Googlisation, licéité et recherche d’ emploi

11:38 Droit de l' information

Googliser ou Googeliser, est-ce légal ?

Pour ceux qui veulent approfondir le débat, cet article paru en 2015, donne la parole à deux experts.

https://www.letemps.ch/economie/2015/02/05/googliser-candidats-embauche-illegal-certains

Un docteur en droit pour lequel ce procédé serait illégal :

« l’exploration d’informations sur un candidat, à travers des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux, est illégale »

Patrick Mock, docteur en droit, lui aussi, est d’ un avis différent :

«La licéité du traitement des données sur Internet a évolué au fil du temps. Aujourd’hui, on ne peut plus plaider la naïveté. Qu’un joyeux drille publie des photos de bringues mémorables de retour d’un séjour linguistique, ou commente son rejet de certaines cultures avant un voyage d’affaires à l’étranger, relève de sa responsabilité individuelle.»

La conclusion de l’article démontre bien qu’ une E-réputation problématique a des incidences sur la recherche et la conservation d’ un emploi.

Nombre de veilleurs en intelligence économique conseillent d’ailleurs de Googliser fréquemment afin de pouvoir corriger des informations et de conserver une identité numérique propre :

https://www.keljob.com/editorial/chercher-un-emploi/mener-sa-recherche-demploi/detail/article/comment-nettoyer-sa-reputation-en-ligne-quand-on-cherche-un-emploi.html

Ce qui constitue une atteinte à la vie privée n’est pas la recherche de traces numériques sur une personne mais la mise en ligne de données susceptibles de porter atteinte à une réputation : diffamation

Googliser ou Googeliser, est-ce légal ?

Pour ceux qui veulent approfondir le débat, cet article paru en 2015, donne la parole à deux experts.

https://www.letemps.ch/economie/2015/02/05/googliser-candidats-embauche-illegal-certains

Un docteur en droit pour lequel ce procédé serait illégal :

« l’exploration d’informations sur un candidat, à travers des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux, est illégale »

Patrick Mock, docteur en droit, lui aussi, est d’ un avis différent :

«La licéité du traitement des données sur Internet a évolué au fil du temps. Aujourd’hui, on ne peut plus plaider la naïveté. Qu’un joyeux drille publie des photos de bringues mémorables de retour d’un séjour linguistique, ou commente son rejet de certaines cultures avant un voyage d’affaires à l’étranger, relève de sa responsabilité individuelle.»

La conclusion de l’article démontre bien qu’ une E-réputation problématique a des incidences sur la recherche et la conservation d’ un emploi.

Nombre de veilleurs en intelligence économique conseillent d’ailleurs de Googliser fréquemment afin de pouvoir corriger des informations et de conserver une identité numérique propre :

https://www.keljob.com/editorial/chercher-un-emploi/mener-sa-recherche-demploi/detail/article/comment-nettoyer-sa-reputation-en-ligne-quand-on-cherche-un-emploi.html

Ce qui constitue une atteinte à la vie privée n’est pas la recherche de traces numériques sur une personne mais la mise en ligne de données susceptibles de porter atteinte à une réputation : diffamation par exemple. Si une loi existe bien sur la protection des données privée, elle ne peut être invoquée pour interdire la Googlisation :  Les bases juridiques du respect de la vie privée sur le net sont la Directive européenne 95/46 de 1995 et la loi vie privée de 1992.

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Camille Claudel

59650 Villeneuve d’ Ascq

par exemple. Si une loi existe bien sur la protection des données privée, elle ne peut être invoquée pour interdire la Googlisation :  Les bases juridiques du respect de la vie privée sur le net sont la Directive européenne 95/46 de 1995 et la loi vie privée de 1992.

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Camille Claudel

59650 Villeneuve d’ Ascq

Laisser un commentaire