Le centre Konkoure, un centre à sauver !

Au centre Konkouré, chaque élève choisit la section de son choix: mécanique, couture, réparation de machines à coudre ou layette. En plus de cette spécialisation tous les élèves devront obligatoirement faire 2 heures d’alphabétisation chaque jour.

Nous commençons la visite par l’atelier de réparations de machines à coudre. Le professeur explique comment il organise son cours tous les jours. Il crée une panne sur une des machines et la passe à un élève qui doit trouver la cause de la panne et la réparer; lorsque l’élève a réparé la machine il doit créer une panne et la passer à son camarade. Cette méthode de travail est originale et inventive, la machine passe entre les mains de tous les élèves jusqu’à ce que chacun ait réparé et créé une panne.

On passe ensuite à l’atelier de couture, à notre arrivée les élèves sont en train de  faire de la pratique et coudre des bazins, des pagnes etc. La classe est composée uniquement de femmes sauf un jeune garçon du nom de  Yaya qui nous présente plus tard tous les outils utilisés par les couturiers. Une élève appelée  Fatoumata nous présente les différents types de tissus et les différentes coupes sur les habits. Elle nous montre  toutes les mesures à prendre pour fabriquer un habit.

Nous arrivons ensuite dans la classe d’alphabétisation,  on rencontre la professeur d’alphabétisation. Elle nous explique que généralement les handicapés ne sont pas envoyés à l’école à la place on leur fait garder la maison. Les élèves n’ont donc pas tous le même niveau, certains n’ont aucunes notions. Dans ce cours les élèves n’apprennent pas juste à lire et à écrire mais aussi l’histoire, la Géographie, le développement durable et les mathématiques. Les mathématiques leur permettront de faire « la petite comptabilité », d’être autonomes dans leur travail en connaissant les bases des mathématiques commerciales (calculer les bénéfices et les coûts). Elle nous explique que mis à part la formation pratique que le centre délivre aux handicapés, ils apprennent aussi à s’ouvrir au monde. Chaque vendredi les 2éme années en mécanique partent en stage chez des professionnels, certains font même du théâtre tout cela leur permet de mieux répondre à la partie sociale de leurs futurs métiers, et les amène à prendre davantage de confiance en eux.

Dans l’atelier de layette, l’instituteur explique que les premières années apprennent à tricoter avec les aiguilles et certaines élèves douées commencent le crochet en 1ére années alors que les autres commencent en 2éme année.

Elle nous explique que dans le Fouta comme il fait froid les petits pulls pour bébé ont beaucoup de succès.

Pour finir on entre dans l’atelier de mécanique, dans cet atelier les première années s’occupent des vélos et s’entraînent à les réparer tandis que les deuxième années réparent des moteurs de motos ou d’autres moteurs d’engins à deux roues. En mécanique le professeur crée une panne sur les moteurs ou les vélos et le donne à ses élèves.

Dans le centre Konkouré la formation dure 2 ans. Ensuite, certains élèves ouvrent directement leur atelier, certains s’associent, d’autres sont embauchés là où ils faisaient leur stage. Les seules conditions pour entre au centre sont :

– vivre dans les alentours de Mamou  (en général les élèves se font héberger par des membres de la famille).

– Verser une petite somme symbolique de 20 000 GNF (environ 2 euros) au centre au moment de l’inscription.

Interview de Mohamed Diallo, un élève du centre :

falaye 2

Sekou : « Quel âge as-tu ? »

Mohamed Diallo : « Je suis âgé de 28 ans »

Sekou : « En quel année es-tu  et quel spécialisation as-tu choisie? »

Mohamed Diallo : «  Je suis en mécanique et je suis en première année »

Sekou : « Quel est la cause de ton handicap? »

Mohamed Diallo : « Quand j’étais petit un médecin m’a mal piqué après qu’un serpent m’a mordu »

Sekou : «  Où résides-tu? »

Mohamed Diallo : « Chez mon oncle »

Sekou : «  Quels sont tes futurs projets? »

Mohamed Diallo : «  Après mon diplôme je veux ouvrir un garage avec les camarades de ma promotion où on pourra arranger des vélos, des motos et des machines à coudre.»

Le centre Konkouré est actuellement menacé, le centre est menacé de se faire éjecter de leurs locaux à cause de problèmes de financement. Ils doivent pourtant investir dans de nouveaux locaux pour ne pas se retrouver à la rue et continuer leur œuvre utile. Le centre a besoin de dons et de mécènes généreux. Vous pouvez soutenir le centre sur leur page Facebook:

facebook centre Konkouré

 

Par Maxime Dakeyo, Sekou Camara, Ronan Louessard et Falaye Keita

Photos: Calissa Roustel