Grands calculs pessimistes

7 11 2007

Suite et fin de l’article visant à évaluer le temps réel de production orale des élèves en cours de langues.

2°) CALCUL PESSIMISTE

1° Une « heure de cours » ne fait en réalité que 55 minutes dans nombre de cas. On descend déjà à 690h réelles.

2° Soyons malgré tout optimistes et retirons seulement 5 minutes par séance pour les impondérables techniques, matériels etc (passage d’une activité à une autre notamment) qui prennent du temps. Nous sommes aux environs de 640h efficaces.

3° Admettons que les enseignants pratiquent et fassent pratiquer « l’oral » à leurs élèves la moitié du temps (en moyenne, sur l’ensemble de la scolarité). C’est sans doute surévalué1, mais partons de ce principe. On est donc à 320h d’oral sous toutes ses formes.

4° On ne parle pour l’instant que de « l’oral ». Mais quelle place reste-t-il à l’expression orale réelle, c’est-à-dire en énoncés complets ? On peut estimer qu’un tiers du temps revient au prof qui parle et qu’on écoute, un autre tiers pour de l’écoute autre (cassettes, vidéos, tous docs sonores, les autres camarades…), et le dernier tiers pour de la production.

Nous étions à 120h d’oral, divisé par 3, cela donne 40h pour chaque activité, dont la production orale.

 

5° Tout cela est à prendre dans le sens « classe complète » ! Or, autant le calcul ci-dessus paraît admissible pour l’écoute du prof, de cassettes etc, autant nous devons diviser le temps de production orale par le nombre d’élèves. Les 40h d’expression pour la classe deviennent donc 2h/élève si on se base sur des classes moyennes de 20 élèves.

 

Conclusion : 2 heures au total de production orale sur 7 ans.

 

 Notes:

1Fait-on cela en 1ère et Term, avec 2h/semaine et un bac écrit en ligne de mire ?