La science explique-t-elle ou décrit-elle la réalité?

 Galilée et une expérience de pensée contre l’observation et les lois d’Aristote.

On peut expliquer le réel par l’impossible,voilà le principe de Galilée!

Donc on peut avoir raison contre les faits, livrés avec une interprétation fausse!

 

Réalisme scientifique et métaphysique

Anti-réalisme                                            Instrumentalisme

                                                                   ( pragmatisme)

                                                            Théorie de William James  

                                                                         (1842/1910)   

Les énoncés scientifiques portent sur les entités existant réellement dans le monde indépendamment de l’activité scientifique

Les énoncés scientifiques portent sur notre représentation. Le monde extérieur pour nous n’a pas d’existence autonome ou nous échappe

Les énoncés scientifiques portent sur les entités existant réellement dans le monde indépendamment de l’activité scientifique. ( L’idée de vérité,  « j’ai essayé de réfuter l’accusation calomnieuse d’après laquelle nous nions l’existence réelle »)

Objectivité forte

Objectivité faible

 

Vérité : adéquation de l’intellect à la chose

 Vérité : adéquation de la chose à l’intellect

Vérité « technique »  ou pragmatique ( « qui est le propre de toute théorie permettant de faire des inventions ou de prévoir l’avenir » ; « la vérité technique est une affaire de degré : une théorie est d’autant plus vraie qu’elle donne naissance à un plus grand nb d’inventions utiles » ) selon Russell

 

Critère :  le succès, les conséquences pratiques

Ex : le déterminisme est « une théorie générale de l’univers » ( Russell)

 

Ex : le déterminisme est « une maxime pratique »

Théorie reflet

Théorie outil

Théorie instrument

La science explique :

donne la cause qui se trouve dans le réel

La science décrit :

se donne les moyens de rendre raison des apparences sans pour cela prétendre que le réel se comporte comme il est décrit.

Einstein : « la science décrit la réalité. Or nous ne savons pas ce qu’est la réalité »

Théorie de l’univers comme une montre fermée

La science peut saisir par leur effet , les propriétés de la réalité.

Le savant découvre

Le chercheur invente

Le scientifique permet d’agir

 

Théorie du non miracle de Putnam ( 1926-   )

Science contemplative

Si « les pionniers de la science […] tout en utilisant une méthode nouvelle pour chercher la vérité continuaient à se faire de la vérité elle-même une idée aussi absolue que leur adversaire théologiens », désormais la vérité garde un caractère provisoire augmentant en exactitude

Science pratique

Risques

– « philosophie des ingénieurs »  -confondre science et technique

« la « connaissance » cesse d’être un miroir mental de l’univers pour devenir un simple instrument à manipuler la matière » Bertrand Russell , Science et religion, 1935 ( critique de W. James )

« La science, qui a commencé comme la poursuite de la vérité, est en train de devenir incompatible avec la véracité, puisque la véracité complète tend de plus en plus à rendre complet le scepticisme. Quand la science est considérée de façon contemplative, et non pas pratique, nous découvrons que ce que nous croyons, nous le croyons en vertu d’une foi animale, et ce sont seulement nos incroyances qui sont dues à la science. Quand, en revanche, la science est considérée comme une technique pour la transformation de nous-mêmes et de notre environnement, on trouve qu’elle nous donne un pouvoir tout à fait indépendant de sa validité métaphysique. Mais nous ne pouvons exercer ce pouvoir qu’en cessant de nous poser des questions métaphysiques à propos de la nature de la réalité. Néanmoins ces questions constituent la preuve d’une attitude aimante à l’égard du monde. Par conséquent, c’est seulement dans la mesure où nous renonçons au monde en tant qu’amoureux de lui que nous pouvons le conquérir comme ses techniciens. Mais cette division dans l’âme est fatale à ce qu’il y a de meilleur en l’homme. »

 » La science, comme son nom l’implique, est en premier lieu une connaissance ; par convention elle est une connaissance d’une certaine espèce, à savoir l’espèce qui cherche des lois générales connectant un certain nombre de faits particuliers. Graduellement, cependant, l’aspect de la science comme connaissance est repoussé à l’arrière-plan par l’aspect de la science comme pouvoir de manipuler la nature. C’est parce que la science nous donne ce pouvoir de manipuler la nature qu’elle a plus d’importance sociale que l’art. La science en tant que poursuite de la vérité est l’égale, mais non la supérieure, de l’art. La science comme technique, bien qu’elle puisse avoir une valeur intrinsèque réduite, a une importance pratique à laquelle l’art ne peut aspirer. »
Russell, The Scientific Outlook

Laisser un commentaire