Burning garbage in Conakry: a burning issue / L’incinération des ordures à Conakry: un sujet plus que brûlant

Burning garbage in Conakry / incinération des ordures à Conakry
Burning garbage in Conakry / incinération des ordures à Conakry

 

Every day, many people simply throw their garbage on the floor, or burn it in Conakry. Indeed, burning garbage is a habit for the inhabitants of the city, but is it really a solution to reduce pollution?

Boubacar explains that he throws his garbage in a trash can at home. Each morning his trash is picked up by a young boy. He pays him 1000 GNF (0, 1 euro) for this service.

Boubacar's trash can / poubelle de Boubacar
Boubacar’s trash can / poubelle de Boubacar
Conakry's most commonly used trash cans / types de poubelles utilisées à Conakry
Conakry’s trash cans / poubelles de Conakry

 

According to him, this boy takes the garbage to the “waste dump of Conakry” in Komboss, near Hamdalaye, one of the central neighborhoods of the city. But what are they doing with this garbage? Guess what… it’s burnt!! When the “waste dump of Conakry” is full, they burn garbage to make room. It actually happens everywhere: along the streets, daily, you can see lots of small fires burning garbage.

Garbage fires by the road / ordures qui brûlent dans la rue
Garbage fires by the road / ordures qui brûlent dans la rue

Like Boubacar, a number of people use trash cans at home in Conakry, so the problem is not so much the people as the waste management system. Actually, in Conakry, each district is supposed to manage its waste. Therefore the management of garbage is really fragile.

a garbage truck in Conakry / camion poubelle à Conakry
One of the few garbage trucks in Conakry / l’un des rares camions poubelle à Conakry

People burn their garbage because they just don’t know what to do with it. But they don’t know that burning garbage can cause lots of diseases like lung cancers. For example lots of roadside peddlers breathe the smoke all day long in Niger Market. It’s a real health hazard!

According to Boubacar we don’t have to burn all the garbage because “waste can be reused” he said, (as coyah water bottles, which are reused for oil trade). People think that a big company which could manage national garbage must be created, and they are right, it could be a beginning of development.

To conclude, burning garbage may make the city look less dirty than it is, but it is just a mask, a smokescreen which only hides pollution, and brings more diseases… It is not a solution.

 

Chaque jour, de nombreuses personnes jettent leurs déchets par terre ou les brûlent à Conakry. En effet, brûler les ordures est une habitude des populations de Conakry mais est-ce vraiment une solution pour réduire la pollution ?

Boubacar jette ses déchets dans une poubelle chez lui. Chaque matin, ses déchets sont ramassés par un petit garçon, à qui il donne 1000 GNF (environ 0,1 euro) pour ce service. Selon lui, ses ordures sont envoyées à la « poubelle de Conakry » à Komboss , vers Hamdalaye, un des principaux quartiers de la ville. Mais que font-ils avec ces déchets ? Devinez… Ils les brûlent ! Quand la « poubelle de Conakry » est pleine, ils brûlent les ordures afin de faire de la place. Partout à Conakry d’ailleurs,on peut apercevoir de petits feux brûlant les ordures au bord de la route.

Comme Boubacar, nombre de personnes utilisent des poubelles pour leurs déchets domestiques; le problème n’est donc pas comment les gens gèrent leurs ordures, mais ce qu’il en advient ensuite. En réalité, à Conakry, c’est chaque municipalité qui est chargée du traitement des déchets. La gestion des ordures est donc bien fragile.

Les populations brûlent leurs déchets car elles ne savent pas quoi en faire. Mais elles ne savent pas non plus que brûler les déchets peut causer de nombreuses maladies comme des cancers. Par exemple, au marché Niger, plusieurs vendeurs, assis au bord de la route respirent les fumées de ces tas d’ordures brûlant durant toute une journée. Cela représente donc un vrai risque pour la santé !

Selon Boubacar, nous ne devons pas brûler les ordures parce que «  ça peut être réutilisé », (comme les bouteilles d’eau Coyah, qui sont réutilisées pour la vente d’huile). Les habitants pensent que la ville devrait créer une entreprise nationale qui gèrerait ces déchets et ils ont raison, cela pourrait être le début d’un développement.

Pour conclure, brûler les ordures ne rendra pas la ville moins salle qu’elle ne l’est déjà, ce n’est qu’un masque, un écran de fumée pour cacher la pollution, causant des maladies respiratoires. Ce n’est donc pas une solution.

NGONDI Rosane

2nde 2

6 thoughts on “Burning garbage in Conakry: a burning issue / L’incinération des ordures à Conakry: un sujet plus que brûlant”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *