Entre patrimoine et biodiversité : une 1/2 journée sur l’île tristan.

  Approche patrimoniale de l’île Tristan.

Le parc marin d’Iroise appartient à l’Agence des aires marines protégées , et l’île Tristan fait partie du conservatoire de l’espace littoral.. Bien que le siège du Parc soit au Conquet, l’antenne sud du Parc est installée à Douarnenez sur l’île Tristan, site du Conservatoire du littoral.

 

  • L’ intrigante île Tristan…

Visite guidée par les élèves :

Présentation de la visite

Présentation de la visite

  1. Départ vers l’île :   » Pour aller sur l’île Tristan, on y va en bateau ou à pied uniquement à marée basse par fort coefficient, et puis avec un guide c’est mieux ! Thyphaine sera notre guide et conteuse.

 

Traversée du chenal en prame.

Traversée du chenal en prame.

       2. Y a t-il des habitants sur l’île ?

 » Il y a plusieurs habitants:  kouign amann et  Caramel  qui sont 2 boeufs, le gardien nous les a présentés ils ne sont pas toujours commodes. Et puis des moutons noirs comme ceux de Ouessant . Et…des korrigans, enfin,  d’après les légendes ! « 

 

Le gardien de l'île accueille le groupe.

Le gardien de l’île accueille le groupe.

 

kouign amann et caramel

kouign amann et caramel

Et puis les pirates aujourd’hui disparus mais les récits les évoquent .

Le récit de Mahé :

Les occupants de l'île au cours de l'histoire.

Les occupants de l’île au cours de l’histoire.

 

  1. Les constructions sur l’île.

l’ancienne usine ( dessin de jules)

Croquis de la conserverie

Croquis de la conserverie

le fort

Le fort et quelques ruines

Le fort et quelques ruines

Le menhir à korrigans.

Le tombeau de la famille Richepin.

Le phare.

la statue   » femme sardine » par Malvina.

Pourquoi une femme sardine ?

Pourquoi une femme sardine ?

dessin de la femme sardine

dessin de la femme sardine

 

 

 A l’école de la biodiversité sur l’île Tristan. 

Louise raconte la diversité de la flore  :  » Nous avons observé des plantes spéciales qui poussent naturellement sur l’île, elles résistent au vent et au sel des embruns de la mer. Ensuite nous avons découvert le jardin de Mme Richepin, entouré de murs avec un petit chemin, un banc. Dans ce jardin, il y a des plantes exotiques, venant de différents pays du monde entier….Ces plantes exotiques poussent bien là, car encadrés de murs, elles sont protégées du vent et des embruns. « 

 

  • Biodiversité naturelle :une végétation de lande soumise au vent dominant et embrun

Ajonc,  Genêt, Bruyère,  Fougère et quelques arbustes occupent un espace de Lande naturelle au nord de l’île.

On trouve Les bruyères , les genêts et les ajoncs dominent largement les peuplements. Quelques saules nains et aubépines poussent à l'abri de la lande buissonnante.

On trouve Les bruyères , les genêts et les ajoncs qui dominent largement les peuplements. Quelques saules nains et aubépines poussent à l’abri de la lande buissonnante.

Et puis de belles couleurs

Le rouge du Cynorrhodon

Baie rouge d'églantier .

Baie rouge d’églantier .

Les baies de diverses variétés de rosier sauvage étaient consommées par de nombreuses peuplades amérindiennes. Elles étaient considérées comme un excellent aliment de survie dans la mesure où elles restent accrochées au plant tout l’hiver. Ici on la consomme pour sa richesse en Vitamine C.

 Le mauve de la solanacée.

On l'appelle aussi Pétunia violet.

On l’appelle aussi Pétunia violet.

 

  • Biodiversité exotique.

un microclimat au coeur de l’île.

Le jardin de Cora

 Myrte du chili .

Myrte du chili . Le Myrte chequen est un arbuste persistant à port érigé et devient même un petit arbre en conditions idéales. Sous climat doux, le Myrte du chili se montre décoratif par son aspect naturel et méditerranéen et son splendide feuillage coloré . Et en bord de mer d'Iroise il s’ y adaptera très bien.

Un énorme tronc pour l’espèce Myrte ! Il faut croire qu’il apprécie le microclimat de l’île

Le Myrte chequen est un arbuste persistant à port érigé et devient même un petit arbre en conditions idéales. Sous climat doux, le Myrte du chili se montre décoratif par son aspect naturel et méditerranéen et son splendide feuillage coloré . Et en bord de mer d’Iroise il s’ y  adaptera très bien.

 Araucaria ou désespoir des singes.

C'est un conifère qui a souvent fait le voyage dans les bateaux de retour d'Amérique du sud.

C’est un conifère qui a souvent fait le voyage dans les bateaux de retour d’Amérique du sud.

Ce très beau conifère à port ouvert, étalé, a une écorce grise, ridée comme une peau d’éléphant. Les feuilles brillantes, vert sombre, aplaties et pointues, piquantes, sont la raison de son nom français : désespoir des singes. 

La forêt de Bambou, une véritable bambouseraie

Le bambou en  pousses denses assombries le lieu et pourtant un feuillage vert lumineux .

Le bambou en pousses denses assombries le lieu et pourtant un feuillage vert lumineux .

  Le bambou appartient à la famille des grandes herbes , les Graminées. Il est caractérisé par une tige formée d’un chaume creux . Sa croissance est très rapide. Les bambous se sont adaptés à de nombreux climats tropicaux  et tempérés , comme ici sur l’île.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une belle leçon sur la biodiversité et la nécessité de la protéger par Mickaël Buanic du parc marin d’Iroise.

 

Un espace riche en espèces.

 

 » La mer d’Iroise est composée de multiples habitats qui hébergent de nombreuses espèces végétales et animales. On peut citer la présence de grands champs d’algues qui constituent un habitat équilibrant pour de nombreuses espèces qui s’y reproduisent. Le littoral est une foisonnante source de nourriture , des relations alimentaires s’établissent entre espèces : des plus petites comme le plancton aux plus grosses comme les mammifères marins.
La gestion et la protection de ces milieux représentent un des objectifs majeurs du Parc naturel marin d’Iroise. Le bon état de conservation de l’Iroise garantit également la sauvegarde des ressources économiques qui y sont liées. »
Mickaël Buanic.

 

Les élèves ont élaboré en atelier des fichiers illustrant la richesse du vivant en mer d’Iroise.

Regardez bien ! Toutes ces espèces sont bien présentes en Iroise .

  • Une forêt sous-marine .

Champ d’algues brunes Par Léna , Louise et Laurine .

  • Du microscopique dans l’océan. 

le phytoplancton Par Philippe

le zooplancton Par Quentin.

  • Les plus grands d’ Iroise.

les grands mammifères Par Malvina, Maïa et Loua.

le suivi des dauphins  Par Ludivine et Alyssa

  • Les plus majestueux. Par Chloé, Elsa et Maéva

Les oiseaux marins

  • Un oiseau surprenant

Le fou de bassan par Mahé et Tristan

le fou de bassan par Adrien et Jules

 

Un patrimoine qu’il faut protéger.

 

« Ce patrimoine remarquable subit des modifications liées aux changements globaux qui affectent l’ensemble des océans. L’Iroise est un espace où s’exercent des interactions permanentes entre l’océan et le littoral et les pressions humaines liées aux nombreuses activités professionnelles et récréatives ont un impact considérable sur l’environnement marin. « 

« La gestion et la protection de ce patrimoine naturel remarquable nécessitent une approche intégrée de ce territoire pour maintenir en bon état de conservation les habitats et garantir les potentialités d’accueil des espèces, tout en favorisant le développement économique durable.  » Mickaël Buanic

 

  • Des pollutions dangereuses. Par Klerwi

la pollution en Iroise

  • Des activités à maîtriser. Par Gaétan et Gwenvael

(fichier non achevé.)