Comment l’empire romain a t’il disparu ?


Odoacre entre dans Rome et l’empereur Romulus Augustule capitule. (c) Altaya Edt.

Il est tout d’abord plus juste de parler de chute de l’empire romain d’occident.

En 455, le roi Vandale Genséric pille pendant presque deux semaines Rome que ses habitants fuient. Toutes les richesses de la ville sont ainsi raflées : triste présage d’un avenir sombre. L’opinion est en effet bouleversé par cet évènement, un peu comme si le terrorisme s’abattait en plein coeur de New York aujourd’hui… Tout le monde se tourne vers l’empereur Majorien. A la fois bon stratège et législateur lucide, il prend quelques bonnes décisions et parvient à tenir, pour un court moment, l’essentiel de l’Empire. Mais c’était san compter sans la jalousie et les agissements des sénateurs qui parviennent à le renverser en prétextant une politique fiscale injuste (et pourtant essentielle en temps de guerre).
Dés sa chute en 461, et jusque au moins 476, l’Empire subit une véritable débâcle et perd tout pouvoir légitime. La valse des Empereurs (6 en 15 ans) et leur manipulation tantôt par les Wisigoths tantôt par les Burgondes n’y arrangent rien. La chute est inévitable. En septembre 476, l’empereur Romulus Augustule est déposé par le roi Odoacre, roi des Hérules (un des plus féroces peuple barbare germanique). Une fois proclamé roi d’Italie, Romulus Auguste marque la fin de l’Empire Romain d’Occident, et donc le début du Moyen Age. Le plus étonnant, c’est qu’un certain Romulus Augustule qui symbolise la fin d’un monde né avec un autre Romulus en 743 av JC et devenu monarchie sous Auguste
Beaucoup d’hypothèses circulent encore sur les causes réelles de cette chute. On peut les regrouper en deux catégories. Tout d’abord les plus pessimistes estiment que les Barbares ont achevé un Empire moisi et rongé de l’intérieur : une administration dévorante, une société agripée à ses privilèges, une armée composée essentiellement de barbares et un déséquilibre social irrémédiable. Les plus optimistes estiment au contraire qu’une civilisation en plein renouveau a été « assassinée » par l’arrivée des Barbares. De nombreux historiens estiment encore qu’en Occident même la civilisation n’a pas disparu avec la formation des royaumes barbares, mais que, au contraire, elle s’est « métamorphosée ». Pendant ce temps, l’Empire d’Orient, moins menacé et mieux administré, devait survivre encore, et brillamment, durant un millénaire.

Laisser un commentaire