Mai 2 2009

Feuilletons épistolaires – 4e

Publié par sroul dans 4e, Productions écrites      

Lettre n°3, aux élèves du collège de Basse-Goulaine d’enchaîner !

Cher Inconnu,
je t’écris sur ce cahier en espérant que tu le trouveras. Je le pose ici car j’ai trouvé une cabane qui semblait habitée, alors je me suis dit que tu pouvais en être le propriétaire.
Depuis la semaine dernière, celle où tu m’as sauvé, j’essaie de te retrouver. J’ai posé quelques questions autour de moi pour savoir où te trouver, parce que j’aimerais beaucoup te remercier, car grâce à toi je suis sain et sauf.
Pour trouver cet endroit, j’ai beaucoup cherché dans la forêt, tout en questionnant les habitants alentours. Je l’ai remarquée comme cela. J’espère que cette cabane en bois t’appartient, je n’en suis pas certain, car je n’ai pas osé frapper ni regarder à l’intérieur.
Bref, j’habite dans le village au nord de cette forêt, au creux de la montagne, c’est la maison au toit bleu, à cent mètres de la petite rivière qui borde le bois. Que penserais-tu de se voir le 3 Février ? J’espère une réponse positive de ta part.

Au Revoir !

P.S: Je m’appelle Alex Kollane

 


Mai 1 2009

Feuilletons épitolaires – 4e

Publié par sroul dans 4e, Productions écrites      

Lettre n°2 …

 

22 Janvier 2009


SCARA !

J’ai infiniment besoin de ton aide ! J’ai utilisé mon pouvoir devant un mortel, je n’ai pas pu m’en empêcher, c’était instinctif. Une louve enragée allait l’attaquer, il fallait que je le sauve ! C’était plus fort que moi.

Scara, je t’en supplie, il faut que tu ailles le surveiller. Malgré mes mises en garde, il risquerait de divulguer mon secret. Aide-moi, nous sommes en danger !

Pour t’en dire plus, je te donne rendez-vous au même endroit que d’habitude, dans deux jours, à la même heure.


D’ici là, porte-toi bien mon amie.

Ton compagnon de toujours,

Gabriel.


Avr 30 2009

Feuilletons épistolaires – 4e

Publié par sroul dans 4e, Productions écrites      

Ça y est, enfin, nous débutons les nouvelles épistolaires ! Je publierai, au fur et à mesure, les productions des 4e E et de leurs camarades du collège de Basse-Goulaine… Nous avons ouvert les hostilités en produisant les 3 premières lettres correspondant à la situation initiale et à l’élément perturbateur de chacun des 7 projets. Aujourd’hui, voici l’énigmatique départ de l’étrange et le mortel (titre provisoire …), écrit par Maïween, Pierre, Cathy et Mayenni :

Journal intime d’Alex
21 Janvier 2009

Cher journal,

Ça fait longtemps que je n’avais pas écrit, mais il faut absolument que j’écrive ce qui m’est arrivé hier. Je rentrais à la maison par le chemin de la forêt en regardant de tous les côtés, guettant un mouvement, un bruit suspect : l’État avait eu l’idée d’implanter des loups dans la région, en prétextant qu’ils étaient trop loin des habitations pour être un réel danger. Mais avaient-ils pensé que certains doivent prendre des petits chemins au coeur de la forêt pour rentrer chez eux ? Certainement pas ! En plus cette forêt n’avait rien de rassurant. De grands arbres feuillus qui diminuaient la luminosité déjà réduite à cause de l’hiver, des craquements partout, un léger vent qui faisait tout onduler de manière effrayante et pour couronner le tout, il faisait très froid.
Et là, pendant que j’essayais d’enjamber les racines apparentes d’un arbre, je vis un loup, plutôt imposant, mais surtout menaçant, la bave aux lèvres, qui s’élançait vers moi, lorsqu’un étrange jeune homme, sorti de nulle part, me sauva, en plaquant mon « agresseur » à terre .Il lui murmura dans une langue étrangère quelques mots ,adoucissant le canidé qui partit de suite vers les bois sans demander son reste .Directement, je l’aperçus lorsqu’il se retourna, et je pus l’observer. Il était un peu étrange physiquement. Ses yeux étaient d’un violet hors du commun, ses cheveux d’un blanc-gris louche, et pourtant il n’avait guère plus de 17 ans, à en juger par sa silhouette musclée, élancée, même si elle était cachée par un long manteau noir. Il me dit d’un air entendu : « Ne le dis à personne.. ».
Tu vois mon journal, il m’arrive des choses extraordinaires.

Alex.