Comment relancer vraiment l’emploi ?

mardi 14 février 2012

Une courte interview de Philippe Askénazy, économiste spécialiste de l’emploi : il critique des politiques de l’emploi depuis près de trente ans, qui étaient fondées sur la réduction du coût du travail et l’incitation des entreprises, qui ont échoué :

http://www.dailymotion.com/video/xog5kn Tags : , ,

Précarité et flexibilité : le salariat aujourd’hui

dimanche 5 février 2012

SECONDE PARTIE DU FORMIDABLE DOCUMENTAIRE « IL ETAIT UNE FOIS LE SALARIAT » :

http://www.dailymotion.com/video/xu26a

et un débat sur ce sujet et ce documentaire, sur la chaîne PUBLIC SENAT – avec plusieurs invités très intéressants :

http://www.dailymotion.com/video/xod5ep Tags : , , ,

Des économistes antilibéraux critiquent les dernières mesures pour l’emploi et la compétitivité

vendredi 3 février 2012

TRIBUNE DANS « LIBERATION » –

Par CLAUDE DEBONS, JACQUES GENEREUX, JEAN-MARIE HARRIBEY coprésident d?Attac, PIERRE KHALFA, JACQUES RIGAUDIAT, ANNE DEBREGEAS, ELODIE GROUTSCHE, MARIANNE JOURNIAC, DIDIER LE RESTE Syndicalistes, FRÉDÉRIC BOCCARA, STÉPHANIE TREILLET Economistes

Toutes les mesures présentées dimanche soir par le «président candidat» sont aussi impopulaires qu’inefficaces et dangereuses. Ce «paquet» est sans doute son cadeau de départ au patronat et aux promoteurs (30% de spéculation foncière en plus). Fidèle à sa recette du pâté de cheval et d’alouette, Nicolas Sarkozy a certes évoqué une hausse de la CSG sur les revenus du patrimoine et une taxe sur les transactions financières réduite à sa plus simple expression, mais ces annonces pèsent peu par rapport aux deux mesures chocs qu’il veut imposer avant la fin du quinquennat.

Première mesure : les «accords compétitivité emploi». Ils consistent à échanger salaire contre emploi. Ces accords, qui pourront être signés par des syndicats représentant seulement 30% des voix aux élections professionnelles, permettront aux employeurs de faire travailler leurs salariés plus longtemps sans hausse de leur rémunération. Cela revient à supprimer ce qu’il reste de la durée légale du travail instaurée en… 1848. Les entreprises pourront aussi imposer des baisses de salaire, grâce à un chantage au chômage, baptisé sauvegarde de l’emploi. Un tel accord permettrait de s’exonérer de dispositions du droit du travail et des conventions collectives et s’imposerait «à la loi et aux contrats individuels» : un salarié pourra donc être licencié s’il le refuse. Cette inversion de la hiérarchie des normes serait une rupture historique avec le modèle social français.

Deuxième mesure : la suppression des cotisations patronales de la branche «famille» de la Sécurité sociale. Comme elle concerne les salariés gagnant entre 1,6 et 2,4 Smic, ce cadeau de 13 milliards d’euros bénéficiera plutôt aux grandes entreprises. Il sera principalement «compensé» par une augmentation de 1,6 point de TVA. Sarkozy fait le pari que cela n’entraînera aucune hausse des prix, mais il se prend les pieds dans le tapis : justifier la mise en œuvre différée de cette mesure par le fait que cela permettra des achats par anticipation, c’est annoncer que les hausses de prix auront bien lieu. La consommation des ménages, surtout les plus pauvres, sera donc rabotée de 11 milliards d’euros : ce n’est rien d’autre qu’un troisième plan d’austérité !

Ces mesures s’inscrivent dans une conception globale : «Réduire les dépenses publiques, alléger le coût du travail, renforcer notre compétitivité pour créer de la croissance et créer des emplois.» Pure doxa néolibérale. Mais alléger le coût du travail, c’est en fin de compte réduire une demande salariale déjà atone. Réduire les dépenses publiques, alors que l’investissement des entreprises est au plus bas, c’est casser un autre moteur de l’activité. Une telle orientation ne peut qu’aggraver la récession et développer le chômage.

En postulant que le problème fondamental est le coût du travail, cette orientation fait l’impasse sur le coût du capital. Or, c’est bien celui-ci qui pose problème, avec l’explosion des dividendes versés aux actionnaires : ils représentent 13% de la masse salariale en 2010, contre 4% dans les années 80. Dans le même temps, la part des salaires dans la richesse produite, le PIB, a baissé de 8 points. C’est cette domination d’une logique financière sur les entreprises qui explique la faiblesse de l’investissement et des dépenses en recherche et développement. L’obsession du modèle allemand oublie que ce dernier n’est pas soutenable. Pas soutenable pour les Allemands qui ont vu ces dernières années une baisse de leurs salaires avec un fort accroissement de la pauvreté et de la précarité. Pas soutenable parce que, dans une Europe économiquement intégrée, les excédents commerciaux allemands ont pour contrepartie les déficits des autres pays d’Europe. Vouloir que tous les pays européens adoptent le modèle allemand est un projet impossible.

Tags : , , ,

Carte de l’évolution du chômage par bassin d’emploi

jeudi 19 janvier 2012

UN BEAU DOCUMENT INTERACTIF, qui vient d’être mis à jour, sur le site du quotidien Le Monde. En cliquant sur chaque bassin d’emploi, on peut voir l’évolution du taux de chômage depuis 2003 ; on peut aussi sélectionner les bassins d’emploi selon l’importance de leur taux de chômage.

Tags : ,

Les 35 heures ne sont pas coupables

dimanche 11 décembre 2011

ALTERNATIVES ECONOMIQUES – Denis Clerc – 7 décembre 2011

Accusées de tous les maux par le gouvernement, les 35 heures affichent pourtant un bilan plutôt positif : elles n’ont pas alourdi les coûts salariaux des entreprises ni pénalisé la productivité des salariés, ont créé des emplois, même si leur mise en oeuvre a pesé sur les finances publiques.

(…) Le 28 octobre dernier, le chef de l’Etat, sur France 2, en parlait comme d’une « catastrophe sociale et [d’] une catastrophe économique », les accusant implicitement d’être à l’origine des délocalisations, de la désindustrialisation et même d’une « pression sur les salaires ». (…) Dans ce procès, examinons plutôt les faits. C’est ce que je me propose de faire ici, à partir des données existantes, principalement celles de la Comptabilité nationale, qui a le mérite de présenter une vue d’ensemble.

Le partage de la valeur ajoutée

Il convient de la mesurer « nette », c’est-à-dire après déduction des impôts, des éventuelles subventions d’exploitation et de la « consommation de capital fixe » (l’amortissement économique correspondant à l’usure effective et à l’obsolescence des équipements), de manière à ne retenir que ce qui est partageable entre le travail et le capital. Pour l’ensemble des sociétés non financières, en 1997, avant que la décision de passer aux 35 heures soit prise, le partage de cette valeur ajoutée est le suivant : 20,6 % vont au capital (excédent d’exploitation) et 79,4 % au travail salarié. En 2002, année où la loi est devenue obligatoire pour toutes les entreprises de plus de 20 salariés, le partage passe à 19,6 % et 80,4 %, soit un transfert d’un point de valeur ajoutée nette du capital au travail, soit 6 milliards de l’époque (environ 7 milliards en euros de fin 2011). Incontestablement, la loi sur les 35 heures a donc provoqué une augmentation relative du coût salarial, de l’ordre de 450 euros par salarié et par an. Mais cette augmentation a été transitoire et, dès 2007, la situation antérieure est rétablie, voire un peu améliorée pour les sociétés non financières : 21,1 % pour le capital, 78,9 % pour les salariés. (…)

L’évolution de l’emploi salarié

Ce dernier, dans les sociétés non financières, est passé (en équivalent temps plein) de 11,5 millions (1997) à 13,5 (2003), puis a continué ensuite à progresser plus lentement pour atteindre 14 millions en 2007. Même s’il n’est évidemment pas question d’attribuer aux 35 heures toute cette progression, la croissance économique ayant sans doute joué le rôle essentiel[1], la RTT a aussi participé à l’amélioration conjoncturelle, en renforçant la baisse du chômage. Toutefois, dans l’industrie, principale branche exposée à la concurrence étrangère (tant pour le marché intérieur qu’à l’exportation), les effectifs n’ont pas augmenté de la même manière : faible progression entre 1997 et 2001 (passant de 3,92 millions en 1997 à 3,96 millions en 2001, toujours en équivalent-temps plein), puis déclinant ensuite assez rapidement (3,54 millions en 2007[2] soit une perte de plus de 420 000 emplois). Cette baisse d’effectifs dans l’industrie est-elle imputable aux 35 heures ? On peut en douter, car, au cours des années précédentes, sur le même laps de temps (soit de 1991 à 1997), le nombre d’emplois dans l’industrie était passé de 4,4 millions à 3,92, soit une diminution relative (- 11 %) similaire à celle observée dix ans plus tard, entre 2001 et 2007 (-12 %). Certes, aucune « loi » n’impose que les effectifs fondent ainsi mécaniquement dans l’industrie. Mais il s’agit seulement de souligner que cette fonte n’a pas été plus rapide au cours des années 2000 qu’elle ne l’avait été au cours des années 1990, et que les 35 heures ne l’ont pas accélérée : elles ont même eu le mérite de stopper l’hémorragie d’emplois industriels durant quelques années. (…)

L’évolution de la productivité

Toutefois, même cette explication ne semble pas très convaincante. Car la valeur ajoutée des branches industrielles (mesurée « brute », donc sans retirer la consommation de capital fixe, qui n’est pas disponible par branche), a progressé de 25 % entre 1997 et 2007 (en volume, c’est-à-dire après déduction de la hausse des prix à la production). Puisque, pendant cette même période, l’emploi (en équivalent temps plein) a diminué de 10 %, la productivité par tête a donc progressé de 39 %, soit au rythme annuel moyen de 3,3 %. Au cours des dix années précédentes (1987-1997), la progression de la valeur ajoutée brute (toujours en volume) avait été un peu moindre (+ 22 %), et les gains de productivité par salarié avaient été de 40 %. On ne constate donc pas de différence sur ce point entre la période 1987-1997 et la période postérieure à 1997 : dans les deux cas, les gains de productivité par tête l’ont emporté sur la progression de la valeur ajoutée, ce qui a provoqué des destructions d’emplois. En revanche, ce qui est important, c’est que la productivité horaire a augmenté nettement plus rapidement à la suite des 35 heures que cela n’avait été le cas au cours de la décennie précédente. En effet, comme la durée annuelle du travail par salarié a reculé de 6,5 % entre 1997 et 2007 contre un recul de 1 % entre 1987 et 1997, la productivité horaire a progressé de 48 % durant la dernière période, contre 40 % durant la décennie précédente. Il est assez remarquable de constater que, sur ce point, l’intégralité ou presque de la réduction de la durée du travail a été compensée par un surcroît de productivité horaire : les 3,54 millions de travailleurs de l’industrie de 2007 ont, malgré les 35 heures (ou peut-être grâce aux 35 heures, aux réorganisations et à la moindre fatigue qu’elles ont provoquée) produit en moyenne 69 000 euros de valeur ajoutée industrielle par tête en 2007 contre 50 000 (en euros constants) dix ans auparavant (+ 38 %). Et contre 37 000 vingt ans auparavant, soit + 39 % de progression entre 1987 et 1997. Les entreprises industrielles, dans l’ensemble, ont réussi à effacer les 6,5 % de baisse effective du temps travaillé.

L’évolution de l’excédent brut d’exploitation (EBE)

Cet EBE mesure la valeur ajoutée que conserve le capital. Cet excédent ne doit pas être confondu avec le profit, puisqu’il doit permettre de couvrir les charges que sont notamment les intérêts des emprunts et le renouvellement des équipements. Son évolution montre si la situation financière des entreprises industrielles s’améliore ou se dégrade. Entre 1987 et 1997, l’EBE a progressé en valeur de 25 %, Durant la décennie suivant, la progression de l’EBE a été de 18 %. Il n’y a donc pas eu dégradation, mais simplement ralentissement. Ce dernier ne doit rien à la progression des salaires, au contraire : la masse totale des rémunérations, cotisations sociales incluses, a nettement plus progressé entre 1987 et 1997 (+ 29 %) qu’au cours de la décennie suivante (+ 16 %). C’est plutôt la compression des marges, du fait de la concurrence accrue, qui est à mettre en cause : alors que les prix à la production progressaient de 7 % dans l’industrie entre 1987 et 1997, ils ont diminué de 7 % durant la décennie suivante. Les 35 heures – dans l’industrie – n’ont pas modifié le partage travail/capital, quasiment demeuré stable sur l’ensemble de la période, puisque le total des rémunérations a progressé à peu près au même rythme que l’excédent brut d’exploitation (alors que les premières progressaient un plus vite que le second durant la période 1987-1997). Ce ne sont pas les 35 heures qui ont affaibli l’industrie française, puisqu’elles ont été compensées par des gains de productivité plus rapides, mais la concurrence, qui a contraint à diminuer les prix de vente unitaires pour faire face à la mondialisation.

L’évolution du Smic

Le Smic est un salaire horaire. Si l’on ne voulait pas que la réduction de la durée légale du travail entraîne une baisse proportionnelle du salaire mensuel des salariés payés au Smic, ou à un niveau proche, il fallait donc augmenter le Smic horaire. Ce fut d’abord au moyen d’une machinerie complexe – les « garanties mensuelles de rémunération » -, puis, en 2005, enfin, par une hausse du Smic. Ce dernier est donc passé (en brut) de 6,01 € de l’heure en 1997 à 8,44 € en 2007. Soit + 40 %, se décomposant de la façon suivante : + 17 % pour compenser la hausse des prix, + 11 % pour compenser la diminution de la durée légale du travail, et + 8 % correspondant à la hausse du pouvoir d’achat du salaire horaire brut moyen des ouvriers durant cette période (puisque le Smic est indexé sur moitié de cette progression, majorée de temps à autre par des « coups de pouce » gouvernementaux dont la finalité est que le pouvoir d’achat du Smic progresse à peu près comme celui des ouvriers payés davantage que le Smic). Seule cette dernière composante a donc constitué une progression de pouvoir d’achat. Etait-ce raisonnable ? Du point de vue patronal, sans doute non, puisque cela revenait à payer 8 % de plus des salariés travaillant 11 % de moins. Mais du point de vue des salariés concernés, ne pas assurer à ces derniers une progression de pouvoir d’achat au moins égale à celle des ouvriers aurait abouti à leur faire payer la note des 35 heures. La solution a donc consisté à réduire sensiblement les cotisations sociales patronales. Le dispositif existait déjà depuis 1993, et avait été modifié à plusieurs reprises. Début 1998, un salarié payé au Smic permettait à son employeur de bénéficier d’une réduction correspondant à 18 % du salaire brut, et cet allègement diminuait progressivement jusqu’à s’annuler à hauteur de 1,3 fois le Smic. Martine Aubry élargit sensiblement le dispositif, portant l’allègement à 26 % (du Smic brut), avec une dégressivité annulant l’allègement à 1,7 fois le Smic, mais pour les seules entreprises ayant passé un accord de RTT agréé. En 2003, le Gouvernement Raffarin étendit cet allègement à toutes les entreprises (y compris les moins de 20 salariés, qui, alors, avaient la possibilité de n’appliquer les 35 heures qu’au terme d’un délai supplémentaire de deux ans), puis le porta à 28 % du Smic brut en faveur des petites entreprises. Si bien que, en 2007, les allègements de cotisations sociales patronales représentaient un coût de 20,5 milliards d’euros, supporté par les finances publiques, dont un peu de moitié (9,3 milliards) résultaient de dispositions antérieurs aux 35 heures[3]. On peut estimer aujourd’hui le coût spécifique des 35 heures à une douzaine de milliards. Ce chiffre est à rapprocher du surcoût salarial engendré pour les entreprises du fait de la hausse du Smic destinée à compenser la réduction du temps de travail, et qui est estimé à 14 milliards. Autrement dit, pour les entreprises, la hausse du Smic a été neutralisée à peu près entièrement, mais par le biais d’une socialisation qui pèse désormais lourdement sur les finances publiques[4]. En d’autres termes, le surcoût du Smic n’est pas supporté par les entreprises (qui ne peuvent donc s’en plaindre), mais par les contribuables. In fine, cela peut peser sur l’économie, mais proportionnellement pas davantage que la suppression de la taxe professionnelle (coût : 12 milliards), la détaxation des heures supplémentaires (coût : 4,5 milliards), la baisse de la TVA sur la restauration (coût : 3 milliards) ou la réforme de l’ISF (coût : 1,6 milliards). Curieusement, au moins du côté de la majorité, ce sont les 35 heures qui sont accusées de creuser le trou du déficit public, pas les autres mesures pourtant aussi budgétivores.

Au total, pour l’ensemble de l’économie comme pour les branches industrielles, il faut arrêter de faire des 35 heures le bouc émissaire de nos difficultés. Elles ont incontestablement suscité des difficultés. Mais surtout dans la fonction publique où, à l’exception du monde enseignant, elles ont été accordées sans aucune contrepartie, comme une mesure sociale, le blocage des embauches étant supposé amener les services à effectuer des gains de productivité, alors que cela a débouché sur une dégradation du service public, notamment (mais pas seulement) à l’hôpital. Pour en revenir aux entreprises, certes, les données quantitatives utilisées sont globales, et il est bien possible que certaines entreprises aient souffert des 35 heures : mais cela signifie alors que d’autres en ont bénéficié, puisque, dans l’ensemble, on ne voit guère d’effets négatifs. Dans les branches industrielles comme dans le reste de l’économie privée, les 35 heures ont été « digérées » par des gains de productivité et un recul (limité et transitoire) de la part du capital dans l’ensemble de la valeur ajoutée. Et aujourd’hui, la crise a fait bien plus reculer cette dernière que les 35 heures ne l’ont jamais fait.

(1) L’Insee attribue aux 35 heures un effet net positif de 350 000 emplois. Voir dans Economie et statistique n° 376-377 (juin 2005) l’article d’Alain Gubian, Stéphane Jugnot, Frédéric Lerais et Vladimir Passeron, « Les effets de la RTT sur l’emploi : des estimations ex ante aux évaluations ex post ». Mais ce chiffre n’inclut pas les effets indirects, liés notamment à la forte reprise de la demande issue de la diminution sensible du chômage.
(2) Auxquels il conviendrait d’ajouter 300 000 emplois intérimaires dans l’industrie, chiffre en très légère baisse sur la période 2001-2007.
(3) Ce qui n’empêche pas certains de tout mettre la note sur le dos des 35 heures.
(4) L’un des objectifs de la suppression de la durée légale hebdomadaire du temps de travail au bénéfice d’une fixation par branche ou par entreprise, qui fait partie du programme de l’UMP, est d’ailleurs de supprimer cette réduction. Le surcoût qui en résulterait pour les entreprises serait reporté sur les consommateurs par le biais d’une TVA sociale, qui réduirait d’autant le montant des cotisations sociales acquittées par les entreprises. Le problème, néanmoins, est que l’actuel allègement de cotisations sociales bénéficie aux employeurs seulement jusqu’à 1,7 fois le Smic, alors que le basculement des cotisations sociales vers une TVZ sociale bénéficierait à tous les employeurs dans des proportions similaires.
Tags : ,

Un ministre veut lutter contre « les dérives de l’assistanat »

lundi 9 mai 2011

LAURENT WAUQUIEZ, ancien secrétaire d’Etat à l’Emploi et actuel ministre des Affaires européennes, propose – avec son mouvement politique « La Droite sociale » – un projet de loi contre « l’assistanat », et souhaite notamment limiter l’ensemble des aides sociales perçues par une personne à 75 % du SMIC.

Lire l’article dans le quotidien (favorable au gouvernement) LE FIGARO.

Un bon exemple d’actualité à citer dans une accroche d’introduction d’un devoir en terminale, pour un sujet sur la protection sociale ou l’emploi…

Tags : , , ,

Petites vidéos sur des peurs en économie

mercredi 4 mai 2011

TRES FACILE D’ACCES, ET INTERESSANT :

Des petites vidéos parues sur le site du mensuel économique L’Expansion, avec l’économiste Alexandre Delaigue, qui vient de publier un ouvrage sur les « phobies économiques » :

Les étrangers nous volent-ils nos emplois ?

Le pouvoir d’achat baisse-t-il ?

La santé coûte-t-elle trop cher ?

Tags : , , , , ,

Des solutions pour lutter contre la précarité des jeunes

lundi 21 février 2011

DANS « LE MONDE DE L’ECONOMIE » ce soir : on retrouve l’opposition classique entre solutions libérales (J-F Copé) et solutions « de gauche » :

Emploi : comment sortir les jeunes de la précarité en 2012

LE MONDE ECONOMIE | 21.02.11 |

Une du "Monde Economie" du mardi 22 février 2011.

Une du « Monde Economie » du mardi 22 février 2011.DR

Au surlendemain de l’ouverture des négociations entre partenaires sociaux sur l’insertion professionnelle des jeunes, le président Nicolas Sarkozy a annoncé, le 10 février sur TF1, 500 millions d’euros supplémentaires pour la politique de l’emploi en faveur des jeunes et des chômeurs de longue durée. Le nombre de contrats aidés, réduits par le projet de loi de finances 2011, sera revu à la hausse, et les entreprises de 250 salariés et plus seront incitées à recourir à l’alternance par un système de bonus-malus.

Tandis que la priorité donnée à l’emploi des jeunes revient comme une antienne depuis les années 1980, le diagnostic établi le 10 février par le Conseil d’orientation pour l’emploi confirme que leur précarité ne cesse de croître et est devenue structurelle.

La loi de modernisation du marché du travail de 2008 a eu beau réaffirmer le contrat à durée indéterminée (CDI) comme « la forme normale et générale de la relation de travail », c’est celui à durée déterminée (CDD) qui s’impose aux jeunes, quand ce ne sont pas les stages.

STAGES PLEBISCITES

L’enquête « Insertion des jeunes », publiée en janvier par l’Association nationale des DRH, révèle que les stages sont plébiscités par les employeurs comme mode de recrutement des bac + 5. Avec la crise, le « bizutage social », selon le mot du secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a aussi atteint les diplômés du supérieur.

Les instruments de lutte contre la précarité seraient-ils tous inefficaces ? Les économistes indépendants et autres think tanks de droite comme de gauche s’interrogent sur de nouvelles approches, de nouveaux instruments susceptibles d’être mis en oeuvre d’ici à 2012 ou lors de la prochaine mandature présidentielle.

Le fait que le capital humain soit une richesse qu’on ne peut plus considérer comme une variable d’ajustement du marché de l’emploi fait à peu près l’unanimité. La question est de savoir comment valoriser ce capital afin que l’embauche d’un jeune soit, enfin, perçue comme un investissement plutôt que comme un coût.

Et comment sécuriser ce nouvel actif sur un marché du travail devenu instable ? Car la précarité n’est pas tant liée au statut d’emploi qu’à l’insécurité qui l’accompagne.

Les propositions sont de différentes natures, en fonction des convictions de leurs auteurs. Les unes insistent sur la nécessité d’abaisser le coût du travail, d’autres sur l’adaptation des qualifications aux besoins des entreprises ; tous cherchent à renouer la confiance entre salariés et entreprises malgré la rotation des personnels imposée par des stratégies de court terme.

Pour améliorer la qualification au-delà de la formation initiale, et susciter l’intérêt des employeurs, le président du think tank Génération France et secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, émet l’idée de « créer un compte individuel de formation dont le capital de départ serait inversement proportionnel au niveau de formation initiale ». « Il ne dépendrait pas du type de contrat de travail dont vous disposez. Des mécanismes pourraient ensuite orienter les salariés et les chômeurs vers les gisements d’emploi disponibles », précise-t-il en préface à l’ouvrage de Gilles Lecointre Pour en finir avec l’emploi jetable (l’Archipel).

La fondation Terra Nova, marquée à gauche, préconise aussi un système de capital-formation de 16 600 euros articulé à des prêts pour financer la vie étudiante et la formation professionnelle. Ce dispositif serait organisé par les pouvoirs publics ; le remboursement commencerait au moment où le revenu de l’emprunteur dépasserait un certain seuil. Ce système attribue un capital à tous les jeunes adultes, utilisable tout au long de la vie active, et « permet de donner plus de droits en formation continue à ceux ayant suivi le moins d’études en formation initiale », précise l’économiste Guillaume Allègre, dans une note de la fondation.

Pour le président de Terra Nova, Olivier Ferrand, la clé d’une qualification adaptée passe d’abord par « la démocratisation de l’enseignement supérieur grâce à un effort budgétaire nécessaire pour rejoindre le niveau des pays les plus avancés – les Etats-Unis consacrent 3 % de leur produit intérieur brut (PIB) à l’enseignement supérieur, contre 1,5 % en France -, puis par un renforcement des liens entre entreprises et étudiants ».

SYSTEMATISER L’ALTERNANCE

Le Conseil d’orientation pour l’emploi souligne d’ailleurs l’intérêt de systématiser l’alternance en dernière année de cursus. L’enquête de l’Association nationale des DRH (ANDRH) avec la société de conseil en management Inergie publiée en janvier indiquait que les DRH mettent au premier rang des freins au recrutement des jeunes « la mauvaise adéquation entre les filières de formation, (leur) contenu et les besoins de l’entreprise, ainsi que le manque de connaissance des jeunes de ce qu’est l’entreprise ».

L’association La Manu, fondée et présidée par Julie Coudry, oeuvre depuis deux ans à ce rapprochement avec les universités. Elle soutient en cours de cursus des projets de rencontres organisées par les étudiants avec de grandes sociétés : GDF Suez, Crédit agricole, Vivendi, SFR, etc. Coachés par -l’ANDRH ou le Centre des jeunes dirigeants, ils identifient leur profil de compétences et celui des entreprises avec lesquelles ils organisent des événements. « Ces projets leur permettent de gagner en confiance, de mieux connaître les entreprises et de commencer à tisser un réseau professionnel indispensable dans la perspective d’un parcours cahoteux sur le marché du travail. L’intervention en amont rééquilibre le rapport de forces entre le futur salarié – qui n’est plus un demandeur mais une ressource – et l’employeur. Une meilleure connaissance mutuelle permet à l’entreprise d’être moins en risque au moment de recruter », explique Mme Coudry.

Mais pour Jean-François Copé, la première cause de l’exclusion des jeunes de l’emploi est le coût du travail.

Aussi propose-t-il de transférer une partie des charges salariales et patronales vers la TVA ou la CSG. M. Ferrand, lui, préconise « un taux de cotisation patronale variable en fonction du taux d’emplois précaires de l’entreprise ».

Mais pour maintenir les jeunes en emploi, les pistes les plus innovantes concernent les relations entre salariés et employeurs. Gilles Lecointre, entrepreneur et chargé d’enseignement à l’Essec, estime que, pour qu’un jeune soit considéré comme un investissement, il faut redonner au capital humain sa place dans l’entreprise.

Il propose, d’une part, un engagement de moyen terme entre le salarié et son employeur sous la forme d’un contrat de cinq à dix ans avec tacite reconduction – à l’instar de ce que Siemens vient de mettre en place en Allemagne ; et d’autre part, une inscription du « capital humain » à l’actif du bilan de la société. Chaque salarié, représenté par sa rémunération, serait alors comptabilisé comme une richesse de l’entreprise.

La Fondation Jean-Jaurès, proche du Parti socialiste, estime que la lutte contre la précarité passe par un regain du rôle de toutes les parties prenantes de l’entreprise. « Il s’agit de développer la démocratie sociale dans l’entreprise en donnant aux représentants du personnel un réel pouvoir d’influence et de contrôle sur la gestion de l’emploi. Un droit de veto du comité d’entreprise, par exemple, permettrait de lutter efficacement contre la précarité », assure Philippe-Michel Thibault, coauteur des 15 propositions éditées par la Fondation dans la perspective de 2012.

Mais pour l’économiste Philippe Askenazy, au-delà de l’effort éducatif, la véritable réponse consiste à cesser les politiques d’emplois précaires et à construire une nouvelle stratégie de croissance en répertoriant les besoins du futur, susceptibles de générer des emplois qualifiés et pérennes comme, par exemple, dans le secteur de la santé.

Anne Rodier

Tags : ,

Une nouvelle exploitation de la main-d’oeuvre ?

mardi 15 février 2011

Un article radical, engagé, d’un économiste – mais très intéressant (notamment dans le cadre du chapitre de terminale « Travail et emploi ») – à propos de la montée de la précarité dans le monde du travail :

http://t2.ftcdn.net/jpg/00/04/45/85/400_F_4458576_NDSUobN6z3zvBzwwFo8HBa8wYAf2EacS.jpg

ARTICLE DE L’ECONOMISTE JACQUES RIGAUDIAT

LA CRISE, L’EXPLOITATION DU TRAVAIL, L’EMPLOI ET NOUS

Jacques RIGAUDIAT

De cette crise, on voudrait nous faire croire qu’elle est — et n’est que — financière. La récession durable qui menace ne serait ainsi qu’une conséquence, désagréable mais collatérale, d’un dysfonctionnement certes majeur, mais somme toute accidentel : le capitalisme n’est pas en cause, il suffit de le purger de ses excès et de le réguler.

C’est là faire bien peu de cas de ce qui, avec la mondialisation, a été la transformation économique et sociale majeure de ces dernières décennies : le déplacement de la frontière entre profits et salaires au détriment de ces derniers. Derrière ce déplacement, c’est d’un remodelage en profondeur du système productif et de la condition salariale qu’il s’agit ; il a touché l’ensemble des pays occidentaux. Cette réviviscence de ce qu’il faut bien appeler par son nom : la surexploitation, est à l‘origine de la catastrophe ; les contradictions qui l’accompagnent ont assuré le déclenchement de la crise.

Montée des précarités, dégradation de la condition salariale.

La situation de l’emploi du dernier quart de siècle peut être résumée à deux faits : l’installation d’un chômage de masse, la montée de la précarité.

Depuis le début des années quatre vingt, le chômage n’est que rarement passé sous les 8%, plus rarement, malheureusement, qu’il n’a dépassé les 10%. Encore est-ce là l’estimation officielle, dont on sait combien elle donne une estimation doublement biaisée de la réalité. Biaisée, d’abord, parce qu’il s’agit d’une moyenne qui masque une extrême hétérogénéité sociale. Un taux de chômage de l’ordre de 10%, comme aujourd’hui, cela veut dire absence d’emploi pour un ouvrier sur huit, un jeune sur quatre et … plus de quatre jeunes des « quartiers » sur dix. Biaisée, ensuite, parce que, en ne décomptant pas ses formes plus ou moins diffuses, elle sous estime gravement l’ampleur du chômage. Ainsi, en avril 2010, le noyau dur des demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE était de 2,7 millions de personnes, mais l’ensemble des inscrits à « Pôle emploi » de … 4,5 millions !

Au-delà de ce chômage de masse et du « halo » de situations dégradées qui désormais l’entoure, l’autre fait majeur est l’éclatement de l’emploi. Alors que l’emploi stable, le CDI à temps plein, constituait la base normale, il est désormais menacé par la montée de formes d’emploi précaires : le CDD et l’intérim, comme par le sous emploi (le temps partiel contraint). Quant le nombre de CDI s’accroît de 20% en un quart de siècle, celui des emplois précaires fait plus que tripler et le sous emploi contraint est multiplié par plus de 8 !

Au total, à la veille de la crise, les situations de précarité ou de sous emploi représentaient un peu plus de18% de l’emploi salarié, contre environ 6% il y a un quart de siècle. Cela donne une idée de la dynamique délétère qui est à l’œuvre.

Un quart de siècle d’évolution des différentes formes d’emploi et de chômage (en milliers de personnes)

————– 1983 —- 2008 —- 2008/1983=100

Non salariés —- 3.644 —- 2.730

Salariés —- 17.735 —- 23.183 —- 131

Emploi CDI —- 16.804 —- 20.148 —- 120

Emploi précaire —- 931 —- 3.035 —- 326 dont

Intérim —- 113 —- 548 —- 485

CDD —- 638 —- 2.140 —- 335

Apprentissage —- 180 —- 347 —- 193

Pop. active occupée —- 21.379 —- 25.913 —- 121

dont sous emploi —- 148 —- 1.247 —- 843

Chômeurs BIT —- 1.840 —- 2.070

Population active —- 23.219 —- 27.983

Sources : INSEE

Là encore, bien sûr, le chiffre global est trompeur. Ainsi, pour les jeunes et les ouvriers ou employés plus de quatre embauches sur cinq se font sur emplois précaires ; quant au temps partiel contraint, il pèse quasi exclusivement sur les femmes, mais pas toutes, celles des classes populaires, d’abord.

En France, comme en Europe, une pauvreté massive.

Pendant cette période, l’emploi a donc connu une dégradation profonde, qui a particulièrement touché les couches populaires. En conséquence, il bien fallu reconnaître l’existence d’une pauvreté massive. De cela témoignent tant l’institution du RMI en 1989 que celle, vingt années après, du RSA. Le dernier rapport de l’Observatoire de la pauvreté et de l’exclusion sociale , dresse à cet égard un constat sans appel de la situation. Selon la norme européenne – fixée à 60% des ressources médianes disponibles , soit 908 € par mois pour une personne seule-, en 2007, soit avant même le déclenchement de la crise, 8 millions de personnes sont pauvres, 13.4% de la population ; un million de plus que cinq années auparavant.

Il y a donc, en ce début de XXI ème siècle, une pauvreté massive dans notre pays. Amère consolation, il ne s’agit pas là d’une spécificité de la France, qui se trouve dans la moyenne des pays de la zone euro, sans même parler des USA …

Il est vrai que la pauvreté a connu un très important recul depuis trente ans. Mais c’est le résultat de deux mouvements de sens contraire : une très forte diminution chez les retraités, une montée continue chez les salariés. Or, depuis quelques années, du fait des « réformes » successives des retraites, la pauvreté ne recule plus chez les retraités , et sa hausse se poursuit chez les salariés. Désormais, donc, la pauvreté ne recule plus mais progresse ; c’est une rupture majeure.

La montée de la pauvreté des actifs n’a a priori rien de surprenant dans une période de chômage croissant. Du fait des manques criants du système d’indemnisation, elle est massive chez les chômeurs : un sur trois ! Pourtant, cela ne suffit pas à expliquer son importance chez les actifs : les 2/3 des situations de pauvreté y concernent des personnes qui ont travaillé, continûment pendant les douze mois précédant l’enquête (dont la moitié à temps partiel). Seuls 20% avaient été au chômage pendant l’année et avaient éventuellement travaillé par intermittence, alors que 12.5%, essentiellement de femmes se retirant plus ou moins momentanément du marché du travail, étaient passés par des périodes d’inactivité. S’il y a montée de la pauvreté chez les actifs, c’est, d’abord, parce que la précarité des emplois c’est aussi celle des revenus.

Remodelage du système d’emploi et recomposition des couches populaires.

En un quart de siècle, la France a perdu plus de deux millions d’emplois industriels, les couches populaires en ont été profondément recomposées : hommes/femmes, comme ouvriers/employés. Les hommes des catégories populaires ont perdu plus de deux millions d’emplois. Corrélativement, l’emploi s’est tertiarisé, -aujourd’hui les ¾ des emplois sont dans le tertiaire-, et féminisé, et les employés sont désormais plus nombreux que les ouvriers.

A la concentration des salariés dans les lieux de production, où l’interprofessionnel était une réelle perspective, succède un nouveau modèle d’organisation économique, où l’atomisation et l’individualisation sont des principes directeurs. Les entreprises sont désormais repliées sur leur « cœur de métier », externalisent les activités périphériques et s’organisent « en réseau », dans une sous traitance en cascade. Les têtes de réseau, les entreprises les plus importantes, s’affirment ainsi comme maîtres d’ouvrage et donneurs d’ordres à l’égard des entreprises, plus petites, qu’elles dominent.

Enfin, avec la fermeture des mines, la quasi disparition du textile et de la métallurgie, ce moment est aussi celui de la perte des secteurs historiques. Ceux où, à travers ses luttes, la classe ouvrière s’était forgé son identité, et qui constituaient le cœur de son organisation et de sa combativité. Elle est à l’origine d’un affaiblissement syndical structurel, fait crucial pour comprendre ce qui est aujourd’hui en jeu.

Le résultat, en France comme partout ailleurs, c’est une transformation du rapport des forces et son résultat : la baisse de la part des salaires dans la richesse produite. Jusqu’alors les salaires suivaient tant bien que mal l’évolution de la productivité, selon un modèle que les économistes ont qualifié de fordiste ; ils en sont aujourd’hui déconnectés. Ce mouvement, général et commun à tous les pays de l’OCDE, vient de ce remodelage en profondeur du système d’emploi, de la recomposition des couches populaires et de la modification du rapport des forces qui s’en est ensuivi. On est ainsi subrepticement passé d’un modèle -le fordisme- à un autre.

Flexibilité et précarité : du fordisme au walmartisme.

Ce qui se joue ici, c’est le cœur du cœur : la répartition primaire des revenus, soit la lutte des classes et l’exploitation. Et c’est dans les entreprises, dans les rapports de production et les modalités d’organisation du travail, que cela d’abord se noue. On est ainsi passé du fordisme, à ce que l’on peut appeler le « walmartisme ».

Wal-Mart, le « Carrefour » américain, est, en effet, à tous égards, exemplaire de ce mouvement. C’est le premier empire mondial de distribution et son chiffre d’affaires est à peine inférieur au PIB de la Suisse ; à elle seule, l’entreprise, qui est le premier employeur au monde avec 2 millions de salariés, achète plus à la Chine que la Russie, la Grande-Bretagne ou la France ! Enfin, sa direction est représentative de la ploutocratie mondiale, puisque le dernier classement des fortunes place chacun des quatre héritiers du défunt Sam Walton (qui, à partir d’un petit magasin ouvert à Bentonville, Arkansas, a fondé, la chaîne de supermarchés Wal-Mart) dans les 20 premières fortunes mondiales. La fortune familiale des Walton est, et de très loin, la première fortune mondiale .

Ce système, dont Wal-Mart est l’exemple achevé, est totalement organisé autour d’une extraction maximale du profit .

C’est, d’abord, une transformation du modèle d’organisation du travail. Désormais, on ne parle plus de salariés mais d’ « opérateurs », d’ « associés », de « collaborateurs », d’« assistants » : on euphémise le rapport de subordination. A travers l’exemple tragique de France Télécom/Orange, on voit combien ce nouveau mode d’organisation vise à faire porter au salarié des responsabilités et à les lui faire intérioriser. Pour comprendre ce nouveau modèle, il faut remonter aux années soixante, aux difficultés que rencontrait alors le « travail en miettes » et à la « révolte des OS ». Polyvalence et rotation des taches, organisation en « missions », en « projets », ce qui a alors été recherché, c’est de faire passer le salarié pour « autonome ». Le rendre responsable de l’atteinte d’un objectif plutôt que de le contraindre à la réalisation d’un geste, permettait de lui faire intérioriser des responsabilités. Cette recherche, a ensuite rencontré le « toyotisme » : « juste à temps », « zéro défaut », « zéro stock » et « flux tendus ». De cette rencontre est née une organisation dont le principe, inverse de celui de la chaîne fordienne, est de produire ce que l’on a en quelque sorte déjà vendu. La production y est donc directement soumise aux aléas, puisqu’il n’y a plus de stocks pour faire tampon. Inévitablement, elle suppose la flexibilité du travail, c’est-à-dire une précarisation des salariés, puisque le recours à la main d’œuvre doit lui-même être ajusté aux à-coups de la production. Externalisation et sous traitance généralisées, flexibilité de la main d’œuvre et précarisation des salariés, tels sont ainsi les maître mots.

Par sa recherche effrénée des moindres coûts, la nouvelle organisation/division du travail a nourri la mondialisation. Les entreprises, notamment les grands distributeurs, ont un bureau d’étude, une marque protégée, ils ne font pas eux-mêmes ou le moins possible, mais font faire dans les pays à très bas salaires, sur des dessins ou des plans déposés et brevetés et, du moins en principe, selon des normes de qualité imposées aux sous-traitants. C’est bien cela, le « global sourcing », que nous vivons dans notre quotidien : sur l’étiquette de nos tee shirt ou de nos polaires, chacun peut lire « made in Mauricius, China, India, Thailand … », mais « sous licence XXXX ». Il s’agit là d’un retour aux fondamentaux du capitalisme, démarque du système des « marchands-fabricants » du textile ou de la soierie du XVIIIème siècle, ce que les encyclopédistes appelaient alors la « manufacture dispersée ». Faut-il rappeler que face aux soyeux, il y avait les canuts, formellement des artisans autonomes …

Ce qui vaut pour le textile ne vaut pas moins pour les autres secteurs, car ce qui importe pour tous, c’est la flexibilisation et la précarisation du travail, la sous-traitance et leur résultat : le profit le plus élevé. Ainsi, Airbus a cherché à sortir de ses difficultés avec l’A380, en se fixant dans son plan « Power 8 » l’objectif d’au moins 50% de sous-traitance. De même, autant que des producteurs, les constructeurs automobiles sont désormais des « assembleurs ». On pourrait multiplier à l’envi les exemples de cette transformation, tant elle est générale. C’est pourquoi on est fondé à parler d’un nouveau stade du capitalisme.

Ce mouvement de fond s’est amorcé dès la fin des années 60, et s’est structuré au début des années quatre vingt. La mondialisation en a, ensuite, été un support et un accélérateur en permettant d’aller plus loin, plus vite. Sa réalité profonde et fondamentale, c’est la transformation de l’organisation et des conditions du travail, les figures nouvelles de l’exploitation, donc.

Surexploitation, contradiction et crise.

Le déplacement de la frontière salaires/profits marque donc une rupture, et traduit une aggravation des conditions de l’exploitation des salariés. Mais cette surexploitation est grosse d’une contradiction classique du capitalisme : pas de profit possible sans la « réalisation », la vente, des marchandises produites. Le profit accumulé se traduit alors par un excès d’investissement et une surproduction relativement aux revenus du travail qui lui font face.

L’issue, du moins à court terme, est alors double.

D’abord, produire à plus bas coût possible : délocaliser vers les pays à très bas salaires, et revoir les gammes de produits vers le bas. De là, le développement et le succès du « low cost », comme du « hard discount ». Mais c’est un modèle qui se détruit lui-même : on ne peut indéfiniment vendre aux chômeuses du textile des polaires thaïlandaises qu’elles devront acheter avec leurs indemnités de chômage, ni des Logan roumaines aux travailleurs licenciés de l’automobile…

L’autre issue, complémentaire, est à l’origine immédiate du déclenchement de la crise : la facilité qu’offre le crédit. Il permet certes d’ouvrir des perspectives nouvelles, mais d’autant plus risquées que l’emprunteur est en situation précaire, ce qui est précisément la raison pour laquelle il a besoin d’emprunter. Le prêteur se couvre alors lui-même de ce risque de défaut par des titres dérivés de crédits, les CDS, par lesquels il s’assure. A court terme, par sa dissémination, le risque est dilué ; mais que, la part des salaires se réduisant, ce mécanisme, comme ce fut le cas avec le crédit hypothécaire aux USA, en vienne à devoir se généraliser et il se transforme en un « risque systémique ». La machine infernale est alors en place : dans un modèle de croissance fondé sur une consommation rendue possible par l’endettement des ménages plutôt que la progression de leur pouvoir d’achat, au moindre incident de taille, tout s’effondre comme un château de cartes. Que croyez-vous qu’il arrivât ?

***

La crise actuelle nous invite à penser la mise au pas d’une mondialisation capitaliste, en particulier financière, devenue folle. Mais c’est sa face cachée, la transformation du rapport salarial, qui la rend possible. Dans une économie devenue de casino, il faut, certes, se scandaliser des sommes qui y sont jouées et perdues à nos dépens, mais il importe, avant tout, de savoir d’où, en définitive, ces fortunes dilapidées ont pu être tirées. Aujourd’hui comme hier, de l’exploitation du travail vivant.

Juin 2010 Jacques Rigaudiat Economiste

Tags : , , ,

Chômage : la France coupée en deux

lundi 7 février 2011

Un dossier dans le quotidien Le Monde d’aujourd’hui montre les importants écarts entre les régions face au chômage : certaines régions sont très touchées par le chômage, d’autres beaucoup moins…

Tags : ,