18 Nov
2010

Sexion d’assaut, un groupe homophobe ?

En juin 2010, un membre du groupe Sexion d’assautLefa aurait déclaré au magazine Hip Hop que le groupe est homophobe, qu’il aurait attaqué les homosexuels et que le fait d’être homosexuel est une déviance qui n’est pas tolérable. Malgré cela, ces propos sont démentis 3 mois plus tard par Adams (un membre du groupe) sur son propre compte Twitter :

sexion d'assaut

« La journaliste qui a interviewé  Sexion d’assaut a la haine contre ce groupe tout simplement. C’est complètement faux, cette interview a été modifiée et les paroles de la Sexion d’assaut ont été mal rapportées. »

Cependant, la journaliste qui a été accusée d’avoir mal rapporté l’interview certifie avoir transmis les bandes audio à la maison de disque Sony BMG prouvant sa bonne foi (informations prises sur wikipédia).

Lefa

A la suite de cette polémique, fin septembre et début octobre 2010, plusieurs villes françaises (dont Clermont-Ferrand et Saint-Etienne) ont annulé les spectacles de Sexion d’assaut.

Afin de faire diminuer la polémique, les membres du groupe ont rencontré des associations pour les droits des homosexuels et ont affirmé avoir pris conscience de la gravité des propos de Lefa.

Comme si cela ne suffisait pas, Doumam’s va être jugé le 10 novembre 2010 pour violence conjugale. Sa femme en état de choc a appelé la police et a déclaré avoir été frappée violemmment.

St-Etienne, la ville, le producteur du concert (C’Kel Prod ?), le producteur du groupe et différentes associations contre la discrimination des homosexuels ont essayé de se mettre d’accord pour que le concert ait lieu mais sous certaines conditions. Sexion d’assaut a refusé et le concert n’a pas eu lieu.

Sources :

Le fil.com annulation du concert de sexion d’assaut.

Alexis.S

Posté dans Actualités | Aucun Commentaire »

28 Avr
2009

La violence au collège

On dit que l’adolescence est l’âge des excès et des violences…

A l’école la violence est rarement importante. La plupart du temps ce n’est juste que des petits incidents qui se succèdent. En classe parfois, il y a un grand chahut et bien figurez-vous que cela se traduit par de la violence car cela empêche le cours de se dérouler normalement. Souvent une minorité d’élèves veulent jouer les perturbateurs pour se faire remarquer !

Les mots violents :

Certains élèves interpellent leurs camarades en les insultant, trouvant des surnoms liés au physique et au noms de familles etc (ce qui peut profondément blesser).

Le racket :

Au début, les racketteurs commencent par voler un goûter puis ensuite ça sera un objet et pour finir ce sera des choses qui auront de la valeur ou même parfois une somme d’argent.

Le racket est un délit puni par la loi. Ceux qui ont sont victimes ont du mal à en parler, car ils ont peur d’être pris pour des personnes faibles car les racketteurs les ont défendu d’en parler sous la menace

Remarque:

Dans notre collège, les surnoms existent malheureusement, cela provoque parfois des bagarres. Mais cela ne va pas plus loin.

BD

Inès B et Sara B.

D’après le grand livre de toutes les violences (à se procurer au CDI)

Posté dans Actualités, Nous les ados ! | Aucun Commentaire »