Un récit écologiste : « Miranda » de Mina Erdem

10 05 2013

Mina nous propose un récit palpitant dans lequel, au début du XIXème siècle, Miranda et Antoine vont se battre pour défendre la qualité de l’environnement et les valeurs auxquelles ils croient…

 

Cliquez ici pour lire « Miranda »

 




Une utopie éducative proposée par Asl? Su Çoruk

10 05 2013

Voici un devoir annuel très intéressant proposé par une élève de 9e (première année de lycée) sur l’éducation : Asl? présente le système éducatif français puis celui de Finlande. Après les avoir comparés, elle nous invite à partager sa propre utopie éducative…

Cliquez ici pour découvrir l’utopie éducative




Cinéslam : nos vidéos clips sont sur le site de Saint-Joseph

6 05 2013

Les productions des 9es




Le preux chevalier Olivier

18 04 2013

Olivier était un chevalier preux qui était au service du comte de Bourgogne. Il était venu au château-fort à Gans. Il avait appris à manier l’épée, à tenir le bouclier et à chevaucher. Il était devenu chevalier après la cérémonie de l’adoubement. Avec la cérémonie d’hommage, il avait juré fidélité à son seigneur. Il participait aux tournois et il en revenait toujours vainqueur. Il était séduisant avec ses cheveux frisés, ses épaules larges, sa grande taille et son visage. Il devenait plus séduisant quand il portait l’armure et l’heaume dont les pierres précieuses brillaient sous les rayons du soleil.

 

La vie dans cette région était paisible jusqu’au jour où la bataille a commencé. Une nuit, les chevaliers étrangers sont venus et ils ont assiégé la ville dans laquelle Olivier vivait avec son seigneur et ses vassaux.

Le comte de Bourgogne a ordonné à Olivier de sauver la ville. Olivier qui était intelligent a fait un plan pour sortir de la ville. A minuit, il est monté sur son cheval et il est parti vers la forêt où le chef des chevaliers méchants se cachait. Olivier a chevauché jusqu’à l’aube. Quand il s’approchait de la forêt, il a vu un dragon dont il avait entendu parler. C’était un dragon dangereux qui avalait les chevaliers. Olivier a pris son épée. Il est allé vers le dragon, il a enfoncé son épée dans le cœur du dragon. Le monstre est tombé, il était mort.

Ça faisait une semaine qu’Olivier continuait son chemin. Il savait que le chef des chevaliers se trouvait dans une grotte que personne ne connaissait. Soudain, il a vu une sorcière près de la fontaine. La sorcière lui a demandé de l’eau. Olivier a rempli la bouteille avec de l’eau et il a donné la bouteille à la vieille femme. La sorcière lui a donné un anneau magique grâce auquel Olivier pourrait trouver le grotte.

Olivier allait à cheval dans la forêt. Tout à coup, l’anneau est tombé de sa main. Le chevalier est descendu pour trouver l’anneau. Il a aperçu un rocher, il est entré dans la grotte. Il a vu le chevalier ennemi.

Olivier a placé le chevalier sur son cheval. Il a attaché ses mains. Olivier est retourné en ville. Les chevaliers étrangers ont vu leur chef. Ils avaient peur. Ils ont quitté la ville d’Olivier avec leur chef.

Le comte de Bourgogne était fier d’Olivier. Il a organisé une fête en l’honneur de son preux chevalier.

Alara Telatar 9D




Le Prince Vaillant

13 04 2013


Bertrand de Beaulieu qui était le prince de la Hongrie était accueilli au château de Boleyn qui se trouvait en Angleterre, par le seigneur le plus vieux du château. De nombreuses réjouissances étaient organisées pour lui souhaiter la bienvenue.

Le roi d’Angleterre qui avait l’air arrogant, se trouvait à l’entrée du château qui avait quatre étages et six citadelles; avec la reine et sa belle et jeune fille. Ils attendaient le prince de la Hongrie. Les suzerains, les domestiques et l’arrière-garde de l’armée étaient derrière la famille Boleyn. Le roi avait une barbe longue, il portait un costume dont la couleur était noire. La reine et la princesse étaient élégantes. La reine portait une robe violette et la princesse portait une robe bleue. Leurs cheveux sur lesquels il y avaient un voile étaient coiffés. De l’autre côté du château, les domestiques, les paysans continuaient à faire des préparations. Ils faisaient la cuisine, ils avaient sacrifié des moutons et des vaches pour le repas. La bannière de l’armée hongroise apparaissait. L’armée dont tous les chevaliers étaient sur les chevaux s’approchait du château. Quelques minutes après, l’armée hongroise y est arrivée. Avant que le prince descende de son cheval, un tapis rouge était étalé par terre. Tout le monde éprouvait de la joie et de l’émotion. Le prince est descendu du cheval, il avait l’air très fort et gentil. Il était frisé comme un mouton. Tout le monde a reçu le prince avec gentillesse. Le roi et le prince se sont salués et le prince a embrassé la main de la princesse et de la reine. Le roi et le prince sont entrés dans le château mais la princesse et la reine ont décidé de contrôler les préparations, donc elles sont restées dehors.

Quelques minutes après, un messager est arrivé au château et a annoncé à l’assistance que la reine avait été enlevée par le roi de la France qui était tombé amoureux d’elle, pendant qu’elle observait les préparations.

Bertrand de Beaulieu s’est lancé à la poursuite des ravisseurs de la reine avec d’autres chevaliers et l’armée Anglaise. Avant, le prince avait mis son armure, sa cotte de mailles et son heaume qui était solide. Les autres chevaliers avaient aussi mis leur armure, leur casque et ils avaient pris leur écu, leur lance et leur épée. Après, ils sont montés sur leur destrier; sur lequel il y avait une selle  pour reprendre la reine.

Dans la forêt, ils pouvaient apercevoir l’armée Française dont les chevaux étaient plus rapides que les chevaux de l’armée anglaise et hongroise. Quand Bertrand de Beaulieu et les autres chevaliers sont entrés dans la forêt dans laquelle il y avait des bêtes sauvages; des serpents les ont attaqués. Un grand nombre de chevaux et de chevaliers est mort là-bas. Bertrand de Beaulieuet qui était un prince vaillant et intelligent a compris que c’était l’embuscade que l’armée Française avait dressée. Il s’est fâché et il a continué sa route avec les chevaliers survivants.

Ils sont arrivés à une rivière au bord de laquelle les destriers de l’armée française buvaient de l’eau; mais ils devaient traverser le pont pour les attraper. Ils étaient en train de le traverser, quand ils ont vu des clous sur le pont au bout duquel l’armée française se trouvait. Les chevaliers français les avaient laissés afin que Bertrand de Beaulieu et ses compagnons ne puissent traverser le pont.

L’armée hongroise et anglaise n’ont pas traversé le pont. Elles sont restées au bord de la rivière qui se trouvait en face de l’armée française. Elles ont lancé leurs javelots à un moment imprévu pour l’armée française. Les chevaliers français n’avaient pas de temps pour se protéger; la plupart des chevaliers et le roi de  France sont morts. Une personne à laquelle les chevaliers hongrois et anglais n’avaient pas fait attention, s’approchait d’eux en nageant dans la rivière. C’était la reine. Elle avait pu échapper à l’armée française et au roi de  France. La reine et l’armée de Bertrand de Beaulieu sont retournées au château de Boleyn.

Quelques semaines après, tout le monde ressentait du bonheur. Le roi d’Angleterre a marié sa fille avec Bertrand de Beaulieu; ils sont retournés en Hongrie et ils ont vécu heureux là-bas tout au long de leur vie comme ils avaient rêvé.

Selin Mutlu 9 E





Francophonie : concours de vidéos « Cinéslam »

7 03 2013

Les résultats du concours de vidéos clips « Cinéslam » seront annoncés le vendredi 22 mars 2013 en périodes 3 et 4 !




Comment les runes furent révélées aux Hommes…

16 01 2013

 

 Odin, dieu de la guerre, de la sagesse, du savoir et de la poésie était un immortel très respecté par son peuple. Il écoutait les problèmes des mortels et essayait de trouver des solutions. Il aimait les mortels et il essayait de les aider avec sa sagesse infinie. Il régnait sur le froid scandinave sur son trône d’or. Sa puissance est sa gloire ne l’avaient pas transformé en un dieu arrogant. Le corbeau, l’oiseau le plus intelligent, était son compagnon. Il avait reconnu l’aide des corbeaux pendant une bataille d’un temps si ancien que les mortels se racontaient qu’il était uni aux corbeaux depuis la création du monde. Les corbeaux l’avaient aidé à gagner cette bataille et il les traitait avec compassion depuis. L’arbre d’Yggdrasil était un arbre sacré, sans doute la création la plus étonnante et intéressante dans le froid perçant de la Scandinavie. Les paysans, les ouvriers, les chasseurs, les femmes, les hommes, les enfants, les malfaiteurs, les rois et les dieux s’agenouillaient devant cet arbre unique. Cet arbre était également appelé l’arbre de la connaissance parmi les mortels. Cette création divine avait comme gardiennes les Nornes. Les Nornes étaient de petites créatures magiques dévouées à leur mission sans allégation. Elles vivaient au cœur de l’arbre de la connaissance.

Un jour, Odin, dieu des dieux, décida d’aider un mortel dont le fils était malade. Ce mortel voulait désespérément connaître le futur de son fils. Odin eut pitié de ce mortel et décida de l’aider en lisant le futur de son fils. Il apprit la lecture des Runes pour connaître le futur. Il rassembla toute sa sagesse et son énergie et essaya d’apprendre le sort du petit enfant malade. Mais pour que les Runes marchent, un mortel et celui dont on voulait connaître le futur devaient être présents. Malheureusement, les mortels n’avaient pas le droit de connaître le mystère des Runes. Odin, plein de compassion, ne voulait pas se soumettre aux lois et tuer ce mortel pour qu’il ne puisse répéter le procédé divinatoire. Donc, étant le dieu de la sagesse et du savoir, il effectua la cérémonie devant les mortels et il leur fit apprendre le procédé divinatoire des Runes.

Les Nornes, les protectrices de l’arbre de la connaissance apprirent cet événement et essayèrent d’arrêter Odin, car personne même Odin ne pouvait transgresser les règles en enseignant le secret aux mortels. Tout individu découvrant et faisant découvrir le secret divin méritait un exil. Les Normes s’unirent, attaquèrent Odin, et l’envoyèrent dans une zone lointaine. Odin, depuis sa prison appela les corbeaux à l’aide. Ses deux corbeaux loyaux vinrent. Odin leur demanda de lui confirmer l’état des mortels. Ils lui racontèrent la misère des mortels. Odin décida de retourner au royaume des mortels pour les aider. Les Nornes ne le laissèrent pas s’en aller. Il s’échappa grâce à l’aide de deux loups.

Dans le royaume des mortels, il regretta ce qu’il avait fait en voyant le chaos. La Mère Terre, la créatrice, lui promit d’aider à réparer la situation. Tout de suite, il comprit que connaître le futur n’était pas pour le bien des Hommes. Ce genre de connaissance n’illuminait pas l’être humain mais le rendait fou, car la curiosité et le mal dans leur cœur s’échappaient sans retenue. Il demanda à la Mère Terre de l’aider à transformer les Runes en un simple outil de lecture et d’écriture. La Mère Terre expliqua que ce genre de pouvoir exigeait un sacrifice et Odin sacrifia ses yeux et ses oreilles pour cette cause. Il devint sourd et aveugle pour le bien des mortels.

La connaissance des Runes est apparue aux Hommes grâce à Odin et à son sacrifice, et les mortels ne sont plus intéressés à connaître leur futur.

DEFNE – 9B




Cinéslam : affiches de cinéma réalisées par les 9C et 9F

31 12 2012

Cliquez ici pour voir les affiches de cinéma.




Le petit orphelin

10 12 2012

Il était une fois un méchant orphelin

Qui était abominable et affreux

Tout le monde le détestait car il était vilain

Il se moquait toujours des vieux

 

Il fouillait toutes les cuisines

Toutes les femmes guettait ce petit diable

Il volait les chocolats des voisines

C’était un enfant indésirable

 

Il avait des vêtements déchirés

Et des ongles rongés et noirs

Parce qu’il ne voulait pas se laver

Il était si horrible que personne ne voulait le voir

 

En marchant dans la rue, un jour

Il vit une jolie fille comme une souris

Il comprit qu’il avait trouvé l’amour

La fille lui dit: “Veux-tu une pomme, mon cher?”

 

“Avec plaisir” répondit-il plein de bonheur

Il la mordit une fois.

C’était fini, il fut transformé en  aspirateur

La fille était une sorcière.

 

Après, ce-jour-là, tout le village raconta

L’histoire de ce garçon impoli

Le pauvre orphelin fut condamné

A balayer les poussières jusqu’à l’infini

Et cette histoire fut terminée.

 

Defne Kocaman 9892 9E




anti-conte du “Petit Chaperon Rouge”

30 11 2012

Il y avait une fois une petite fille dont tout le monde avait peur. On l’appelait Le Petit Chaperon Rouge. Elle était la plus courageuse du village. Elle ressemblait à sa grand-mère folle qui chassait pendant les nuits sombres avec son fusil de chasse. Le Petit Chaperon chassait aussi, mais elle n’avait pas de fusil, elle avait une machette plus rouge que son chaperon qui cachait ses cheveux. Mais elle n’utilisait pas seulement une machette, elle préparait plusieurs pièges dans la forêt pour attraper les renards et de temps en temps les petits garçons curieux.

Le mois précèdent, sa grand-mère était tombée malade. La mère du Petit Chaperon Rouge avait confisqué son précieux fusil pour l’empêcher de blesser les voisins. Et enfin, la grand-mère se sentit mieux. La mère donna le fusil à sa fille pour l’apporter chez sa grand-mère. La Petit Chaperon était très surpris car sa mère capricieuse ne l’avait jamais autorisée à jouer avec un fusil. Le Petit Chaperon prit le fusil, et sortit de la chaumière en courant. En route elle pointa son arme sur toutes les choses qui bougeaient, mais elle n’avait pas de munition.

Pendant ce temps, un loup se promenait dans la forêt, il cherchait une proie pour ses petits. Il aperçut le Chaperon Rouge entre les arbres, et il commença à trembler ! C’était le monstre qui avait tué sa femme ! Et en plus, elle avait un fusil maintenant ! Il se cacha dans l’ombre des arbres sans faire un bruit. Pendant ce temps, le Chaperon Rouge passait son chemin lentement pour passer plus de temps avec le fusil.

Soudain, le loup inquiet qui se cachait du Petit Chaperon Rouge, rencontra un homme étrange qui portait un trench-coat en cuir. Il portait un chapeau qui couvrait son visage ridé. C’était un marchand d’arme illégal. Il avait des fusils, des pistolets, des munitions spéciales et plusieurs autres choses qui sont rares dans un conte. Le loup eut une idée, Il mangea le marchand, et revêtit ses vêtements. Ensuite, il rencontra le Chaperon Rouge près de la maison de la grand-mère. Il lui donna un précieux fusil. Le Petit Chaperon Rouge, qui tenait le merveilleux fusil, était choquée. Ça devait être le plus beau fusil du monde ! Le loup intelligent profita de sa confusion et l’attaqua.

Mais il avait sous-estimé la grand-mère. Elle était derrière lui avec une énorme hache.

Quelques minutes plus tard le loup avait pris place dans la collection des animaux empaillés de la grand-mère. Elle offrit son fusil au Petit Chaperon Rouge. Ensemble elles continuèrent à détruire l’écosystème et à laisser les petits loups sans parents.

AYDIN – 9B