Résumé mémoire de maîtrise – 2 novembre 1995.

HOIBIAN Guillaume – Le patronage Saint-Pierre-Saint-Paul d’Ivry-sur-Seine et l’Oeuvre de la Jeunesse de Charenton (1918 – 1939). Maîtrise Paris-1 [C.Andrieu, A.Prost], 1995, 230 p.

Ce mémoire a été déposé à la bibliothèque du CRHMSS, aux Archives départementales du Val-de-Marne, aux archives municipales d’Ivry-sur-Seine et de Charenton, aux Archives Historiques de l’archevêché de Paris.

———————————————————————-

Pour télécharger le mémoire, cliquez sur le lien ci-dessous :

memoire-maitrise-le-patronage-saint-pierre-saint-paul-divry-et-lojc-de-charenton

————————————————————————

Les paroisses catholiques Saint-Pierre de Charenton et Saint-Pierre-Saint-Paul d’Ivry-sur-Seine ont, dès la fin du XIXe siècle mis en place des oeuvres de jeunesse qui se développeront durant tout l’entre-deux-guerres. Celles-ci seront parmi les plus importantes organisations de jeunesse des deux communes. L’étude comparative du patronage de la paroisse d’Ivry-Centre et de l’Oeuvre de Jeunesse de Charenton a permis de mettre à jour la spécificité de l’apostolat auprès de la jeunesse d’une commune ouvrière et celui s’adressant à des jeunes d’une commune dominée par la petite bourgeoisie.

L’influence du milieu sur les formes d’organisation, les buts et les activités, est réelle. A Charenton, la majorité des membres de l’OJC ont plus de quatorze ans. Ce sont principalement des jeunes scolarisés. Le poids des adultes (« Le Cercle des Anciens ») est tout aussi déterminant et révélateur d’une paroisse où la vie religieuse est peu affectée par la déchristianisation grandissante des milieux ouvriers.

A l’inverse, à Ivry, les difficultés rencontrées pour retenir les jeunes apprentis et ouvriers font que le patronage reste une organisation regroupant pour l’essentiel des enfants de 7 à 14 ans. Rares sont les plus âgés continuant à suivre ses activités. La population encadrée n’est donc pas la même et cela influe bien évidemment sur les activités, les finalités des oeuvres de jeunesse.

Certes les missions restent les mêmes. Il s’agit dans les deux oeuvres de chercher à maintenir le maximum de jeunes dans l’orbite paroissial et ainsi à les amener à demeurer pratiquants.

La formation des jeunes catholique est l’un des axes prioritaires de ces oeuvres. Cependant, ces dernières vont à ce sujet connaître une évolution opposée. Alors que l’OJC est dans les années vingt sous l’influence des idéaux du catholicisme social, l’introduction de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne sera un échec. L’Oeuvre de la Jeunesse de Charenton perdra son aspect militant. Le patronage Saint-Pierre-Saint-Paul connaîtra, lui, une évolution inverse. Sclérosé par un climat extrêmement hostile à l’Eglise catholique, l’introduction certes tardive des mouvements de jeunesse (scoutisme, JOC, JEC), dans les années trente, transformera ce patronage en une organisation plus ambitieuse et plus offensive.

Parallèlement, les prêtres, directeurs de ces oeuvres, vont essayer de protéger les jeunes catholiques des influences néfastes du monde extérieur. La grande différence entre les deux oeuvres est la place accordée à Ivry à la socialisation politique des jeunes catholiques. Dans ce fleuron du communisme municipal, le patronage va être l’un des outils pour contrer l’influence des communistes sur la population. Dans les rubriques réservées aux oeuvres de jeunesse, la municipalité, les organisations de jeunesse des « sans-dieu » seront sans cesse dénoncées. Dans cette commune, les catholiques réagirent à l’anticléricalisme virulent par des discours anticommunistes constants. L’objectif est de fournir une argumentation aux enfants pour qu’ils puisent s’affirmer catholiques à l’extérieur des locaux du patronage. La politique de la « main tendue » n’aura que peu d’effet sur ce climat délétère. La dénonciation des idées communistes recouvre donc un aspect beaucoup plus concret à Ivry qu’à Charenton qui reste une commune en marge de la banlieue rouge. L’Oeuvre de la Jeunesse de Charenton dénoncera plus fortement les aspects jugés négatifs de l’évolution de la société française.

Les moyens utilisés pour attirer les jeunes furent nombreux. Une multitude d’activités de toutes sortes a été proposée au sein de ces oeuvres. Bien souvent précurseurs, les catholiques vont proposer des activités sportives, culturelles, ludiques extrêmement variées. Ce qui fera des locaux des oeuvres l’un des foyers d’animation, l’un des lieux de vie les plus dynamiques de ces communes. Ce seront, par exemple, les premiers organismes des deux villes à créer des colonies de vacances. L’étude de ces patronages ne se limite donc pas à leur aspect confessionnel, mais cherche à présenter l’ensemble des facettes de ces organisations. Elle révèle aussi leurs capacités à évoluer et à s’adapter aux demandes des jeunes.