Illusions Perdues, le film

Nous avons vu au cinéma Les Illusions perdues, adaptation du roman d’Honoré de Balzac.

C’est l’histoire d’un jeune poète provincial, évoluant dans la société parisienne durant la Restauration au XIXème siècle qui découvre les rouages du journalisme populaire parisien. On suit le périple et l’évolution de Lucien de Rubempré.

Ce film dure 2h48, ce qui est relativement long. Certains pourraient le trouver ennuyeux car l’histoire prend du temps à se mettre en place.

En tant que spectateurs, on est cependant plongés dans le film; on ressent les changements radicaux des émotions éprouvés par les personnages qui passent de la joie à la tristesse très soudainement.

En somme, ce film  est malgré tout intéressant et assez révélateur du vrai visage de la société contemporaine qui est restée plus ou moins inchangée durant ces deux derniers siècles en particulier. En effet ce film traite d’un sujet actuel : le capitalisme. Il met la lumière sur  une nature humaine foncièrement attirée par l’argent, la renommée et le pouvoir que cela apporte . Encore aujourd’hui, beaucoup serait capable de trahir leurs amis pour une coquette somme.

On retrouve aussi dans le personnage du jeune poète, l’étudiant naïf qui se retrouve jeté dans le monde cruel et sans pitié du travail. Il arrive en imaginant pouvoir publier sa poésie et faire connaitre son art mais il comprend vite que ce n’est pas ce que les gens attendent de lui. Tant qu’ils ne peuvent en tirer du profit , les hommes ne portent aucun intérêt aux choses, comme l’art qu’ils trouvent superficiel.

Ce film vous fera réfléchir et passer un bon moment : dépêchez-vous, il est encore à l’affiche au cinéma !

Par la « Critique Triangulaire »

 

Un commentaire

  1. Bien que je n’aie pas apprécié le film, j’ai trouvé votre article intéressant, merci.

    Je lis tous les articles du journal depuis le début de l’année ; je les trouve toujours bien écrits et j’apprends beaucoup de choses.

    Félicitations à toute l’équipe de rédaction et aux adultes qui l’encadrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *