégies des entreprises et des politiques du gouvernement auxquelles ils s’opposent.

Au fait, que fait le Président de la République jeudi ?

Tags : , ,

Droits de l’homme en France

dimanche 25 janvier 2009

Le président de la Ligue des Droits de l’Homme (association très ancienne et respectable, mais aussi militante, donc pas neutre politiquement, mais qui l’est ?) dresse un bilan des droits de l’homme en France, sous M. Sarkozy. Un article intéressant car il montre une conception large de ces droits de l’homme, concernés également par la politique économique et sociale, par exemple.

Tags :

Parler des différences ethniques pour éviter de parler des inégalités de classes

jeudi 1 janvier 2009

UNE EXCELLENTE ANNEE 2010 A TOUTES ET A TOUS, pleine de bonheurs et de réussite !  🙂

Pour bien commencer l’année, voici un texte intéressant. Emmanuel Todd, démographe, a écrit plusieurs ouvrages très intéressants croisant démographie, économie, sociologie, science politique… Un auteur qui a la « SES attitude », en somme… 😉

Dans Le Monde du 26 décembre, il critique la politique de M. Sarkozy, qui selon lui favorise « la haine de l’autre », ce qui permettrait selon lui de détourner l’attention de l’opinion publique.

Tags : , , ,

Où va notre démocratie ?

lundi 29 décembre 2008

La digestion du régime hypercalorique de la semaine dernière, et le grand froid à l’extérieur, sont l’occasion de méditer sur des sujets généraux, comme celui-ci : la démocratie, et l’un de ses piliers, l’indépendance des contre-pouvoirs tels que les médias, la justice ou les organismes statistiques (Insee, etc.). Nous ne sommes pas dans une dictature, certes, mais la situation est préoccupante dans plusieurs domaines, comme l’explique un article alarmiste, mais écrit par quelqu’un de sérieux – un professeur de science politique à l’Université de Panthéon-Sorbonne – dans le quotidien Le Monde, non moins sérieux.

Comme toujours, j’attends vos réactions !  😉

De la démocratie et de son avenir

LE MONDE | 26.12.08 | 16h57

A quoi tient la démocratie ? A la possibilité pour chaque citoyen d’exercer son pouvoir de critique sur la conduite du gouvernement, à la garantie d’un débat public ouvert et informé, au contrôle incessant de la société sur un pouvoir qui ne saurait prétendre être autre chose que le délégataire temporaire d’une légitimité qui ne lui appartient pas. Mais pour s’exercer, l’Histoire n’a cessé de nous l’apprendre, ces droits et ses libertés supposent l’existence et la préservation d’institutions réflexives capables de produire, en toute indépendance, les données, les cadres d’analyse, les manières de pensée indispensables à la vie démocratique d’une nation.

Or, depuis quelques mois, ce sont des pans entiers de cette infrastructure nécessaire aux libertés démocratiques qui sont un par un démantelés, sous prétexte de rationalisation, de « gouvernance simplifiée » ou de compétitivité internationale. Le dernier en date, la dissolution d’un observatoire de l’environnement, ancien établissement public national dépendant du ministère de l’écologie depuis 2004, l’Institut français de l’environnement, n’a rien a priori pour susciter l’émoi. Qui, en dehors des milieux intéressés, connaît cette institution ? Qui, hormis ces mêmes initiés, s’est inquiété de sa dissolution ? Personne ou presque. L’IFEN, correspondant français de l’Agence européenne pour l’environnement, produisait pourtant tous les quatre ans un état de l’environnement en France, consignant nombre de données statistiques indispensables à la mesure des pollutions de l’air, de l’eau, des sols, de la détérioration du littoral par l’industrie chimique et l’agriculture intensive.

Produite désormais par le ministère de l’écologie, la production des statistiques environnementales ne sera plus le fait d’une agence autonome. Quel est, par ailleurs, le point commun entre la reprise en main spectaculaire de l’audiovisuel public ; l’évidement du CNRS au profit d’un pilotage direct de la recherche publique par des agences dépendantes du gouvernement ; la disparition programmée de l’enseignement obligatoire des sciences économiques et sociales au lycée ; les menaces préoccupantes qui pèsent aujourd’hui sur l’indépendance de l’Insee ; les coupes sèches dans les subventions aux associations d’éducation populaire, jusqu’à la volonté, moins anodine qu’il n’y paraît, de supprimer les épreuves de culture générale dans les concours de la République, sinon l’affaiblissement d’instances et de lieux de savoir susceptibles de nourrir la critique dans une société démocratiquement active ?

Dans un monde où les sources d’une contre-expertise se seront taries, où les enfants seront éduqués dans l’amour du marché, où les voix dissidentes et porteuses d’une autre vision de l’intérêt général au sein de l’administration se seront tues, où les médias seront concentrés entre les mains d’une poignée d’industriels dépendants ou complices du pouvoir, serons-nous encore en démocratie ? Certes, il restera des élections, il restera des médias, comme dans la Russie de Poutine, mais la démocratie sera cliniquement morte.

——————————————————————————–

Loïc Blondiaux est professeur au département de science politique de la Sorbonne (Paris-I).

Tags : ,