The mask of Banda / Le masque Banda

On Friday, the 3rd of April 2015 at five o’clock in the afternoon, tenth grade students from LAC observed the Dance of Banda organized by a group of Nalu people from the village of Kabata, which is situated 10 km away from Kamsar.

Griot and villagers, Kabata /Griote et villageois, Kabata
Griot and villagers, Kabata /Griote et villageois, Kabata

The BANDA is a huge mask which is 1,50 meters tall and 2 meters wide. The mask consists of diverse shapes pilled all together, and of a beautiful combination of vibrant colors. The BANDA has three parts: the front which is the mouth of a caiman, the middle which is the horns of antelopes, the end part is a big triangular nose, eyes that pop out of the wood, and finally on its forehead are animalistic looking forms.

DSC_0276

DSC_0266

For the Nalu people of Guinea, the BANDA is a mask that represents perfectly their environment composed of marine and terrestrial faun: snakes, caimans, chameleons, antelopes, and birds. To them these entities symbolize their natural forces (bravery, endurance, adaptation,) and also their supernatural abilities (genies of water, land, and sky).

Formerly, this mask was also used during the circumcision of boys, in which the ritual takes place in the part of the forest that is sacred for the village during several months.

DSC_0277When the initiates come back, a big party is organized by their families; different dances celebrate the passing of these boys into adulthood. The most spectacular one is the dance of the BANDA. The mask is surrounded by a big skirt and lots of straw.

DSC_0270Today the dance of the BANDA has stayed the most extravagant in Nalu country. It is organized by the youth to present a spectacle with singing and music. It’s as if the dancer is posed by the caiman crawling by the river bank, by the snake rustling through the brush, by the bird that flies and dives to catch fish. At certain moments the dancers holds the mask high above his head for the sheer enjoyment of the villagers.

This dance is especially used for marriages, during sowing and harvesting season, and for all other jubilant spectacles.

Marie Yvonne Curtis, Ethno esthetical specialist for the Nalu and Baga

Translated by Jennifer-Anna Temminck

DSC_0291
The musicians and the dancers. This ancestral dance needs to be passed on to the next generations / Les musiciens et les danseurs. Cette danse ancestrale doit être transmise aux générations à venir…

DSC_0289
Many Thanks to the village of Kabata, for this rare moment.We truly hope that the Nalu culture will be protected. / Un grand merci au village de Kabata, pour ce moment exceptionnel. Nous espérons que la culture Nalu sera préservée et transmise aux générations futures.

DSC_0238DSC_0294

Le masque Banda

Vendredi 3 avril 2015 à 17h00, les élèves de 2nd du LAC ont assisté à la Danse du Banda organisé par groupe Nalu du village de Kabata, situé à 10 km de Kamsar.

Le BANDA est un grand masque heaume remarquable par sa taille (1,50 m à 2 m), sa structure faite de différentes formes qui s’imbriquent les unes les autres et par la richesse de ses couleurs choisies par le sculpteur. On distingue 3 compositions : à l’avant une gueule de caïman ouverte et édentée, à l’arrière un ensemble de cornes d’antilope séparées ou reliées et au centre un visage comprenant un grand nez triangulaire, des yeux exorbités et sur le front se trouve généralement soit une figure animalière soit une figure abstraite.

Pour les NALU de Guinée, le Banda est le masque qui représente parfaitement leur environnement naturel composé d’une faune marine et terrestre : serpent, caïman, caméléon, antilope, oiseaux. Pour eux le Banda symbolise les forces que ces entités naturelles peuvent prodiguer (bravoure, adresse, endurance, adaptation) et que des entités surnaturelles (génies de l’eau, de la terre et de l’air) aident à transformer progressivement les corps et les esprits des jeunes en hommes adultes.

Ce grand masque fut jadis utilisé au cours de la circoncision des garçons dont le rituel se déroulait dans une partie de la forêt sacrée du village pendant plus quelques mois.

A la sortie des initiés de leur retraite pour se rendre dans le village, une grande fête était organisée par toutes les familles et diverses danses célébraient le passage des garçons à l’âge adulte. La danse du Banda était la plus spectaculaire. Le masque entouré d’une grande jupe de paille et d’un tissu couvrait le porteur qui s’avançait au milieu des initiés et de la foule réunie sur la place du village

Aujourd’hui, la danse du BANDA est restée la plus spectaculaire des danses masquées dans le pays Nalu. Elle est organisée par des jeunes de villages pour présenter un spectacle accompagné de chants et de musique. Le danseur est comme possédé par la présence du caïman qui avance au bord du marigot, du serpent qui ondule dans la brousse, de l’oiseau vole et plonge pour attraper le poisson. Par moments, le masque porté haut les mains, tourne et virevolte comme une toupie à la grande joie des villageois.

Il est dansé lors des mariages, semailles, moissons et tous autres spectacles de réjouissances.

Marie Yvonne Curtis,

Spécialiste en Ethno Esthétique Nalu et Baga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *