Archive de août, 2006

Archéologie, découverte de huit tombes dans le Loiret Samedi, 26 août 2006

Lors d’un chantier pour la nouvelle autoroute à Neuville-au-Bois, huit dépouilles humaines, dont l’une parée de bijoux ont été découverte. Elles étaient enfouies dans des silos agricoles datant de 400 ans avant J-C. une découverte « rare » selon les archéologues.

A suivre

Plus que huit planètes Vendredi, 25 août 2006

Comme nous en parlions dans un précédent billet,  » Il se tient à Prague du 14 au 25 août 2006, la 26ème assemblée générale de UAI (Union Astronomique Internationale). Cette 26ème assemblée pourrait radicalement modifier notre façon de voir l’espace. Il sera peut-être décidé de rajouter 3 planètes aux 9 reconnues comme telles, que notre système solaire possède. Notre système solaire contient actuellement, Mercure, Vénus, la Terre, Mars se sont des planètes dites telluriques, Jupiter, saturne, Uranus, Neptune, les gazeuses, et enfin l’astre glacé Pluton. C’est Pluton qui est au centre de toutes les discussions, en effet il ne rentre ni dans les telluriques, ni dans les gazeuses !!! ».

Cette assemblé s’est conclue non pas sur douze planètes mais sur huit planètes. En effet, Pluton ne rentre plus dans la nouvelle définition qualifiant un corps céleste de planète. L’assemblée générale de l’UIA a pris cette décision, ramenant à huit le nombre de planètes du système solaire : Mercure, Venus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, de la plus proche à la plus éloignée du Soleil.
Les 2500 scientifiques réunis se sont mis d’accord sur la définition d’une planète : un corps céleste rond, dominant son environnement immédiat et orbitant autour du Soleil. Mais ils ont refusé un amendement qui proposait d’établir deux catégories de planète : les « planètes classiques » et les « planètes naines ». Ainsi une planète naine ne peut être considèrée comme une planète à part entière. Pluton fait désormais partie des planètes « naines », et n’est donc plus une planète.

Quand à Ceres, Xena et Charon, elles n’accèdent pas non plus au statut de planète. Ceres et UB313 rebaptisée Xena rejoignent les planètes naines, Charon reste la lune de pluton.

Voilà qui laisse du travail à nos éditeurs pour mettre à jour les manuels scolaires de nos chères têtes blondes à 7 jours de la rentrée des classes 2006…

Sédimentation autour d’Istres Mardi, 22 août 2006

Dépôts sédimentaires ?  Istres

Suite à mon billet sur Roussillon, je vous ai trouvé un affleurement montrant la sédimentation.

Sur la route de l’Au-delà qui rejoint Istres à miramas en longeant l’Etang de Berre au detour d’un virage, se dresse un affleuremnt présentant des dépôts sédimentaires datant du quaternaire. Il permet de voir des huîtres fossilisées sur une strate de plus de 1 mètre d’épaisseur. Il y a 100 millions d’années, l’eau s’est retirée de la Provence qui à l’époque était totalement immergée, et ces coquillages se sont rassemblés sous l’action des courants en ce point puis déposés. Il reste aujourd’hui une strate de plus de 1 mètre de hauteur, témoin de cette sédimentation.

photo

Les 12 planètes du système solaire Vendredi, 18 août 2006

Il se tient à Prague du 14 au 25 août 2006, la 26ème assemblée générale de UAI (Union Astronomique Internationale). Cette 26ème assemblée pourrait radicalement modifier notre façon de voir l’espace. Il sera peut-être décidé de rajouter 3 planètes aux 9 reconnues comme telles, que notre système solaire possède. Notre système solaire contient actuellement, Mercure, Vénus, la Terre, Mars se sont des planètes dites telluriques, Jupiter, saturne, Uranus, Neptune, les gazeuses, et enfin l’astre glacé Pluton. C’est Pluton qui est au centre de toutes les discussions, en effet il ne rentre ni dans les telluriques, ni dans les gazeuses !!!
De plus, depuis la découverte de 3 astéroïdes d’une taille supérieure à celle de Pluton, la notion même de planète est remise en cause, si pluton est une planète, pourquoi pas Céres, Charon et 2003 UB 313 ? Il faut se rappeler que Céres, grosse boule givrée de 950 Km de diamètre a été découverte en 1801, se situe dans une ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. Charon, découvert en 1978, est le plus gros satellite de Pluton avec 1200 Km de diamètre. Quand a 2003 UB 313 d’un diamètre de 2400 Km il a été découvert par l’Américain Michael Brown en 2005, elle pourrait prendre le nom de Xena.
Affaire à suivre donc, attention au ciel à vos futures discussions célestes…

38,6 millions de personnes dans le monde vivent avec le sida Dimanche, 13 août 2006

A lire l’article paru dans le journal Le Monde en ligne du 12 août 2006.

Rappel :

Le virus responsable du SIDA s’appelle le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) .Il se transmet par voie sexuelle ou sanguine et détruit les cellules du système immunitaire, système chargé de nous défendre contre les infections. La contamination se traduit souvent par certains signes (fatigues, fièvre, ganglions…). Ces signes varient selon les personnes et disparaissent généralement en quelques jours.
L’infection par le VIH a la particularité de rester silencieuse de longues années. Pendant cette période, les personnes atteintes sont séropositives au VIH, peuvent transmettre le virus, mais ne présentant aucun signe apparent de maladie. Le virus de SIDA se transment par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l’enfant durant la grossesse ou l’allaitement.
Le seul moyen de savoir si l’on est séropositif ( ve) au VIH, c’est de faire le test de dépistage, il est anonyme et gratuit.

plus d’informations

le site AIDES

Utilisation du Logiciel Tectoglob Samedi, 12 août 2006

Carte obtenue avec TectoGlob

Pour la géologie abordée au cycle central, dans les parties, « La Terre change en surface » et « La machine Terre« , le logiciel gratuit Tectoglob s’avère très intéressant. Il permet de visualiser, en coupe ou sur une carte des données géologiques l’échelle du globe terrestre ou à l’échelle régionale. Il permet également d’étudier la tectonique des plaques en mettant en évidence les frontières des plaques, les zones de Subduction, les Dorsales Océaniques, de faire apparaître sur la carte la localisation de séismes ainsi que la localisation des volcans.
D’une utilisation simple, il peut être utilisé en poste élève et en poste enseignant, couplé à un logiciel de traitement d’image il est d’un bon intérêt pédagogique, il est très utile pour la préparation et l’usage des TICE ou pour un TPE.

Toutes les informations pratiques sur le site de l’académie d’Amiens

Des exemple de cartes obtenues et de coupes sur www.monanneeaucollege.com

bonne utilisation…

EEDD Vendredi, 11 août 2006

 EEDD

Education à l’Environnement pour un développement Durable

« Le développement durable est le développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle sans priver les générations futures de la possibilité de satisfaire leurs propres besoins« .

La définition dite de « Brundtland » correspond à celle donnée par Go Harlem Brundtland. Go Harlem Brundtland a été présidente de la commission mondiale sur l’environnement et le développement, mandaté par l’assemblée générale des nations Unies, en 1983. Son rapport : « Our Common Future » (Notre avenir à tous) publié en 1987 est l’un des documents fondateurs du développement durable et a servi de socle au premier sommet de la Terre à Rio en 1992.
Le développement durable est la traduction de l’expression anglaise « Sustainable developpement« . L’adjectif « Sustainable » est aussi traduit par soutenable, acceptable, raisonné afin de prendre en compte les besoins des populations futures et de préserver les ressources naturelles ainsi que l’environnement.

L’éducation à l’environnement est un principe essentiel pour assurer un développement durable. La connaissance des problématiques environnementales doit largement déborder le cadre scolaire pour se répandre dans la société tout entière, pour qu’au delà d’un enseignement, des gestes simples deviennent un réflexe et à long terme une véritable habitude de vie et de pensée.

 Je vous livre quelques données pour vous mettre en réflexion…

  • 80 % des ressources mondiales sont utilisées par 20 % de la population;
  • 93 % des ressources exploitées ne sont jamais transformées en produits commercialisés;
  • 50 % de l’augmentation annuelle de la demande énergétique proviendra, dans les années à venir de l’Asie;
  • Les Etats-Unis émettent 25 % des gaz responsables de l’effet de serre;
  • 1,2 milliard d’habitant vivent avec moins de 1 dollar par jour, (< 1 €).

Durée de vie des déchets dans la nature :

  • Allumette en bois > à 6 mois;
  • Boîte de conserve en fer > de 200 ans à 500 ans;
  • Carte téléphonique > à 1000 ans;
  • Mouchoir en papier > à 3 mois;
  • Chewing-gum > à 5 ans;
  • Sac en plastique > à 450 ans;
  • Bouteille de verre > à 4000 ans.

Le recyclage :

  • Verre, en recyclant le verre on économise plus de 800 000 tonnes de sables par ans, sans compter l’énergie nécessaire à sa transformation.
  • L’aluminium, il est présent partout, son coût reste très élevé, avec 670 canettes on fabrique un VTT;
  • Le plastique, produit dérivé du pétrole, recyclé il est utilisé pour la fabrication d’emballage non alimentaire et de vêtements d’hiver, des couettes, des montres, des tuyaux….il faut dix bouteilles d’eau pour fabriquer un pull polaire;
  • L’acier, Fortement utilisé il faut le recyclé, il faut 190 000 boîtes de petits pois pour fabriquer une automobile de type Clio ou C3 ou 206…;
  • Les déchets verts, Provenant des espaces verts publics ou privés, les déchets verts peuvent être valorisés par méthanisation (production de gaz) ou par compostage (production de compost), 100 m3 de déchets verts produisent 15 m3 de compost;
  • Le carton, Issu de la compression de la cellulose, c’est à dire de la pulpe de bois, le carton se recycle une dizaine de fois en moyenne. Chaque tonne de carton recyclée permet d’économiser deux tonnes de bois.

Dictionnaire du développement durable.

Google Earth Jeudi, 10 août 2006

Découvrez la planète vue du ciel, et faites pivoter le plan pour faire apparaître le relief.

Google Earth

Google Earth Téléchargement.

Exemple d’application.

Les Ocres de Roussillon, sédimentation et érosion. Jeudi, 10 août 2006

Roussillon

Roussillon est un charmant village du Vaucluse situé au milieu du plus vieux gisement d’Ocres du monde. C’est jean-Etienne Astier qui redécouvrit entre 1780 et 1785 les propriétés de cette terre jaune et rouge aux couleurs inaltérables et aux teintes si précieuses. Il exploita les carrières dès 1790…

La formation géologique des Ocres:

Il faut se rappeler que la Provence vers – 230 millions d’années (Trias) était en fait une vaste mer et ceci durant une longue période. Période durant laquelle de très nombreux sédiments, arrachés aux continent émergés, allaient se déposer et s’accumuler sur les fonds des eaux, c’est la sédimentation. Ces sédiments étaient arrachées aux continents bordant cette mer par le vent et les pluies constituant les phénomènes d’érosion. Ces sédiments étaient ensuite transportés par le vent et les eaux de ruissellement pour rejoindre le fonds de cette mer. Ils formeront par la suite les massifs calcaires et les paysages caractéristiques de la Provence, Mont Ventoux, Lubéron, Saint Victoire, Canyon du Verdon, Calanques… dont nous découvriront l’aspect dans un prochain billet. Mais revenons à la formation des Ocres, vers – 110 millions d’années (Crétacé), ces sédiments calcaires sont alors recouverts d’argiles grises pour former ce que les géologues nomment : des « terrains aptiens« . Le bassin marin se comble peu à peu, par des sables de couleurs vertes qui viennent à leur tour recouvrir ces argiles vertes, c’est la glauconie, petits minéraux verts qui leur donnent leur couleur.

Vers – 100 millions d’années, tout bascule !, cette terre totalement immergée change d’aspect pour devenir émergée, la Provence se retrouve hors de l’eau, le sol laissé à l’action de l’eau et du vent, l’érosion reprend ses droits. Le climat est alors tropical, les sables verts sont à leur tour lessivés par des pluies diluviennes et incessantes, ils sont peu à peu transformés en sables ocreux puis en sables blancs, dissolution par les eaux de pluies, cristallisation à partir de solution d’autres minéraux, puis lessivage qui évacue l’hydroxyde de fer qui colore ces sables ocreux. Ne restent en place que les sables blancs que l’on retrouve actuellement.

Roussillon

Les différentes teintes que l’ont retrouve actuellement, rouge, jaune et ocre, sont dues à la Goethite qui est connue depuis la préhistoire et utilisée comme pigment, dans la grotte de lascaux par exemple.

Photos

Géol en Alsace cascade du Nideck. Mercredi, 9 août 2006

Cascade du Nideck

Située à 35 kilomètres à l’ouest de Strasbourg, appartenant à la commune de Oberhaslach, le site est formé par la cascade et le château du Nideck.
Nos pas nous ont conduit au cœur de la vallée de la Hasel, réceptacle naturel. Après avoir suivi une piste tantôt sablonneuse, tantôt caillouteuse et moussue dans une forêt d’arbres et de sapins aux frondaisons mêlées, on se laisse attirer par le lointain murmure de la cascade jusqu’à déboucher, à son sommet, sur un point de vue superbe sur la vallée. Pour descendre au pied de la cascade, le sentier se fait raide, voire franchement vertigineux, tandis que le roulement crépitant obnubile les sens qu’il vaudrait mieux, pourtant, mobiliser à regarder ses pieds, tant les dalles de porphyre qui transforment le sentier en escalier de pierre sont instables ou glissantes.
Haute de 25 mètres, se brisant en de multiples endroits sur la façade de roc issue de l’ancienne chaîne hercynienne, la cascade poudroie ses gouttelettes et ensorcelle le randonneur par ses scintillements et son chant.
De tous côtés, les arbres rivalisent de hauteur avec le rocher. Vers la plaine, on aperçoit le site grandiose formé par l’ancien volcan du Nideck. Car l’ Alsace ne pouvait être en reste, elle a aussi sa terre volcanique. On voit les longues et raides falaises, formées de longs tubes, ressemblant à un orgue. Le basalte, cette roche volcanique dure et compacte donne ces formes.
Le bloc de prophyre qui formait la cascade, était primitivement haut de 60 mètres. Pour se rendre compte de ce que pouvait alors être la chute, il suffit de se représenter un torrent jaillissant de la plate-forme de la cathédrale de Strasbourg ! Par le jeu de l’érosion, le ruisseau a usé le haut du rocher et accumulé les débris au pied, ce qui fait que la chute verticale ne mesure plus que 25 mètres actuellement. Elle n’en est pas moins très impressionnante.
L’eau fait un bruit assourdissant en tombant sur les blocs de porphyre et de basalte. Et ce n’est pourtant qu’un tout petit ruisseau, la cascade se trouve à une altitude de 400 m.


 

la cascade du Nideck Basalte

Les photos