L’application Periscope

20:10 Culture numérique

PERISCOPE

Qu’est-ce que c’est ?

Une application de streaming vidéo qui permet de diffuser des vidéos en live ou de les regarder. On retransmet en direct ce qu’on filme. Il suffit d’un compte Twitter et d’un Smartphone pour être présent sur Periscope. L’application est interactive. Chaque personne connectée peut commenter la vidéo en live, ou surenchérir. La reconnaissance des vidéos sur Periscope est facile : chaque diffusion est symbolisée sur une carte par un point bleu.

10 millions de comptes, 2 d’utilisateurs actifs.

Les scandales et les dérives liés à l’application Periscope

 

L’affaire Serge Aurier : footballeur professionnel qui a défrayé la chronique pour avoir utilisé Periscope pour insulter des membres de son club, son coach et des joueurs. Il avait publié une session vidéo en live les 13 et 14 février après un match nul contre Lille. Il répondait à des questions posées par des internautes sur la vie du club, et l’ambiance dans les vestiaires. Le sportif avait été mis à pied 20 jours. Il avait déjà insulté un arbitre à la suite d’un match sur Instagram. La vidéo largement diffusée sur les réseaux a fait le « buzz » et a fait connaître l’application au grand public.

Les pervers : ils investissent Periscope. Les dangers d’être confrontés à des contenus violents ou choquants sont donc dénoncés.  De nombreuses tendances exhibitionnistes ont été constatées. De très nombreux contenus pornographiques sont évidemment publiés malgré une charte d’utilisation qui les interdit. Des mineurs sont tentés de s’exhiber sur Periscope pour faire un maximum d’audience.

La modération est très imparfaite : Twitter est censé retirer les contenus problématiques, mais Twitter est critiqué pour des insuffisances. Des contenus restent trop longtemps, ne sont pas supprimés ; ils réapparaissent très vite sous un autre compte. Les contenus douteux publiés avec Periscope restent parfois longtemps en ligne.

Déposer plainte semble impossible : les suites juridiques sont inexistantes, ce qui pose problème.

L’imitation : le suicide récent d’une jeune femme diffusé par le biais de l’application risque de susciter des suicides. La présidente d’E-enfance pense que des adolescents risquent d’imiter ce comportement.

Une culture juvénile qui repose sur le culte de l’image

Selon le pédopsychiatre Xavier Pommereau, les adolescents construisent leur identité à partir de ce qu’ils montent d’eux sur les réseaux sociaux.  Comme il le dit, le but du jeu est d’avoir le maximum de vues, de suffrages, d’être populaire malgré l’idiotie ou la dangerosité de certains défis.

Sur Periscope le système de comptabilisation des cœurs remplace les Like de Facebook. Les jeunes sont donc incités à s’abonner à des chaînes ou à créer des contenus. D’après Anne Cordier, maître de conférences en SIC, la plupart d’entre eux rêvent de devenir célèbres en se filmant dans leur intimité comme Norman, le You Tubeur qui cartonne dans la sphère adolescente.

Justine Atlan, présidente d’E-enfance considère que Periscope n’est pas adapté aux enfants ou aux adolescents : « Ce serait comme mettre une Ferrari dans les mains d’un enfant de cinq ans », dit-elle en mentionnant l’utilisation de Periscope par des adolescents.

 

Les nouvelles tendances des utilisations de Periscope par des adolescents.

Les agressions filmées

Deux adolescents âgés de 15 et 16 ans ont diffusé une vidéo d’agression dans les rues de Bordeaux, le 32avril 2016. L’agression avait été soigneusement planifiée. Ils ont choisi une victime, l’un a donné des coups, l’autre a filmé et des internautes assistant en live à leur délit les ont encouragés à continuer. Ils ont été mis en examen pour violences volontaires avec préméditation et en réunion, avec des circonstances aggravantes.

Les enseignants victimes

De nombreux adolescents filment les cours en cachette en relevant des défis sur Periscope. Les collégiens et les lycéens font de Periscope leur nouveau terrain de jeu. La plupart du temps, ces directs sont intitulés : « …en cours… au collège… au lycée… ». Certaines menacent le bon déroulement du cours. La course à la popularité étant la règle sur Periscope comme sur Facebook, de nombreux élèves se lancent dans des surenchères en classe : faire une ola en cours, perturber un cours, répondre à voix haute pendant le cours aux questions posées par écrit par des internautes. Il est possible de repérer le lieu de ces diffusions sur la carte de Periscope. De nombreux CPE obligés de se montrer réactifs surveillent d’ailleurs la carte.

Les images dénudées

Periscope, comme l’application Snapchat, favorise le partage de photos dénudées. Des adolescent(e)s, et même de jeunes enfants, sous la pression des pairs, ou pour gagner de la popularité, manipulés parfois par des adultes sans scrupules, se filment partiellement dénudés, ou complètement dénudés et partagent leurs vidéos. Si le visage n’est pas toujours filmé, ce type de comportement relève néanmoins de la diffusion de « pédopornographie » et pas seulement de pornographie. Le fait que cette diffusion ait lieu sur un réseau est une circonstance aggravante. Les jeunes ne connaissent pas nécessairement la loi, ne prennent pas la mesure des risques qu’ils courent, ou pensent que, parce qu’ils publient sous un pseudonyme, l’on ne peut remonter jusqu’à eux. Le signalement de tels faits au Procureur de la République doit être systématique et immédiat.

 

Quelques documents sélectionnés par le CDI dans :

La collection Les adolescents et Periscope dans la collection Culture juvénile, culture des adolescents des Pearltrees du CDI du collège Camille Claudel.

 

http://www.pearltrees.com/cdicamilleclaudel/cultures-juveniles-adolescents/id15817608

 

Les utilisations pédagogiques de Periscope

 

Pour ne pas finir sur une note pessimiste, notons que l’éducation nationale s’intéresse à des usages pédagogiques de l’application. Si vous voulez vous informer sur ces usages, vous pouvez lire les documents numériques de la collection Pearltrees. Deux dossiers très documentés sur le sujet : celui de Net Public et celui de Thot Cursus, que vous retrouvez dans la collection Pearltrees du CDI : Usages pédagogiques de Periscope.

http://www.pearltrees.com/cdicamilleclaudel/usages-pedagogiques-periscope/id15885242

 

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Camille Claudel

Villeneuve d’Ascq

Tags :
Laisser un commentaire