Fournitures de bureau devant un tableau noir

Mes 5 objets de prof des écoles

On m’a demandé d’écrire une chronique sur les 5 objets qui me définissent en tant que prof !

C’est une question intéressante qui m’a demandé, même si elle semble légère, un peu de réflexion. Mais avant tout, je suis professeur des écoles en maternelle, j’ai une classe de 30 élèves de moyenne section et les objets qui me définissent ne seront certainement pas ceux qui définissent mes collègues de primaire ou du second degré.

Pour ma génération, on a tous en tête l’image de l’instit’ en tablier gris, sur son estrade devant son tableau vert ou noir, une craie à la main et son bureau, lui aussi sur l’estrade. Là, les 5 objets y sont ! Je pourrais également ajouter le cartable en cuir marron naturel ! Facile, j’ai connu ça en tant qu’élève et ça fait partie des clichés qui  perdurent.

Mais notre métier a évolué et ce qui me définit de nos jours est essentiellement numérique. Il y a 15 ou 20 ans je n’aurais pas dit la même chose.

  1. La première des choses qui me vient à l’esprit : mon ordinateur portable.

Vous allez rire, moi je ris un peu moins car il vient de me lâcher en tapant la première ligne de ce texte. Il m’a fait un gros SPLUCK de la mort et écran noir. PLUS RIEN. MORT de chez MORT. Paix à ton âme mon vieil ami (quoique pas si vieux, 4 ans et demi, mais il paraît que c’est déjà un bel âge pour un ordinateur), paix à ton âme extension de ma main qui écrit de moins en moins car l’essentiel de mes préparations et de mon travail se fait sur PC. La première des choses que je fais en entrant dans ma classe le matin, c’est allumer mon PC.

J’y stocke tout, mes recherches Internet, mes fichiers de travail  (préparations, programmations, jeux, évaluations, dossiers thématiques…. ) tout peut y être retravaillé, amélioré, repris indéfiniment. Je ne conserve presque plus de version papier. Cela me prend beaucoup moins de place et ma cave et mes placards ont récupéré leur vocation première.

  1. La seconde des choses, mon vidéo projecteur.

J’ai la chance d’en avoir un en classe depuis 5 ans et cela a complètement changé ma façon de travailler.  Pour ma classe de maternelle, c’est génial. Je projette non-stop ! Je veux expliquer mes ateliers du matin ? Clac, je projette le travail de chaque groupe et j’explique ! Un enfant doit réaliser un exemple au tableau ou restituer le travail de son groupe ? Hop, on projette… On étudie un tableau, un artiste, on fait de la discrimination visuelle, on travaille les tableaux à double entrée, les maths… on projette ! Je veux travailler une séance en langage, une situation vue en récré, je projette la photo. Nous avons eu une intervention sur la création d’hôtels à insectes, la collecte et l’observation de ces derniers. Quoi de mieux que de montrer la photo en grand plutôt que d’entendre de la bouche de 30 petits impatients « Et moi ?! J’ai pas vu ! ». Quoi de plus pratique que de revivre des moments importants, des sorties ou des spectacles, en pouvant les voir en grand format quand on en a envie et ne pas être dépendante d’un appareil portable et jamais disponible quand on en a besoin (s’il y en a un seul à se partager dans l’école).

Même mon lecteur CD a pratiquement disparu de la classe ! La musique passe par mon ordi et mon vidéo projecteur ! C’est nettement plus confortable et pratique. Le son est top. Si je travaille les instruments de musique et que je n’en ai pas en classe, je peux les montrer et faire écouter leur son, jouer à un quiz musical….

Je veux raconter une histoire,  je scanne les images de l’album et c’est tellement mieux que le petit format qui se trouve dans ma bibliothèque ou je trouve parfois carrément les images sur le web, quand ce n’est pas un fichier audio de l’histoire lue !

  1. Ensuite vient ma plastifieuse.

Forcément, en maternelle, elle sert chaque semaine. Les jeux, les étiquettes, les affichages, les référents individuels,  les outils de manipulation, cartes, premières de couverture de cahiers… tout y passe. À la rentrée et après le 15 août, quand on a nos listes de classe définitives, elle chauffe non-stop ! On pourrait également ajouter ce qui va avec la plastifieuse : la paire de ciseaux et la télé allumée sur la série quelconque qui passe ce soir-là ! Tant qu’à faire !

  1. Puis ma chaise.

Je n’ai pas de bureau en classe, je n’en ai pas la place et en maternelle on est rarement assise à un bureau ! Alors pourquoi parler de ma chaise me direz-vous ! C’est celle du coin regroupement lorsque que nous faisons les rituels du matin, là où je travaille en atelier dirigé avec un petit groupe, anime mes ateliers philo ou débat. Celle qui me permet d’être proche de mes élèves tout en étant face à eux. Celle qui me permet de leur faire découvrir de nouvelles notions en collectif, de les avoir tous attentifs, de les voir sourire, s’émerveiller, discuter, raconter leurs petites nouvelles du week-end, du mercredi, des vacances…

  1. Et pour finir, mon cartable !

Enfin, mon sac à dos, le cartable étant trop petit pour l’ordinateur et tout ce que j’y mets. Je n’y ai pas les piles de cahier de mes collègues du primaire mais il s’alourdit de plus en plus au fil des années. Ce n’est d’ailleurs pas logique car l’ordinateur m’a permis de supprimer mes piles de classeurs puisque tout est dedans !

Je pourrais également citer mes clés de classe, porche, verrous, armoires. J’en ai plusieurs et heureusement nous avons des pass pour certains bâtiments. Ce qui allège considérablement le trousseau.

La photocopieuse,  mais pas tant que ça, sauf pour les jeux à plastifier ou le porte-vue qui sert de cahier de vie. On ne fait pratiquement plus de fiches, ou quand il y a du papier c’est sous des feuilles plastiques qui seront réutilisées.

En répondant à cette question je me suis aperçue que mon métier a bien évolué. Nous sommes toujours devant des élèves mais celui ou celle qui ne maîtrise pas les outils numériques est bien ennuyé. Et franchement j’aurais du mal à m’en passer. C’est tellement pratique qu’ayant fini d’écrire cette chronique sur mon vieux coucou qui rame et mouline, je vais certainement essayer de me trouver un autre ordinateur très rapidement.

Bonnes vacances à ceux qui y sont encore ou qui vont l’être et bonne rentrée à mes collègues qui reprennent ce lundi.

 

Une chronique de Valérie Dazin

Un petit commentaire ?