Saint-Valentin

Tous les prétextes sont bons pour vous faire goûter un peu de belle littérature, non ? Aujourd’hui, il paraît qu’on fête les amoureux… Comme je suis en remue-méninges pour vous concocter de nouvelles séquences efficaces, instructives et … plaisantes (si si), j’ai piqué une tête dans ma bibliothèque et vous ai trouvé les quelques vers qui suivent. Peut-être que les 3e se souviendront non pas du poème, mais du poète, bonne découverte :o)

Et la vie a passé le temps d’un éclair au ciel sillonné
J’écoute au fin fond de moi le bruit de mes propres pas s’éteindre
J’entends ma propre chanson qui se fatigue de se plaindre
Je compte tout bas sur mes doigts les jours les mois les années

Il me semble qu’il n’y a eu dans toutes les circonstances
Rien d’autre que mon amour sur tout comme un grand tilleul ombreux
Rien d’autre que mon amour qui tremble comme un joueur heureux
Il me semble qu’il n’y a eu que mon amour dans l’existence

Je n’ai rien fait que par toi que pour toi que pour l’amour de toi
Rue Didot les tracts distribués à la Belle Jardinière
Les vers maladroits que j’écrivais d’une nouvelle manière
Les marches d’escalier pour vendre l’invention de tes doigts

Tu m’as retiré de la chair le désespoir comme une épine
Tu m’as donné le goût nouveau d’un langage de plein midi
Tu seras présente à tout jamais dans tout ce que j’aurai dit
Tu m’as changé le coeur tu me l’as façonné dans la poitrine

 ARAGON, Le roman inachevé, 1956.

Pour en savoir plus sur le poète, c’est par ici, et pour lire d’autres poèmes sans passer par cette page :


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.