Archive du categorie: ‘Comprendre

Séisme du Japon 11 mars Samedi, 12 mars 2011

Vendredi 11 mars, la Terre nous a rappelé qu’elle pouvait être dangereuse !


Le Japon a connu un des plus gros séismes enregistrés par les sismographes, ces appareils qui enregistrent l’onde qui se propage à la surface de la Terre, onde générée au foyer lors de la libération d’énergie. Une partie du Japon a été ensuite recouverte d’une vague haute par endroit de plus de 10 métres, vague conséquence d’un tsunami résultant de ce séisme, qui reste le plus gros de l’histoire récente du japon.

 

Les géologues s’y attendaient, tant cette partie du monde est « posée » sur une zone d’intense activité sismique. Zone située à la rencontre de 4 plaques, la plaque pacifique, la plaque des philippines, et la plaque eurasiatique et la plaque nord américaine, est sujette à ces phénomènes telluriques.

Mais que s’est-il passé ?
Il s’agit d’un séisme de subduction, phénomène qui est responsable des plus gros séismes ressentis à travers le monde. Dans le cas de ce séisme, la plaque pacifique se déplace vers le nord-ouest alors que la plaque eurasiatique, elle, se déplace vers le sud-est, de façon schématique !

De façon inévitable, la plaque pacifique plonge sous la plaque de l’Asie, et régulièrement provoque des séismes, c’est la subduction. La subduction, est l’enfoncement d’une lithosphère océanique dans l’asthénosphère, les fosses océaniques, marquent ces zones de subduction. Le moteur de cette subduction n’est autre que la dorsale du Pacifique-Est, prolongée par la dorsale pacifique-Antarctique qui poussent la plaque pacifique vers le nord ouest.

->Le cours et les documents associés.

 

Ce vendredi 11 mars, l’énergie libérée au foyer à 24 km de profondeur, et à 370 Km de Tokyo, fût si importante qu’elle généra un tsunami.
C’est ce même phénomène qui se produisit il y a déjà 7 ans en 2004 sur l’île de Sumatra en Indonésie.

À quoi servent les taches du léopard ? Mardi, 2 novembre 2010


Une analyse statistique suggère que les motifs qui ornent le pelage des félins auraient été sélectionnés par l’évolution pour favoriser le camouflage, et ne joueraient aucun rôle dans la communication.

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-quoi-servent-les-taches-du-leoparda-26019.php

Le 5 Novembre sortie du Film : Nos enfants nous accuseront Mercredi, 5 novembre 2008

Barjac, petit village du gard, la mairie décide que la cantine sera désormais Bio…
à voir pour y réfléchir…

http://www.nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com/

We Feed the World Jeudi, 10 mai 2007

 

Film documentaire d’Erwin Wagenhofer  » Wefeed the world : le marché de la faim ».

Ce film présente une autre vérité qui dérange, celle d’un système agro-industriel mondialisé à la fois gaspilleur et impuissant à nourrir l’humanité. Il démontre les mécanismes d’une agro-industrie engagée dans une course éperdue aux profits, que dominent les pays du Nord usant de subventions qui pénalisent une agriculture traditionnelle qui tend à disparaître dans les pays du sud….

le site du film

Un site d’aide pédagogique

Effet de Serre Lundi, 16 avril 2007

les températures montent, c’est bientôt l’été…
le bon moment pour vous parler de l’effet de Serre, beaucoup de choses ont été dites et écrites, pour aller à l’essentiel, une animation sur le site tv5, à voir et à revoir…

Ps : merci Claire…

L’influence de l’homme sur les peuplements Mercredi, 14 mars 2007

 

Dans notre environnement, nombreux sont les endroits aménagés et utilisés par l’homme, villes, terres agricoles, voies de communication, carrières, ports et constructions en littoral. Cet aménagement ne s’est pas fait sans conséquences sur les équilibres naturels entre la faune et la flore..

L’homme a une influence directe sur le peuplement d’un milieu

Par ses choix de politiques industrielles et commerciales, l’homme influe directement sur le peuplement des milieux. Par exemple lorsque l’homme pratique la déforestation pour l’agriculture, il modifie l’environnement et supprime ainsi des milieux de vie de nombreux animaux. Lorsque l’homme rejette dans des fleuves ou des rivières, des eaux dont la température est supérieure à celle du milieu, il modifie les conditions de vie et influence ainsi les peuplements

Son influence peut-être aussi directe lorsqu’il prélève des animaux, par la chasse et la pêche non contrôlées. Il modifie également l’équilibre d’un écosystème en introduisant de nouvelles espèces, par exemple le loup dans les Alpes.

L’homme a une influence indirecte sur le peuplement d’un milieu

Par ses choix de politiques d’urbanisation et d’environnement, l’homme influe indirectement sur le peuplement des milieux.

Lors des grands travaux des voies de communication, autoroutes, TGV, l’homme modifie des milieux de vie et ainsi influence indirectement sur les peuplements des milieux.

L’homme en polluant, modifie localement le peuplement des milieux, pollution par rejet des usines dans les fleuves et rivières, pollution par l’emploi de pesticides et d’engrais, pollution urbaine. L’apis millifera en est un bon exemple, elle tend à disparaître suite à l’utilisation des pesticides en agriculture.

L’homme doit maîtriser de plus en plus ses besoins, modifier son comportement et ses habitudes de consommateur et de producteur afin de préserver l’équilibre des écosystèmes et assurer à ses enfants des ressources suffisantes. C’est le défit du développement durable, le défit du troisième millénaire !!!

Pour aller plus loin

Quel climat pour demain ? Jeudi, 15 février 2007

Exposition posters conçue pour les collèges, médiathèques…

Qu’est-ce que le climat ? Qu’est-ce que l’effet de serre ? Les activités humaines le modifient ? Est-ce bien sûr ? A-t-il déjà varié ? Peut-on prévoir le climat de demain ? Il va changer, que va-t-il se passer ? Saurons-nous nous adapter ? Qui produit des gaz à effet de serre, combien et en faisant quoi ?

Le risque climatique est un risque majeur et nous avons voulu apporter à ces questions des réponses aussi précises que possible, s’appuyant sur l’état des connaissances que l’on a aujourd’hui des liens entre consommation d’énergies fossiles, effet de serre et changement climatique.

L’évolution climatique demande des recherches, des observations, des mesures, des calculs, et beaucoup d’imagination, … nous espérons que cette exposition donnera envie de s’en occuper !

le site : http://climatdemain.ipsl.jussieu.fr/

Séismes et Paysages Mercredi, 7 février 2007

Les séismes ou tremblements de terre sont des manifestations brutales et brèves de l’activité du globe terrestre. Ils affectent la surface de la terre, et sont parfois destructeurs et meurtriers. Ils ont modifié et modifieront encore les paysages. Les séismes sont des aléas qu’on ne peut prévoir. A défaut de pouvoir les prédire, l’homme doit faire de la prévention aux populations afin qu’elles connaissent les gestes qui sauvent.

A l’origine d’un séisme des mouvements responsables de la création des failles

Un séisme est provoqué par la rupture brutale d’une faille suite au déplacement brusque de deux blocs rigides l’un par rapport à l’autre. En profondeur, des forces exercées en permanence sur les roches peuvent les déformer. Lorsque l’énergie emmagasinée par les roches est trop importante, il y a rupture. Le phénomène de rupture brutale est le tremblement de terre. La rupture des roches entraîne la formation d’une faille.
Lorsqu’une faille existe, les terrains situés de part et d’autre de cette faille, sont susceptibles d’être de nouveau remis en mouvement par des séismes.

Les failles sont ainsi dues à des mouvements brusques, conséquences du rapprochement ou de l’écartement de masses rocheuses. Elles peuvent entraîner des déplacements et des décalages des blocs situés de part et d’autre de la rupture.

Forces de compression : forces qui tendent à diminuer les distances entre deux masses rocheuses.

Forces d’extension : forces qui tendent à augmenter les distances entre deux masses rocheuses.

De la rupture de faille aux tremblements de terre :

Les roches soumises à des mouvements d’écartement (force d’extension) ou des mouvements de rapprochement (force de compression), finissent par céder. L’énergie libérée lors de la rupture de faille qui en résulte, engendre des vibrations qui se propagent à partir du foyer, sous forme d’ondes sismiques.
A la surface de la terre, ces ondes sismiques peuvent provoquer des vibrations du sol et des destructions. La zone la plus touchée par ces destructions est l’épicentre. Elle se situe à la perpendiculaire du foyer.

En surface, le passage des ondes sismiques peut être enregistré par des sismographes. Les sismogrammes obtenus montrent que ces ondes se déplacent à une vitesse de quelques Km/s. L’analyse et la comparaison des sismogrammes d’un même séisme permet de déterminer avec précision, la position du foyer et la magnitude du séisme. Il ne faut pas confondre magnitude et intensité :
L’intensité d’un séisme est estimée à partir des effets produits en surface, l’échelle utilisée est l’échelle MSK, du nom de trois sismologues.
La magnitude évalue l’énergie libérée au foyer du séisme. Elle dépend de la longueur de la faille activée et de l’importance du déplacement le long de la faille.

Les séismes ne sont pas répartis au hasard, prévention des séismes

La répartition des séismes à la surface du globe n’est pas due au hasard, il existe de vastes zones sans séismes et d’autres où la sismicité est importante. Cette répartition suit les limites des plaques tectoniques.
Les séismes dus à des mouvements de rapprochement (force de compression) sont localisés le long des fosses océaniques et dans les zones des chaînes de montagnes.
Les séismes associés à des mouvements d’écartement (force d’extension) sont localisés sur les dorsales océaniques. L’étude historique des séismes a permis de dresser une carte mondiale des zones à risques. Malgré les moyens modernes de mesure, satellites et capteurs, il est très difficile de prévoir un séisme. Ainsi la prévention dans ces zones à forte probabilité sismiques est importante, elle permet d’enseigner aux populations les gestes qui sauvent. De plus le Plan d’exposition aux Risques Naturels majeurs impose des règles de construction parasismique à toute nouvelle construction. (P.E.R).

Vidéo prévention

Plus d’informations

La colonisation d’un milieu par les végétaux Dimanche, 21 janvier 2007

En ce 21 janvier, il fait 18 °C, mes tulipes sortent !!! alors une question :
Comment les végétaux colonisent-ils le milieu ?

Dans notre environnement, nombreux sont les endroits colonisés par les végétaux. Les végétaux se sont installés dans les milieux terrestres, aériens mais aussi aquatiques. La colonisation du milieu par les végétaux est assurée par la reproduction sexuée pour certains, et la reproduction végétative pour d’autres.

La colonisation d’un milieu par des graines

Les plantes à fleurs produisent des graines, ces graines proviennent de la transformation des ovules contenus dans le pistil de la fleur. Cette transformation nécessite la fécondation des ovules par les éléments contenus dans le pollen. Ces éléments sont contenus sur les étamines des fleurs. Le pollen est déposé sur le pistil par le vent et les insectes, c’est la pollinisation.

Les ovules sont les éléments femelles, le pollen contient les éléments mâles. Ainsi les graines sont des formes de dispersion produites par reproduction sexuée.

Chaque graine contient une plantule qui se développera au cours de la germination pour donner une nouvelle plante, lorsque les conditions seront favorables.

La colonisation d’un milieu par des spores

Les fougères et les mousses sont des plantes à sporanges et sporogones. Elles produisent de nombreuses spores dispersées par le vent. Lorsqu’elles trouveront des conditions favorables, elles germeront en de petites lames vertes qui donneront de nouvelles fougères et de nouvelles mousses qui coloniseront le milieu.

Les mousses et les fougères, colonisent le milieu grâce à la reproduction sexuée.

La colonisation d’un milieu par la reproduction végétative

Certains végétaux peuplent le milieu sans utiliser de fleurs ni de spores. De nouvelles plantes peuvent se former à partir de la plante mère, c’est une reproduction végétative. Elle permet de coloniser un milieu rapidement à partir de quelques individus.

Cette reproduction est assurée par

  • le stolon : c’est le cas du fraisier,
  • des rhizomes, par exemple la cannes de Provence, les fougères,
  • par des feuilles qui bourgeonnent, par exemple : les lentilles d’eau,
  • mais aussi par les bulbes : jonquille, amaryllis par exemple.

 

 Plus d’infos

pour vos voeux, faites un clic pour la planète… Samedi, 6 janvier 2007

C’est le moment de l’année, je viens de recevoir une carte de voeux d’un ami, si si ça m’arrive… lol.
C’est tellement rare que j’en fais un billet !!!

Non sans blague, je vous en parle, c’est à l’initiative d’Arthus Bertrand, que je ne vous présente pas…

Pour chaque carte de voeux envoyée, 0,10 d’euros est reversé à Good planet.org, par la même occasion je vous fais découvrir ce site… pour la promotion du Développement Durable.
Qu’en pensez-vous ?

à suivre,
Merci Pierre…

voir la carte reçue