Do you smoke fish? / Savez vous fumer le poisson?

16:30 am near the Palais des Nations in Conakry. The crowd begins to rise at the port of Boulbinet. The fishermen go to sea, women wait for the men’s arrival to buy fish and resell. And like all mornings, Anatou awaits the return of her husband who is a fisherman.

9:30 we meet Anatou a woman of 39 who smokes fish in the port of Boulbinet. The fish is caught by her husband.

She explains that she gets up early in the morning and works about 11 hours a day from 6:00 am to finish the day at 17h-17h30.

Her job is to to empty the inside of the fish and then cook them over a smoking oven. This method is considered the most effective method of conversation. 90 perrcent of smoking activities are carried out by women.

13If the fishing is good she will earn between 600, 000 and 700,000 GNF by selling a dozen. With the money she earns Anatou educates and nourishes her family. “In Guinea the woman is in charge of feeding everyone”.

In the end ,her personnal income to only 30 000 GNF per day. Miserable wages…

By Alix Verpy, Iris Ebrard and Abib Thiam. Pictures: Iris Ebrard

 

126h30 du matin à proximité du Palais des Nations à Conakry. La foule commence à se lever au port de Boulbinet. Les pêcheurs prennent la mer, les femmes achètent les poissons et les revendent. Et comme tous les matins Anatou attend le retour de son mari.

9h30 nous rencontrons Anatou une femme de 39 ans fumeuse de poisson au port de Boulbinet. Elle nous explique qu’elle se lève tôt le matin et travaille environ 11h par jour à partir de 6h00 pour terminer sa journée à 17h-17h30. Son travail consiste à vider l’intérieur du poisson puis à les faire cuire avec un four à fumage. Cette méthode est considéré comme étant la méthode de conversation la plus efficace. 90% des activités de fumage sont réalisées par des femmes. Le poisson qu’elle fume est pêché par son mari. Si la pêche est bonne elle gagnera entre 60 et 70 000 francs guinéens en vendant à la douzaine de Bongas, un poisson consommé régulièrement par les guinéens. Avec l’argent qu’elle gagne elle scolarise ses trois enfants et nourrit sa famille. « En guinée la femme se charge de nourrir de tout le monde ». Au final, son revenu personnel s’élève à 15 000 ou 30 000 francs guinéens par jour. Un salaire misérable…

Par Alix Verpy, Iris Ebrard et Abib Thiam. Photos: Iris Ebrard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *