L’élection des délégués

Le changement, c’est maintenant !

Depuis cette semaine, j’ai l’impression d’avoir passé un cap dans ma carrière de professeur principal : après l’heure de vie de classe consacrée à l’élection des délégués, je suis ressortie… contente. Heureuse. Sereine. En ayant l’impression que j’avais passé un beau moment, et que mes élèves avaient appris des trucs. Qui leur seraient utiles, plus tard.

election-delegue

Je vous raconte ?

Bon, il faut vous dire que les élections de délégués, avant, ce n’était pas ma tasse de thé. Pas à cause du concept, non : former nos élèves à un acte citoyen, je trouve ça beau ! Mais, justement, la réalité n’était jamais à la hauteur. Les années précédentes, j’ai toujours mal vécu ce moment, car c’était toujours le bazar, quelle que soit la classe. À croire que ce moment déchaîne les passions, même des classes les plus agréables (en cela, nos élèves sont donc prêts pour la vie adulte !).

 

Mais cette année, j’ai décidé qu’il en serait autrement. Et pour cela, deux mots d’ordre : « anticipation » et… « insubordination» !

Insubordination ??

Eh oui. Car j’ai allègrement « oublié » de suivre quelques consignes… Les voici :

  • faire les élections à l’amphithéâtre ? Non merci ! Certes, il y a des isoloirs, certes, il y a une vraie urne, mais… C’est trop grand, ça résonne, les élèves ne peuvent pas vraiment circuler à cause de la disposition des allées, bref, on n’a aucun contrôle de la situation. Adieu isoloir et jolie urne. Bonjour calme et sérénité dans ma salle, mon territoire, dont mes élèves connaissent les règles !
  • dire aux élèves qu’ils peuvent voter pour quelqu’un qui ne se présente pas ? Non merci ! Déjà parce que c’est la porte ouverte à n’importe quoi, et surtout n’importe qui. Ensuite, parce que dans la vraie vie, si je m’amuse à voter pour mon voisin aux présidentielles, ben… mon bulletin est déclaré nul. Selon moi, le but principal des élections des délégués est d’initier nos élèves à un acte citoyen. Autant être le plus réaliste possible.

 

Anticipons !

Cette année, je n’ai rien laissé au hasard…

  • Étape 1 : programmer une heure de vie de classe pendant laquelle mes élèves ont réfléchi au rôle du délégué, à ce qu’il n’est pas, à ses qualités… À la fin de cette heure, j’ai annoncé que les candidats avait une semaine pour se déclarer, qu’ils devaient se présenter avec leur suppléant, et préparer une affiche pour annoncer leur candidature. Avantage : cela permet d’éviter les candidatures le jour même des élections – souvent celles d’élèves peu recommandables… – et l’obligation de faire une affiche est déjà une pré-sélection.

 

  • Étape 2 : à la date prévue, récupérer les affiches des candidats, les punaiser sur un des panneaux en liège de ma classe, et afficher la date des élections (10 jours plus tard), ainsi qu’une petite affiche rappelant que le carnet de correspondance tiendra lieu de pièce d’identité.

 

  • Étape 3 : inciter les élèves à aller voir les affiches, dont les slogans, pour certaines, n’avaient rien à envier à nos candidats des dernières présidentielles !

 

  • Étape 4 : avant le jour J, préparer les bulletins de vote. Cette année, j’avais 3 binômes qui se présentaient. Dans un document texte, j’ai donc préparé trois bulletins avec à chaque fois le nom du titulaire et le nom du suppléant en dessous, ainsi qu’un bulletin blanc. Puis j’ai imprimé 30 bulletins de chaque catégorie. Avantage indéniable : les bulletins sont imprimés, donc les élèves n’ont pas besoin de stylo, DONC ils ne peuvent pas écrire le nom de n’importe qui (au hasard, « Batman », comme j’ai eu l’an dernier). Je trouve important de proposer un bulletin blanc, pour les familiariser avec cette notion, et leur permettre d’exprimer leur désaccord avec les candidats proposés.

 

  • Étape 5 : le jour J ! Répartir les tâches en impliquant vos élèves : un élève appelle les autres à l’aide d’une liste, vérifie leur carnet de correspondance, un autre vérifie que chaque élève prend bien un bulletin de chaque catégorie (et pas plus !), un autre vérifie que chaque élève met bien deux papiers (et seulement deux !) dans l’urne, puis fais émarger. Le couloir a tenu lieu d’isoloir, c’était parfait. Tout s’est déroulé très simplement, et je n’ai eu aucune discipline à faire. Avant le dépouillement, on a ré-expliqué la notion de majorité absolue et de majorité relative, et la lecture des bulletins s’est faite dans un silence religieux, n’en déplaise à la laïcité !

 

  • Étape 6 : enfin, il ne vous reste plus qu’à confier la rédaction du procès-verbal à un élève qui a une jolie écriture, et hop, vous avez accompli votre super mission de prof principal avec brio.

 

Alors ? Prêt pour le changement ?!

Une chronique de Cécile Thivolle-Gonnet

Commentaires

commentaires

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *