Promenons nous dans les bois / Take a walk on the (almost) wild side …

Take a walk on the nearly wild side
Take a walk on the wild side… (Or maybe not so wild).

Bien loin des odeurs nauséabondes, des rayons de Soleil brûlant, des embouteillages et des klaxons  de Conakry, en ce Mardi 16 Avril 2016 nous nous retrouvons dans ce lieu  paradisiaque, ombragé  et frais. Laissez nous vous emporter dans  notre petit monde verdoyant. Ici le silence est rompu par le chant des oiseaux et le souffle du vent dans les branches de pins gigantesques. Nous vous proposons un voyage dans le temps pour  comprendre l’histoire de ce ‘’jardin’’ .

2

En 1906, le botaniste  Auguste Chevalier est accueilli  par l’Almamy  de Dalaba Thierno Oumar Djogo Bah. L’hôte des lieux va lui donner des terres et lui permet  de  s’installer  à Dalaba .Le botaniste tente d’acclimater des arbres originaires d’autres continents dans son jardin. 110 ans plus tard, il s’appellera Le Jardin  Chevalier .

A sa création, il avait un caractère expérimental, l’homme à la main verte y testait différentes espèces d’arbres tels que les pins, les caféiers, les théiers, l’eucalyptus, le cannelier, le café, le pommier sauvage, le benjoin…..   Chevalier rentre en France, à la fin de la deuxième  guerre mondiale, il retourne en Guinée et retrouve à la place de son jardin une forêt, les arbres étaient devenus énormes. C’est ainsi que cette forêt voit le jour.

Chinese bamboo / Bambou de Chine
Chinese bamboo / Bambou de Chine

En compagnie de monsieur  Djouma Barry, qui est aussi un jardinier, nous explorons cette foret devenue aujourd’hui une foret sauvage et presque abandonnée car l’entretien se fait rare.  Certaines variétés de pins comme le Pinus Mercus survivent mais n’arrive pas à se reproduire car elles n’ont pas réussi à s’acclimater et donc elles sont en voie  de disparition.  M. Barry notre très cher guide témoigne que la foret est très menacée par les feux de brousses qui sont parfois provoqués par des malfaiteurs qui s’amusent aussi à couper les arbres  afin de les revendre pour la production d’allumette, de meubles… ou encore pour décourager les efforts nobles des personnes qui font de leur mieux pour prendre soins de la forêt .

Djouma Barry, pépiniériste, guide, apiculteur, protecteur du Fouta / Mr. Djouma Barry, a nursery man, honey producer, guide and protector of Fouta Djallon
Djouma Barry, pépiniériste, guide, apiculteur, protecteur du Fouta / Mr. Djouma Barry, a nursery man, honey producer, guide and protector of Fouta Djallon

 

Par Maïmouna Diallo, Hassatou Diallo et Oumou Drame

Take a walk on the (almost) wild side…

Far from the smells, the traffic jams and the horns of Conakry, away from the rays of ardent sunshine, On April 16 2016, we found ousrselves walking in a heavenly, cool and shadowy place.

Let us take you to our little green world… In 1906, the botanist Auguste Chevallier was welcomed by the Almamy of Dalaba, Thierno Oumar Djogo Bah; The host gave him lands and allowed him to settle down in dalaba. At the beginning, the garden had an experimental character. The man with a green thumb tested various sorts of trees, such as pines, coffee trees, tea plants, eucalyptus, cinnamon, crab apple, benjoin… Chevallier returned to France, but at the end of world war 2 he came back to Guinea to his garden. Today, it is going back to nature, some species have thrived whereas some are disappearing… The garden has become a part of Dalaba’s patrimony now.

By Hassatou Diallo, Maimouna Diallo and Oumou Dramé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *