Visite de l’Astrolabe et rencontre avec Stéphane Durand

Mardi 4 juin, les secondes 6 sont allés visiter la médiathèque de l’Astrolabe à Melun. Située sur les quais de Seine, la médiathèque est le lieu idéal pour les lycéens qui souhaitent emprunter des documents (BD, romans, mangas, jeux vidéos, DVD, musique…) et/ou se poser pour réviser.

Tiphaine nous accueille dans le hall de la médiathèque et nous présente les différents services de l’Astrolabe : l’espace informatique, l’espace Kiosque, l’espace jeunesse et l’espace adultes.

Nous sommes ensuite invités à se rendre dans l’amphithéâtre de la médiathèque pour une rencontre avec Wilfried N’Sondé et un directeur de collection de la maison d’éditions Actes Sud, Stéphane Durand. Stéphane Durand est également l’auteur de 20000 ans ou la grande histoire de la nature dont il va nous faire la présentation.

 

Les élèves ont beaucoup apprécié cette rencontre, qui ouvre la résidence d’écrivain sur la thématique écologique, à laquelle ils sont particulièrement sensibles.

 

 

 

Dédicaces à la librairie de l’Escalier

Mercredi 5 juin prochain, Wilfried N’Sondé sera en dédicace à la librairie de l’Escalier de Melun. Venez nombreux pour échanger avec l’auteur sur ses romans et sur la résidence d’écrivain !

Et pour la suite du programme de la résidence, consultez le lien suivant :  Programme résidence WILFRIED N’SONDé au Lycée Jacques Amyot

 

Dunkerque au cinéma Les Variétés de Melun

Vendredi 29 mars 2019, par un beau soleil d’après-midi, les secondes 6 sont allés à la projection du film Dunkerque au cinéma Les Variétés.

Toujours dans l’optique du travail sur la débâcle pour la résidence, les jeunes ont été très touchés par le film de Christopher Nolan.

Retrouvez très bientôt leur critique du film, après l’intervention le 19 avril prochain de Nachiketas Wignesan, un intervenant du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma. M. Wignesan viendra nous aider à décrypter le film et apportera quelques éclairages historiques essentiels.

Visite au Musée de la Gendarmerie Nationale

Vendredi 22 février 2019, la classe de 2nd6 du lycée est venue, à pieds, jusqu’au musée de la Gendarmerie Nationale de Melun, « un beau bâtiment du Nord de Melun » (Adam). Voici un compte-rendu rédigé par les lycéens sur une matinée « enrichissante » :

« Dès notre arrivée, le ton était donné. Nous avons en effet traversé un pont-levis pour entrer ! » (Maximilien) « Nous avons même observé, de nos propres yeux, dans lesquels dansaient des étoiles lumineuses, la descente du pont-levis. Un spectacle pouvant émerveiller les plus petits et les plus grands ! » (Gulli) « Il était particulièrement lent… » (Diane)

« M. Morand, professeur-relais d’histoire-géographie au musée, nous a accueilli chaleureusement pour une visite de la section sur la période de la seconde guerre mondiale ». « Lorsque nous avons visité cette section, j’ai trouvé le musée absolument immense et spacieux. Je regrette de ne pas avoir eu le temps de l’explorer de fond en comble » (Gabriel) « Pendant cette visite, nous devions répondre à un questionnaire. Nous avons pu voir des armures, d’anciens vêtements, des affiches, différents objets datant de la seconde guerre mondiale. Nous avons compris le rôle de certains objets pour le combat. » (Clara) « C’est un peu dommage, j’ai trouvé cette partie trop courte ! » (Maxime) « Nous avons appris ce que signifiait « 45e BCC » : c’est le 45e bataillon de chars de combats de la gendarmerie » (Kemran)

M. Morand a, en parallèle, mené un atelier autour du rôle des gendarmes pendant la période de la débâcle, en 1940. « Lorsque nous rentrons dans la salle où plusieurs tables étaient disposées, nous nous installons et franchement, les sièges étaient si confortables ! Il faudrait les mêmes au lycée !  » (Iwan) « Durant cet atelier, j’ai appris que la Gendarmerie a joué un rôle important pendant la seconde guerre mondiale. » (Maïli)

« Nous avons travaillé sur différents documents datant de la débâcle. Chaque document présentait les actions, l’état d’esprit et la volonté des gendarmes durant cette page noire de notre Histoire. Tout n’était pas blanc ou noir et cette visite m’a permis d’effacer une pensée manichéenne qui rendrait totalement collaboratrice la gendarmerie. » (Maximilien)

« Il est important et intéressant de se reporter à ces documents pour mieux s’informer des événements qui se sont produit lors de cette guerre. » (Kemran) « Par contre, contrairement aux Archives,  les documents fournis était des photocopies. » (Timéo)

« Nous y avons appris que le rôle des gendarmes était d’évacuer les civils et retenir les Allemands. » (Ismaël) « Durant la débâcle, ils doivent défendre les villes qui ne sont pas encore envahies, faire circuler les personnes etc. » (Thomas) « La gendarmerie pendant la seconde guerre mondiale avait des missions de prévôté à assurer. Puis, certains gendarmes étaient membres de « La Garde », un service de maintien de l’ordre du régime de Vichy. » (Sofiane)

« Enfin, nous avons fini notre visite par un debrief de ce qu’on a appris. » (Ismaël) « Pour la plupart, les gendarmes sont braves, courageux, déterminés et ont un sens du sacrifice. » (Sofiane) « Tout m’a plu, que ce soit la visite ou l’atelier pédagogique » (Amayes) « L’engagement dans la gendarmerie est un pacte pour la patrie, pour le peuple ! Cela implique une grande responsabilité et un véritable sens du devoir. » (Rahyan)

  

Ce qui nous a le plus marqué :

  • « l’habit blanc usé à rayures bleues m’a procuré beaucoup d’émotions : il appartenait à un ancien gendarme qui s’est retrouvé en camp de concentration ! » (Osman)
  • « Ce qui m’a particulièrement intéressé dans ce musée, ce sont les vitrines au milieu remplies de mannequins avec les habits des différents gendarmes selon les époques. »
  • « Les armes étaient impressionnantes : c’était la première fois que j’en voyais ! »
  • « Les textes étudiés car nous avons pu lire la version française et allemande du récit d’une même bataille. »
  • « Les hommes qui partaient à la guerre étaient très courageux, de vrais héros ! »
  • « Pour ma part, j’avais déjà visité plusieurs fois le musée mais ce que j’ai beaucoup aimé, c’est la partie documentation et rédaction : j’ai aimé lire les exploits militaires de toutes ces personnes. » T.M.
  • « Lors de la visite, j’ai découvert la « gendarmerie de Pétain » conservatrice et collaboratrice mais aussi le 45e BCC, des gendarmes qui ont combattu l’invasion allemande avec des chars. Là encore, mon manichéisme a pris une claque ! » Maximilien
  • « J’ai bien aimé les statues de soldats, les habits, les armes… » Salim
  • « J’y retournerai probablement pour découvrir de nouvelles anecdotes sur la gendarmerie à travers le temps comme lorsque j’ai appris que la gendarmerie pouvait intervenir sur le front en cas de combat. » (Gabriel)

En conclusion, cette visite fut « une chance pour nous » (Adam) !

Cérémonie d’ouverture du lundi 28 janvier

Lors d’une cérémonie d’ouverture proposée à l’amphithéâtre du lycée, le début de la résidence d’écrivain a été fêtée, comme il se doit, en musique et en lecture !

Wilfried N’Sondé, Osman et Gabriel ont proposé une lecture de quelques extraits de romans de Wilfried. La guitare de Maïli, les maracas de Maxime, les pianos de Timéo et Kellian ont sublimé ces textes extraits de Fleur de Béton, Un océan, deux mers, trois continents ou Berlinoise.

Retour en images, accompagnées de quelques réactions d’élèves, sur un moment fort en émotion :

Lectures de berlinoise en vidéo : Extraits 1 et 2

« Le son donnait une très bonne ambiance ! » Rahyan

« Ce qu’a lu Gabriel, c’était tellement beau que j’en avais les larmes aux yeux ! » Léa

« Apparemment, il y avait aussi de très bonnes tartelettes… » Ismaël

Visite aux Archives départementales de Seine-et-Marne

Mardi 15 janvier 2019, au matin, les lycéens de la seconde 6 se sont rendus aux Archives départementales située à Dammarie-les-Lys. « Une matinée tout à fait agréable, remplie d’apprentissage, de culture, d’Histoire…  » (Gulli)

Lors de la visite des locaux, nos élèves ont pu découvrir le rôle ainsi que l’utilité des Archives et les fonctions du métier d’archiviste. « Ils ont un métier très surprenant ! » (Axel)

Une archiviste responsable de l’accueil des publics, a ainsi présenté en détails son métier. « Elle a énuméré les différentes étapes du circuit des archives, à partir du moment où un public apporte un document aux Archives jusqu’à la conservation de celui-ci dans leur immense tour de 12 étages. » (Maëlle) « Les documents peuvent provenir de particulier ou d’administrations comme des hôpitaux, des notaires, des familles, des mairies… » (Thomas)

« Elle nous a donné un moyen mnémotechnique qui consiste à retenir les 4C pour se rappeler des missions des archivistes : Collecter, Classer, Conserver et Communiquer » (Maëlle)

Autre surprise : « le bâtiment a l’air petit mais ce n’est qu’une illusion d’optique ! » (Maximilien) « Chacune des pièces a un rôle spécifique : traiter, référencer et ranger. » (Adam) « La première pièce que nous avons visité s’appelle le magasin. C’est la pièce où les archivistes regardent, nettoient et trient les documents qu’ils viennent de recevoir. » (Alexandra) « J’ai pu constater l’immensité et la rareté de leurs archives puisqu’il y a de très vieux documents. » (Maximilien) « Certains datent même du Moyen-Age, le plus ancien date de l’an 1000  ! » (Rahyan)

« Parmi les nombreuses salles que l’on nous a montré, il y a celle où se trouvent les documents de taille A4 et une autre où l’on peut découvrir de grands formats (affiche, plan, etc…) Il y a plus de 38 km d’archives !  » (Maëlle)

 

« Les magasins, les salles où l’on conserve les archives, sont des pièces climatisées à 18°C pour pouvoir conserver ces archives et pour que les écritures ne s’effacent pas au cours du temps. » (Thomas)

 

 

« Il y a aussi un lieu où l’on peut consulter des archives mais à condition d’être majeur. On ne peut évidemment pas les ramener chez soi ! » (Maëlle)

Ensuite, nos lycéens ont bénéficié d’un atelier pédagogique sur le thème de la débâcle de 1940, « c’est-à-dire la période de l’exode des français en juin 1940 avec l’invasion allemande, une période sombre donc ! » (Maximilien). Les élèves ont répondu à un questionnaire à l’aide de documents d’époque (des lettres, des affiches, des télégrammes etc) provenant de Seine-et-Marne. « Une expérience curieuse car on touche des morceaux d’Histoire ! Tandis que les manuels vous présenteront en trois lignes cette période, les lettres, les ouvrages, les photos que nous avons vu sont des preuves poignantes de la peur soudaine des populations. Je repense notamment à cette lettre  du directeur d’un orphelinat qui avait fui avec des enfants en bas-âge à pied et parfois en bus ou en train à cause des allemands. (…) C’était très poignant, c’est la débâcle des sentiments ! » (Maximilien)

« Lors de l’atelier, on a pu observer plusieurs documents comme des photographies prises en 1940, en pleine débâcle, où l’on distinguait la ville de Montereau dévastée après un bombardement. Il y avait aussi une affiche de propagande allemande. » (Amayes)

« Dans un document, on a pu découvrir que, durant cette période, certains commerçants risquaient une perquisition ou une peine de prison s’ils fermaient leurs magasins. Les nazis menaçaient aussi de condamnation à mort les personnes qui gardaient une arme chez eux. » (Ismaël)

« L’atelier a permis d’apprendre et d’expérimenter de nouvelles choses. En effet, nous avons pu enrichir nos connaissances sur la débâcle de 1940, thème peu abordé dans le programme d’Histoire. Travailler à l’appui de documents d’époque, quelle chance ! » (Adam)

« Cette sortie a permis de découvrir le fonctionnement des Archives mais également son rôle. Par exemple, un auteur peut y découvrir des informations utiles qui vont nourrir son futur travail d’écriture. » (Adam) « En plus d’être enrichissante au niveau historique, cette sortie était tout à fait intéressante pour en savoir plus sur un lieu qui, au fond, ne se situe qu’à quelques kilomètres et que nous visitons pourtant si peu. » (Maximilien)

En conclusion, « sachez que le bâtiment est accessible à tous ceux qui décideront un beau matin d’aller consulter ces documents qui sont aussi notre héritage, parfois légués par de grands écrivains. Dans d’autres cas, comme les journées portes ouvertes, certains peuvent s’y rendre afin de visiter les secrets des archives (auxquels nous avons eu droit) et ainsi dérober par un simple coup d’œil quelques miettes de notre passé ! » (Gulli)

« Alors foncez aux Archives car vous n’en ressortirez que plus curieux et instruit ! » (Maximilien)

Posted in Sorties pédagogiques, Sorties pédagogiques Tagged

Interview de Wilfried N’Sondé

Lundi 7 et 14 janvier 2019, les secondes 6 ont rencontré Wilfried N’Sondé afin d’évoquer son travail d’écrivain, les thèmes de ses romans et le point de vue d’un romancier sur son époque.

Retrouvez ci-dessous quelques questions posées par les lycéens et un extrait des réponses apportées par l’écrivain.

1 – Votre départ pour Berlin (en 1989) a-t-il un rapport avec la Chute du Mur (novembre 89) ?
Oui, bien sûr. La première fois que j’ai été à Berlin, c’était en août 1988. J’y retourne en novembre 1989 pour assister à la liesse et au souffle de liberté. J’adore Berlin, je préfère cette ville à Paris qui est une ville de l’esthétique, de l’éphémère. Pour en revenir au Mur, le plus drôle était qu’à la caserne en février 89 (la caserne militaire où il passe trois jours), il nous montrait des films appelant à la guerre, à lutter contre les Rouges. S’ils avaient su…

2 – Si vous deviez conseiller un des vos livres aux jeunes de notre âge, lequel prendriez-vous ?
Je vous conseille Le Cœur des Enfants Léopards (disponible au C.D.I) car c’est un livre court qui fonctionne sur la tension donc on est continuellement rivé sur le texte, à l’affût. On ne voit pas le temps passer. Il a un registre linguistique très abordable avec des protagonistes à peine plus âgés que nous…

3 – Comment être un écrivain connu dans une société qui se tourne vers les médias en ligne, les vidéos ?
C’est justement parce qu’on vit dans une époque de rapidité que l’écriture est très importante. Elle demande du temps, de l’implication. Prendre une photo de son assiette est trop rapide et inutile. L’intérêt de l’écriture est sa complexité, sa difficulté, son ambition aussi. Les livres sont et seront toujours essentiels et chacun peut en écrire. L’écriture, c’est la transcription des émotions, des mentalités, choses qu’on ne retrouve pas sur Internet.

4 – Votre expérience gagné avec l’âge et vos livres changent-elles votre manière d’écrire ?
Hé bien… (soupir). Disons qu’aujourd’hui je suis fasciné par la construction de mes histoires. J’ai envie d’intrigues, de grands rebondissements tout en conservant des sujets de réflexion. Avant je voulais l’émotion, le romantisme. Donc j’ai changé ma manière d’écrire certainement mais dans les thèmes et sujets que j’aborde…

5 – Quelle ou qui est votre source d’inspiration au quotidien ?
C’est différent selon les projets. Le roman que j’ai envie d’écrire avec vous est basé sur mon imagination. J’essaie d’être à la fois visionnaire et actuel, comme avec le Cœur des Enfants Léopards. J’essaie d’utiliser un environnement, de sujets qui me touchent.

Interview réalisée par M. P.

Posted in Présentation de la résidence Tagged

Une résidence d’écrivain à Jakam !

Quelle chance inouïe… Le lycée Jacques Amyot accueille un écrivain dans le cadre d’une résidence de janvier à juillet 2019. Une résidence d’écrivain est un lieu qui accueille un écrivain et celui-ci s’inspire des lieux, des personnes qui y vivent, … Un grand auteur « habitera » donc au lycée pendant 6 mois pour écrire son prochain grand roman, et nous les élèves pourrions bien être sa source d’inspiration ! Un grand merci à la région Ile de France qui finance ce beau projet !

Retrouvez dans un prochain article une interview exclusive de l’écrivain en question que Maximilien vous présente dès maintenant dans la description ci-dessous…

 

Il s’agit de Wilfried N’Sondé !

« Cet auteur est né à Brazzaville, au Congo, en 1968, il émigre en France lorsqu’il a 5 ans.
Il grandit au Mée s/seine, en banlieue parisienne.
Il poursuivra par de brillantes études :
– Licence à La Sorbonne
– Maîtrise de sciences politiques à l’université de Nanterre.
C’est un artiste pluridisciplinaire : il a suivi une formation de scénariste à la Fémis, il excelle dans le domaine de la musique, en tant que compositeur de la scène berlinoise, chanteur mais aussi en tant qu’écrivain dans la littérature urbaine et francophone plus généralement…
Il a vécu durant 25 ans à Berlin, mais depuis 2016, il vit à Paris. Ses livres ont reçu, à la suite de leur publication plusieurs récompenses.

Voici un extrait de sa bibliographie :

Wilfried N’Sondé se trouve au lycée en ce moment, dans le cadre de
l’écriture d’un livre ! Vous pourrez l’apercevoir les lundis toute la journée au CDI. »

Posted in Présentation de la résidence Tagged , ,